Giulia Abbadessa. Bérenice : la femme étrangère du “Monde Réel”

Il est intéressant d’étudier la représentation de la femme étrangère chez Louis Aragon, et en particulier la figure de Bérénice dans le roman Aurélien. Le mythe de Bérénice a été étudié par Simone Akerman, qui l’a considéré comme représentatif de l’amour non partagé, en suivant l’interprétation de la tragédie Bérénice de Racine proposée par Roland Barthes1. Plus tard, René Pommier a montré les limites de cette interprétation2. Nous analyserons donc la représentation du mythe de Bérénice dans le roman d’Aragon, sans oublier ni les études critiques qu’on vient de mentionner, ni les analyses d’Herbert Marcuse, qui a souligné l’aspect socio-politique du roman Aurélien3.

Le rapport d’Aragon avec la question féminine a été abordé par Angela Kimyongür, qui a analysé les romans du cycle du Monde Réel, se demandant si l’écrivain « réussit à se débarrasser de ses “lunettes masculines” dans la description de la femme moderne »4. En particulier, l’auteur a représenté des femmes de différentes classes sociales, y compris une féministe : il s’agit d’une belle étrangère, Catherine Simonidzé, dans le premier roman du cycle du Monde Réel, Les Cloches de Bâle (1934). Corinne Grenouillet a étudié attentivement le personnage de la jeune femme, sensuelle et désirable, qui incarne une « espèce de chimère moderne »5. Géorgienne, fille d’un entrepreneur pétrolier qui soutient sa famille de loin, Catherine s’oppose à Diane, premier protagoniste du roman et aristocrate en ruine, qui essaie de subvenir à ses besoins grâce à plusieurs fiancés, sans mépriser l’adultère. Catherine ne cherche pas à se marier avec un homme qui la soutient, même économiquement : elle cultive des idées féministes, en condamnant la double morale bourgeoise et en rêvant de l’émancipation des femmes. Catherine réfléchit tout particulièrement sur le mariage, l’avortement, le droit de vote des femmes, la prostitution, la liberté de disposer de son corps et de son plaisir sexuel ; elle a ainsi plusieurs amants, qu’elle abandonne aussi tôt qu’ils lui demandent de l’épouser. Ses héroïnes sont les révolutionnaires russes Sofia Perovskaia et Vera Zassoulitch du mouvement populiste russe des années 1870-1880, et deux femmes révolutionnaires de son époque, Alexandra Kollontaï (qu’elle a l’occasion d’entendre lors des obsèques de Paul et Laura Laforgue) et Clara Zetkin, qui représente la « femme des temps moderne » pour reprendre les mots d’Aragon6. Manifestant des « sentiments de gauche », Catherine, qui a vingt-six ans, fait très tôt connaissance avec le prolétariat, avec ses conditions de vie et ses luttes. Si elle se rapproche des idées socialistes et anarchistes7, elle reste pourtant bourgeoise, incarnant selon Grenouillet le « passage entre Diane […] et Clara Zetkin »8 :

Le féminisme est donc surtout représenté comme un détour pour parvenir au socialisme ; sans y être hostile, le roman ne le propose pas comme un combat véritablement digne d’engagement. Au même titre que ses tendances anarchistes, les analyses féministes de Catherine apparaissent comme l’amorce d’une prise de conscience plus directement communiste ou marxiste. Données comme une sorte d’obsession du personnage, elles n’offrent pas de clé satisfaisante pour l’interprétation du monde ; le goût du personnage pour la révolte est d’ailleurs plus valorisé que son féminisme brouillon.9

Aragon adhérait à la critique du capitalisme et à la conception de la famille de Engels, Marx et August Bebel, qui avaient également été reprises par Kollontaï10.Selon Grenouillet :

si Aragon ne peut certes pas être catalogué comme un écrivain féministe – puisqu’il ne s’est jamais explicitement prononcé sur cette question qui a traversé le vingtième siècle –, il fut incontestablement un écrivain et un intellectuel sensible à la condition de la femme, de toute évidence non sexiste, et encore moins misogyne11.

Grenouillet précise par ailleurs que Elsa Triolet « dut renforcer une proximité ancienne et sincère avec le monde féminin : Aragon fut élevé par des femmes et Elsa Triolet, qui n’a pas vécu dans l’ombre de son mari, a conduit, en femme libre et extrêmement active, une vie passionnante aux prises avec la culture du siècle »12.

Puisque l’oeuvre d’Elsa Triolet a été considérée comme féministe par les critiques les plus récentes13, il est nécessaire de se demander une autre fois si Aragon ne peut pas « être catalogué comme un écrivain féministe ».

