Johnatan Marin. L’étranger en Occident à la fin du Moyen Âge : l’étranger aimé et l’étranger détesté dans les Danses macabres d’Europe

“No soy de aquí ni soy de allá”

Facundo Cabral

Selon le Thresor de la langue francoyse tant ancienne que moderne édité en 1606 « [Un] étranger est celui qui est d’étrange pays. Alienigena, Peregrinus »1. Du ξένος (xénos) grec, en passant par l’extraneus latin, l’idée derrière le mot « étranger » renvoie toujours à une appartenance à un « ici » en relation avec un « ailleurs ». Mais que veulent dire les mots « ici » ou « pays » à la fin du Moyen Âge (autour du XVe, XVIe siècle), dans un monde précédant la naissance des États nationaux ? Quelles sont les limites de ces espaces qui définissent l’étrangeté, l’être étranger ? Dans un monde où les frontières des empires, des royaumes et des fiefs changent sans arrêt au gré des bouleversements politiques, des mariages et des guerres, comment