La question féminine dans Le Monde Réel

Comme cela est bien connu, avant Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir, la remise en question du rôle des femmes en Europe est initiée durant la Résistance, à laquelle les femmes elles-mêmes ont participé, en revendiquant un rôle politique14. Dailleurs, dans la préface ajoutée en 1965 à Les cloches de Bâle Aragon écrivait que l’épilogue du roman :

soulève un problème encore dépourvu de solution après trente années, et qui apparaît soudain comme thème majeur, non seulement de ce roman, mais de tout ce que je vais au-delà de lui pendant trente ans écrire : le rôle vrai de la femme dans la société à venir, la revendication d’une égalité entre l’homme et la femme, autre que politique. Cela n’et pas une question d’hier ou même d’aujourd’hui, mais de demain.15

Le commentaire de la préface se référait à l’épilogue du roman, dans lequel Aragon transcrivait un discours de Clara Zetkin sur la « société socialiste », avec laquelle :

pour la première fois dans le monde la place est faite au véritable amour. Celui qui n’est pas souillé par la hiérarchie de l’homme et de la femme, par la sordide histoire des robes et des baisers, par la domination d’argent de l’homme sur la femme ou de la femme sur l’homme.16

En soulignant le rapport entre la politique et l’amour, la citation mentionnée évoque le poème Il n’y a pas d’amour heureux, qu’Aragon écrivit en 1943, pendant la seconde guerre mondiale, c’est-à-dire au moment oùil écrivait Aurélien :

[…La] vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu’on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu’on retrouve au soir désœuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
                               Il n’y a pas d’amour heureux […]17

Le poème présente le même ton tragique que Aurélien : le quatrième roman du cycle du Monde Réel est un « livre sur l’impossibilité du couple »18, comme le définit son auteur. Tout bien considéré, Les cloches de Bâle et Aurélien ont plusieurs points communs, à commencer par le personnage de la belle étrangère séduisante et avide d’autonomie. Entre Catherine et Bérénice, protagoniste d’Aurélien, il y a cependant une différence infranchissable : la seconde appartient à un univers mythique, dont la première ne fait que se rapprocher, en tant qu’« espèce de chimère moderne ». Par rapport à la représentation de la condition féminine, il y a donc un écart et en même temps une continuité entre le premier et le quatrième livre du cycle du Monde Réel, qui méritent dêtre indagués attentivement.

Aurélien raconte lhistoire dun jeune vétéran : après la Première Guerre mondiale, à lâge de trente ans, il revient à Paris où il tombe amoureux dune femme de la province, Bérénice, déjà mariée. Elle n’a pas la « beauté scandaleuse » de Catherine19, mais Aurélien est fasciné par le caractère poétique de la provinciale, qui se démarque des femmes bourgeoises de Paris. Pour ne pas trahir son mari, Bérénice entame une relation platonique avec Aurélien, qui est plutôt volage, désintéressé par la politique, immergé dans la vie mondaine et, par conséquence, diffèrent de la jeune Bérénice, qui a le « goût de l’absolu »20. Ayant découvert qu’Aurélien couche avec dautres femmes, Bérénice senfuit de Paris avec un poète qu’elle délaisse après une courte liaison. Fatiguée par la vie bourgeoise et fausse, mais ne voulant pas retourner en province chez son mari, le goût de l’absolu de Bérénice devait se transformer en engagement politique et moral. Aurélien et Bérénice se retrouveront ainsi pendant la Seconde Guerre mondiale, alors quelle participe à la Résistance, tout en organisant des comités et en collaborant avec les républicains espagnols. Devenu père de famille et dirigeant d’une usine familiale, Aurélien a du mal à reconnaître son ancien amour dans son nouveau rôle militant. Comme la souligné la critique, la distance qui sépare les deux amoureux à la fin du roman est avant tout une distance politique : Aurélien est représenté comme un pétainiste21. Cependant, les ultima verba, c’est-à-dire les derniers mots prononcés par Bérénice à l’encontre d’Aurélien, avant dêtre tuée par un peloton allemand, amènent à dautres réflexions.

Dans la préface ajoutée a roman en 1966, « Voici le temps enfin quil faut que je m’explique », Aragon affirmait d’avoir écrit Aurélien suite à une inspiration suscitée par Le cheval blanc d’Elsa Triolet, qu’elle lui lisait alors qu’ils participaient tous deux à la Résistance. En effet, les romans se déroulent tous deux entre la Première et la Seconde Guerres mondiales, en racontant l’histoire d’un amour malheureux22. Au temps du Cheval blanc et d’Aurélien, le couple d’Elsa Triolet et Louis Aragon venait de passer un moment de crise, comme l’explique Aragon lui-même en parlant de la genèse de son roman : « J’ai écrit ce livre sur l’impossibilité du couple, dans un moment où il y a eu une sorte de drame entre nous. Et ce drame, c’était le drame même qu’exprime le poème Il n’y a pas d’amour heureux »23 :

Ce poème est des premiers jours de 1943. A cette époque, Elsa a voulu me quitter. […] Il y avait alors, dans les mouvements de résistance […], une loi à laquelle on ne pouvait manquer et qui voulait que deux personnes, le mari et la femme, ou quels que soient leurs rapports, travaillant dans ces mouvements, n’eussent pas le droit de continuer à habiter ensemble parce qu’ils multipliaient ainsi par deux les possibilités d’amener la police à leurs trousses, de mettre ainsi en danger un nombre plus grand de personnes, et par là le mouvement même. Je croyais avoir justement transposé la chose, moi qui travaillais, comme on disait par raccourci, en essayant de persuader Elsa que ce qu’elle écrivait était suffisant comme travail social. Elsa […] me disait : « Je ne peux admettre l’idée qu’on arrivera à la fin de cette guerre et que quand on me demandera : Et vous qu’avez-vous fait ? je devrai dire : Rien. » Et puisque, si elle travaillait, nous ne pouvons rester ensemble, elle avait décidé de me quitter. […] Ce drame entre nous s’est réglé par simple insubordination aux règles de la sécurité […] Cependant, l’essentiel de cette histoire est ailleurs : Elsa m’avait arraché mes lunettes masculines, ces préjugés de l’homme qui, sous le prétexte d’assumer toutes les responsabilités du couple, confine la femme à n’être que sa femme, son reflet24.

Le discours sur les préjugés de l’homme évoque ainsi l’« orgueil masculin » d’Aurélien, qui veut changer Bérénice à son image, ainsi que « corriger » ses inclinations, en vertu d’une supériorité qu’il ressent, sans pouvoir lui-même expliquer pourquoi25. En particulier, le discours sur les préjugés de l’homme rappelle avec exactitude les derniers mots de Bérénice. Ses ultima verba suivent la discussion politique avec Aurélien, laquelle met en évidence leur distance idéologique. Avant de mourir, la femme engagée déclare ainsi : « On pourrait en parler avec détachement…s’il n’y avait pas ce stupide orgueil masculin, que vous avez comme les autres… »26. Les derniers mots de Bérénice condamnent l’attitude d’Aurélien qui, pensant seulement à lui-même avait, quelques instants auparavant, imaginé emmener la femme étrangère avec lui, l’éloignant de la lutte.

Comme Les cloches de Bâle, Aurélien défend ainsi des idées féministes en les reliant à des idéologies politiques et surtout à l’impératif d’engagement. Cependant, Bérénice n’est pas une femme de son temps, comme Catherine. Elle est, au contraire, une figure mythique, qui a une profondeur historique séculaire.

Le mythe de Bérénice : de Racine à Aragon

Rendue célèbre en France par la tragédie de Racine, la princesse palestinienne Bérénice avait été rejetée par le roi de Rome Titus, au nom de la raison d’État27, qui condamnait les mariages mixtes. Aragon aurait pu s’inspirer de la tragédie racinienne pour condamner ainsi toutes les formes de racisme et d’impérialisme. Pour des raisons opposées, en 1954, l’héroïne mythique devint la juive protagoniste d’une tragédie de Robert Brasillach ; le seul auteur condamné à mort pour collaboration après la guerre28. De son côté, Aragon a cité la tragédie de Racine à plusieurs reprises dans Aurélien, et tout d’abord dans le titre de sa préface « Voici, enfin, le temps que je m’explique ». La citation est tirée de l’acte II, scène II de la tragédie racinienne :

TITUS

[…] Voici le temps enfin qu’il faut que je m’explique.
De la reine et de moi que dit la voix publique ? […]

PAULIN

                         J’entends de tous côtés
Publier vos vertus, Seigneur, et ses beautés.
[…] Vous pouvez tout. Aimez, cessez d’être amoureux,
La cour sera toujours du parti de vos vœux. […]29

Les vers de Racine soulignaient ainsi le lien entre l’amour et la société, dans laquelle il se manifeste. Comme cela a déjà été souligné, dans la poésie Il n’y a pas d’amour heureux, Aragon représentait le même sujet :

[…] Rien n’est jamais acquis à l’homme. Ni sa force
Ni sa faiblesse ni son cœur Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce
Il n’y a pas d’amour heureux […] (v. 1-6)
Mais c’est notre amour à tous deux (v. 30)30

Par l’aspiration au bonheur qu’il implique, l’amour dans le monde malheureux est lui-même le premier étranger représenté dans Aurélien, avant Bérénice – la jeune provinciale qui rejette la vie bourgeoise parisienne de son époque. Comme Simone Akerman le souligne, son personnage mythique a toujours été caractérisé par des sentiments extraordinaires31. Cependant, l’héroïne a été transformée à chaque réécriture mythique et, en 1891, elle était devenue protagoniste d’un roman de Maurice Barrès, qui encouragea les débuts littéraires de Louis Aragon lui-même32. Il s’agit de Le jardin de Bérénice, troisième livre du Culte du Moi, un cycle de romans dans lequel l’auteur affirmait comme premier devoir celui de défendre le moi contre les « Barbares », c’est-à-dire contre tout ce qui risque de réduire et anéantir la sensibilité personnelle.

Dans le roman de Barrès, Bérénice est une jeune provinciale qui a perdu son noble amant, décédé après avoir abandonnée la femme pour suivre la volonté de la famille, laquelle s’opposait à l’union avec une fille d’une classe inférieure. Bérénice rencontre ainsi le protagoniste Philippe qui, après avoir adhéré au programme du général Boulanger, se retrouve en Provence pour organiser une campagne électorale. La provinciale et Philippe tombent réciproquement amoureux. Cependant, à la fin du roman elle meurt tout comme son premier amant, car elle est convaincue par Philippe lui-même d’épouser son adversaire politique. Philippe pensait que l’autre homme, moins enthousiaste que lui, aurait pu calmer le tempérament mélancolique de Bérénice, qu’il comparait à la nature vierge et marécageuse où elle habitait. La jeune provinciale meurt donc de tristesse, à cause de son « mariage de convenance »33, et Philippe est désespéré d’avoir tenté de « corriger [son] instinct »34. Néanmoins, il comprend « le sens de la nature et ses lois »35, c’est-à-dire « l’effort secret de l’inconscient »36, grâce à Bérénice, qu’il surnommait Petite-Secousse.

Barrès dépeint ainsi la femme comme une figure fascinante, mais incapable de prendre des décisions, et naïve, inconsciente ou autodestructrice. Dans le roman, comme en témoigne l’édition illustrée, Bérénice est associée à un âne :

Maurice Barrés, Le Jardin de Bérénice, édition illustré, Arthème Fauard, Paris, vers 1920.

Un âne « aux longs yeux résignés »37 joue dans le jardin de Bérénice avec des canards, et Philippe félicite la jeune femme « d’avoir précisément choisi » ces « pauvres compagnons, à l’ordinaire sevrés de caresses et même de confortable, parce que, sur leur maintien philosophique, ils sont réputés se satisfaire de très peu de chose »38. De plus, Philippe associe la tristesse mélancolique de Bérénice à celle de l’âne, qui « appartient à une race longuement battue »39. À la fin du roman, qui glisse « du monde réel à un monde allégorique »40, le protagoniste obtient «  du chef de l’État la concession d’un hippodrome suburbain »41, car il est convaincu que :

[…] pour que les âmes s’épanouissent avec sincérité, il leur faut ces loisirs qu’eut Bérénice, par exemple, et qu’elles ne soient pas, comme cet âne famélique, distraites par l’âpre souci de quelques trochées d’herbes. Les souffrances, les nécessités de la vie nous font comme une gangue misérable où notre individualisme est opprimé42.

Nous ne devons pas oublier que le nom de Philippe signifie étymologiquement « celui qui aime les chevaux », dont l’image est associée au début du roman de Barrès avec le général Boulanger43. De plus, le nom de Philippe appartient également au personnage du roman Blanche ou l’Oublie d’Aragon, qui a été influencé par Le cheval blanc d’Elsa Triolet44, tout comme Aurélien. Le roman de Triolet évoque l’épopée orale russe, ainsi que l’image du cheval et du « chevalier »45, dans le but d’affirmer les limites de l’époque de la seconde guerre mondiale46, dont le protagoniste Michel ne comprends pas le sens47 : devenu soldat, il « meurt dans sa tentative d’être un héros, et cette tentative ne sauve qu’une vie […] Pour Triolet, les Français étaient au bout de leur histoire et risquaient de s’éteindre par passivité »48. Par ailleurs, dans Blanche ou l’Oublie Aragon représente la chambre de Philippe, où il y a « une reproduction du tableau de Guernica […] au centre duquel agonise entre autres un cheval »49.

En représentant une autre Bérénice mourant, dans Aurélien Aragon voulait se distancier de celui qui avait été un maître pour lui et pour sa génération50 : comme cela est connu, Maurice Barrès devint un partisan du nationalisme français, donc très similaire au pétainiste Aurélien. D’ailleurs, le Jardin de Bérénice a été cité par Aragon dans Les Beaux Quartiers (1936), où le personnage d’Armand est perdu dans son « moi » : il deviendra un homme double, qui passera de l’extrême droit du mouvement « pro patria » de sa petite ville de province, à Paris, où il rejoindra les grévistes. En particulier, au début du roman, Armand lit une édition illustrée du Le Jardin de Bérénice, lorsqu’il découvre son intériorité en s’éloignant du christianisme :

[…] la mythique d’Armand devint follement barrésienne. Barrès justifiait en lui la montée d’une sensualité qui ne se connaissait guère, et catholique par son départ, sa pensée courait à l’apostasie51.

Quelques années plus tard, contrairement à Barrès, Aragon représente l’évolution intérieure de la femme et non de l’homme. Avant d’être réprimandé pour son orgueil, dans Aurélien, le protagoniste éponyme accuse Bérénice d’avoir changé, tandis qu’il se souvient comment elle était avant, en faisant de l’ancienne femme un portrait. Ce dernier rappelle beaucoup le portrait que le protagoniste de Barres fait de sa Bérénice :

Bérénice…je vous avais laissé, j’avais laissé une petite fille passionnée, spontanée, ignorante du monde, ah, si profondément étrangère à ce monde où les hommes se battent, s’opposent, se jettent à la tête des idées, des idées qui cachent mal des intérêts, des intrigues…et puis je retrouve une femme qui apporte la même passion qu’elle donnait à la vie…à ces choses tachées…fumeuses…52

Le personnage de Aurélien, inconscient comme celui du roman de Barrès, renvoie une vision anachronique de la femme, de la Bérénice engagée dans la Résistance : Aurélien veut une femme « étrangère au monde ». Ainsi, à la fin du roman, les deux amoureux deviennent vraiment étrangers l’un de l’autre, comme ceux de la tragédie de Racine et du roman de Barrès, alors que la femme mythique, cette fois, n’est plus étrangère à elle-même et à ses désirs, contrairement à la littérature précédente. Cependant, en tant que figure mythique, la Bérénice d’Aragon est toujours une femme étrangère au Monde Réel, dans lequel elle meurt et auquel elle n’appartient pas53, même si, dans son image, il y a le reflet d’Elsa Triolet, ainsi que celui de toutes les femmes du XXe siècle, engagées dans la lutte politique contre l’insouciance de leur époque.

La vision rétrograde pour laquelle la femme est l’Autre, à qui l’homme impose sa domination, sera décrite par Simone de Beauvoir dans son essai sur Le Deuxième Sexe. Les Faits et les Mythes (1949) seulement quelques années après Aurélien. Cependant, en étudiant la récriture d’Aragon du mythe de Bérénice par rapport aux Cloches de Bâle, il semble que l’auteur promouvait un forme de « féminisme », de manière similaire à Elsa Triolet54. Tout comme les Cloches de Bâle, Aurélien représente l’altérité entre la femme et l’homme comme historiquement déterminée, mais dans une clé poétique et narrative, à la lumière tout à la fois du réalisme et du mythique.

Louis, Aragon, Aurélien, Paris, Gallimard, 2017.

Comme Aragon l’explique dans la Préface à une mythologie moderne du roman Le paysan de Paris, quand « chaque jour se modifie le sentiment […] de l’existence », la « mythologie se noue et se dénoue », car elle est « une science de la vie qui n’appartient qu’à ceux qui n’en ont point l’expérience. C’est une science vivante qui s’engendre et se fait suicide »55. Contrairement à la reine de Racine et de Barrès, la Bérénice aragonienne est une jeune provinciale et une femme mariée qui s’émancipe d’un mariage malheureux et de tout rôle social qu’elle méprise. Dans Aurélien, elle devient ainsi la « femme des temps modernes », qui était représentée par Clara Zetckin dans Les Cloches de Bâle.

 

Giulia Abbadessa

Sorbonne Université – CRLC
Università degli studi di Firenze
Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn

 

Bibliographie

ARAGON, Louis, Les Beaux Quartiers, Paris, Gallimard, 2020 [1 éd. 1926].

— Aurélien, Paris, Gallimard, 2017 [1 ed. 1944].

— Œuvres romanesques complètes, sous la direction de Daniel Bougnoux avec la collaboration de Philippe Forest, Paris, La Pléiade, 1997, t. I., 1001.

— Les Beaux Quartiers, Paris, Gallimard, 2020 [1 éd. 1926].

Le paysan de Paris, Paris, Gallimard, 1988 [1926], p. 15-16.

— Poesie d’Amore, con un autografo inedito e sette incisioni di Ghiannis Ritsos, Milano, Crocetti Editore, 1984.

AKERMAN, Simone, Le mythe de Bérénice, préface par Henri Peyre, Paris, Nizet, 1983. Roland Barthes, Sur Racine, Paris, Seuil, 1979.

BARRÈS, Maurice, Le Jardin de Bérénice, présentation par Michel Mercier, Paris, Flammarion, 2008.

BIRDEN, Lorene M., « Elsa Triolet’s Le Cheval Blanc as a French Bylina », Comparative Literature Studies, vol. 35, v. 3, 1998, pp. 255-277.

EYCHART, Marie-Thérèse, « La femme ou l’éprouve de la différence », dans Faites entrer l’Infini, revue de la Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, n. 30, décembre 2000, pp. 51-55.

ESCOLA, Marc, « Achever Bérénice : Corneille, Racine et Brasillach », Journée d’étude sur « la critique “idéologique” face à Corneille », Paris 3, novembre 2002, consulté le 20 novembre 2020 sur http://www.fabula.org/atelier.php?Dramaturgie_et_id%26eacute%3.

DE BEAUVOIR, Simon, Le Deuxième Sexe, Les Faits et les Mythes, Paris, Gallimard, 1949.

DELRANC, Mariane & TROUVÉ, Alain (dir.), Lire Elsa Triolet aujourd’hui : à l’écoute du “radar poésie”. Reims, Epure, 2017.

DUPRÉ LA TOUR, Nathanaël, « Aragon barrésien : une introduction », dans Grenouillet, Corinne, et Maryse Vasseviere. Recherches croisées Aragon – Elsa Triolet, n°8, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2002, pp. 93-116. Web. <http://books.openedition.org/pus/6884>.

GRENOUILLET, Corinne, « Catherine ou le féminisme, roman. La représentation du féminisme dans Les Cloches de Bâle d’Aragon », Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet, no 8, 2002. pp. 117-137.

— Lecteurs et lectures des Communistes d’Aragon, Paris, Les Belles Lettres, 2000.

KAPLAN, Alice, Processo e morte di un fascista: il caso Brasillach, Bologna, Il Mulino, 2003.

KIMYONGÜR, Angela, « La femme des temps modernes », Digraphe no 82/83, automne-hiver, 1997.

— « The representation of women in Louis Aragon’s Le Monde Réel », French Studies Bulletin 57, 1995, p. 3-6.

MARCUSE, Herbet, Some Remarks on Aragon: Art and Politics in the Totalitarian Era [1945], dans D. Kellner, D., London (dir.) Technology, War and Fascism, Routledge, 1998.

NARJOUX, Cécile, « Le cheval oublié dans Blanche ou l’oubli d’Aragon », dans Recherches croisées Aragon – Elsa Triolet, n ° 8, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2002, pp. 63-80.

POMMIER, René, Le «Sur Racine» de Roland Barthes, thèse de doctorat d’État, Paris, Sedes, 1988, (publié avec le concours du C.N.R.S.).

RACINE, Jean, Bérénice, Paris, Gallimard, 2013.

SERVOISE, Sylvie, « Aurélien de Louis Aragon, roman de l’engagement ? », dans C. Julliot et S. Servoise (ed.), Actes de la Journée d’Etudes consacrée à Aurélien de Louis Aragon, à l’Université du Maine (Le Mans), 3 décembre 2016, publié en 2017.

STAUDER, Thomas (dir.), L’Identité féminine dans l’œuvre d’Elsa Triolet, Tübingen, Gunter Narr, coll. “Edition lendemains”, 2011.

WINOCK, Michel, Le Siècle des intellectuels, Paris, Seuil, 1997.

WOLF, Nelly, « Proses du Monde », COnTEXTES, 18, 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 18 novembre 2020. URL: http://journals.openedition.org/contextes/6244.

  1. Simone Akerman, Le mythe de Bérénice, préface par Henri Peyre, Paris, Nizet, 1983. Roland Barthes, Sur Racine, Paris, Seuil, 1979. []
  2. Le «Sur Racine» de Roland Barthes, thèse de doctorat d’État, Paris, Sedes, 1988, (publié avec le concours du C.N.R.S.). []
  3. Some Remarks on Aragon: Art and Politics in the Totalitarian Era [1945], dans D. Kellner, D., London (dir.) Technology, War and Fascism, Routledge, 1998. []
  4. « La femme des temps modernes », Digraphe no 82/83, automne-hiver, 1997, p. 68. Elle mentionne la thèse non publiée de Mary Gutermuth, Feminism in Louis Aragon’s novels (Université du Missouri, 1965) qui a recensé et catalogué tous les personnages féminins des romans. []
  5. Corinne Grenouillet, « Catherine ou le féminisme, roman. La représentation du féminisme dans Les Cloches de Bâle d’Aragon », Recherches croisées Aragon / Elsa Triolet, no 8, 2002, pp. 117-137. []
  6. Ibidem. []
  7. Grenouillet cite à ce propos le chapitre VII de la partie du roman dédié à Catherine : « La situation des femmes dans la société, voilà ce qui révoltait surtout Catherine […]. Toute l’énorme littérature sociale qu’elle avait dévorée avait essentiellement atteint Catherine par ce côté-là de ses pensées. Il est certain qu’elle brûlait les pages quand son problème, le problème de la libération de la femme, de l’égalité de l’homme et de la femme, n’était pas, au moins indirectement, en jeu. L’opposition fondamentale dans la société, la contradiction criarde, n’était-ce pas entre l’homme et la femme qu’elle se trouvait ? […] ». Ibidem. []
  8. Ibidem []
  9. Ibidem []
  10. Ibidem. Dans Les Bases sociales de la question féminine (1909) Kollontaï emprunte à Marx, Engels et August Bebel l’idée que le capitalisme provoquait la désagrégation de la famille : « Aragon a peut-être eu accès à L’Ouvrière et la Paysanne dans la République soviétique (Librairie de l’Humanité, 1921, 30 p.) et surtout à La famille et l’État communiste (Bibliothèque communiste, 1920, 24 p.) qui reprend les idées principales des Bases sociales de la question féminine […] ». []
  11. Ibidem []
  12. Ibidem []
  13. Marie-Thérèse Eychart, « La femme ou l’éprouve de la différence », dans Faites entrer l’Infini, revue de la Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, n. 30, décembre 2000, pp. 51-55. Delranc, Mariane & Trouvé, Alain (dir.), Lire Elsa Triolet aujourd’hui : à l’écoute du « radar poésie ». Reims, Epure, 2017. Thomas Stauder (dir.), L’Identité féminine dans l’œuvre d’Elsa Triolet, Tübingen, Gunter Narr, coll. « Edition lendemains », 2011, p. 291 : « […] Elsa Triolet – à la différence de Simone de Beauvoir – plaide pour un « féminisme de la différence » : « Les femmes, c’est l’avenir du monde. Leur force n’est pas découverte […] Elle remuera encore des montagnes, cette force fait d’instinct, d’énergie et qui est toute de sorcellerie, parce que nous ne la comprenons pas encore. Pas des amazones, des femmes, les plus femmes, seins, cheveux longs, fragilité et douceur… Et la puissance ». Ici Elsa trace ici un portrait qui cependant évoque le stéréotype de la femme douce aux les cheveux longs. []
  14. Marques-Pereira, Bérengère,« Résistances féministes en faveur de la citoyenneté des femmes », ILCEA, 33, 2018, en ligne depuis le 05 novembre 2018, consulté le 19 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/5310. []
  15. La préface a été cité par A. Kimyongür,« The representation of women in Louis Aragon’s Le Monde Réel », French Studies Bulletin 57, 1995, p. 3. []
  16. Louis Aragon, Œuvres romanesques complètes, sous la direction de Daniel Bougnoux avec la collaboration de Philippe Forest, Paris, La Pléiade, 1997, t. I., 1001. []
  17. Poesie d’Amore, con un autografo inedito e sette incisioni di Ghiannis Ritsos, Milano, Crocetti Editore, 1984, p. 24. []
  18. « Voici enfin le temps que je m’explique », préface ajoutée en 1966 à Aurélien, Paris, Gallimard, 2017 [1ere éd. 1944], p. 15. []
  19. Comme l’indique la première phrase du roman, « la première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide » ; Louis Aragon, Aurélien, op. cit, p. 27. []
  20. Ibid, p. 25. Nelly Wolf, « Proses du Monde », COnTEXTES, 18, 2016 : Aurélien « habite dans l’île Saint-Louis, est habillé en Monsieur, se déplace en voiture et parle un français recherché épicé d’un peu d’argot et de quelques tours familiers »; donc il représente le bourgeois. []
  21. Sylvie Servoise, « Aurélien de Louis Aragon, roman de l’engagement ? », dans C. Julliot et S. Servoise (ed.), Actes de la Journée d’Etudes consacrée à Aurélien de Louis Aragon, à l’Université du Maine (Le Mans), 3 décembre 2016, publié en 2017. []
  22. Louis Aragon, « Voici enfin le temps que je m’explique », op. cit. Le protagoniste du Cheval blanc, Michel Vigaud est un adolescent pendant la première guerre mondiale. En grandissant, il devient un homme beau et charismatique, qui voudrait sauver le monde sur son « cheval blanc », mais il est inconstant et indécis. En particulier, il est doué au piano et en même temps incapable de s’engager dans un travail stable. Après beaucoup de femmes, le séducteur découvre l’amour avec Élisabeth. À la fin du roman, la « mort héroïque de Michel Vigaud à la guerre, rachète une vie sans fil directeur […] ».C. Grenouillet, Lecteurs et lectures des Communistes d’Aragon, Paris, Les Belles Lettres, 2000, p. 237. []
  23. Louis Aragon, « Voici enfin le temps que je m’explique », op. cit. p. 17. []
  24. Ibidem []
  25. Sylvie Servoise, « Aurélien de Louis Aragon, roman de l’engagement ? », dans C. Julliot et S. Servoise (ed.), Actes de la Journée d’Etudes consacrée à Aurélien de Louis Aragon, à l’Université du Maine (Le Mans), 3 décembre 2016, http://3lam.univ-lemans.fr/fr/publications/aurelien-d-aragon.html, 2017, p. 1-11, p. 5. []
  26. Louis Aragon, Aurélien, Paris, Gallimard, 2017, p. 693. []
  27. René Pommier, Le «Sur Racine» de Roland Barthes, thèse de doctorat d’État, Paris, Sedes, 1988, (publié avec le concours du C.N.R.S.). []
  28. Marc Escola, « Achever Bérénice : Corneille, Racine et Brasillach », Journée d’étude sur « la critique “idéologique” face à Corneille », Paris 3, novembre 2002, consulté le 20 novembre 2020 sur http://www.fabula.org/atelier.php?Dramaturgie_et_id%26eacute%3 ; Alice Kaplan, Processo e morte di un fascista: il caso Brasillach, Bologna, Il Mulino, 2003. []
  29. Racine, Bérénice, Paris, Gallimard, 2013, p. 55. []
  30. Louis Aragon, Poesie d’Amore, con un autografo inedito e sette incisioni di Ghiannis Ritsos, Milano, Crocetti Editore, 1984, p. 24-27. []
  31. S. Akerman, Le mythe de Bérénice, op. cit. []
  32. Nathanaël Dupré La Tour, « Aragon barrésien : une introduction », dans Grenouillet, Corinne, et Maryse Vasseviere (dir.), Recherches croisées Aragon – Elsa Triolet, n°8, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2002, pp. 93-116. Web. <http://books.openedition.org/pus/6884>. []
  33. Maurice Barrès, Le Jardin de Bérénice, présentation par Michel Mercier, Paris, Flammarion, 2008, p. 151. []
  34. Ibid, p. 160 []
  35. Ibid, p. 101 []
  36. Ibid, p. 161 []
  37. Ibid, p. 68 []
  38. Ibidem []
  39. Ibid, p. 162 []
  40. Michel Mercier, « Préface », dans Maurice Barrès, Le Jardin de Bérénice, op. cit. p. 20. []
  41. Ibid, p. 163 []
  42. Ibidem []
  43. Ibid p. 44 : « J’étais cheval, un bon cheval de courses […] je ferai un bon étalon ! C’est un rêve qui s’applique excellemment au général Boulanger ». []
  44. Cécile Narjoux, « Le cheval oublié dans Blanche ou l’oubli d’Aragon », Recherches croisées Aragon – Elsa Triolet, n ° 8, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2002. []
  45. Elsa Triolet, Le Cheval Blanc, Pars, Gallimard, 1972, p. 497. []
  46. Voir Lorene M. Birden, « Elsa Triolet’s Le Cheval Blanc as a French Bylina », Comparative Literature Studies, vol. 35, v. 3, 1998, p. 255-277. []
  47. Elsa Triolet, Le Cheval Blanc, op. cit., p. 513 : « […] comme disent tous les copains : il ne faut pas chercher à comprendre. Pourtant il y en a qui essaient… ». []
  48. Lorene M. Birden, « Elsa Triolet’s Le Cheval Blanc as a French Bylina », op. cit., p. 273 : « Michel dies in his attempt to be a hero, and that attempt only saves one life […] For Triolet, the French were at the end of their tale, and they were risking extinction through passivity. ». []
  49. Cécile Narjoux, « Le cheval oublié dans Blanche ou l’oubli d’Aragon », Recherches croisées Aragon – Elsa Triolet, n ° 8, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2002. « […L]e motif du cheval est lié au sujet principal de Blanche – à savoir l’oubli, l’oubli d’une époque passée et présentée comme idyllique, en particulier celle de l’enfance ou de la jeunesse insouciante et innocente » ; Ibidem. []
  50. Avec Gide et Sartre, Barrès est l’un des trois auteurs les plus marquants du XX siècle selon Michel Winock, Le Siècle des intellectuels, Paris, Seuil, 1997. Cf. N. Dupré La Toure, « Aragon barrésien : une introduction », op. cit. []
  51. Louis Aragon, Les Beaux Quartiers, Paris, Gallimard, 2020 [1 éd. 1926], p. 123. []
  52. Aurélien, op. cit. p. 690-691. []
  53. Dans le roman, Aragon représente les deux identités de Bérénice aux yeux fermés et aux yeux ouverts. []
  54. Nous ne pouvons pas étudier ici en détail les différences entre les deux auteurs. Cependant, nous soulignons que dans le Cheval blanc, Elsa Triolet ne représentait pas la Résistance, probablement pour éviter la censure, car le roman a été publié clandestinement en 1943. Dans le Cheval blanc, l’amie du protagoniste Philippe, Simone, a l’intention de s’engager dans la Croix-Rouge durant la seconde guerre mondiale, car « c’est tout ce que nous, femmes, nous pouvons faire actuellement » ; Elsa Triolet, Le cheval blanc, op. cit., p. 509. []
  55. Louis Aragon, Le paysan de Paris, Paris, Gallimard, 1953 [1988], p. 15-16. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search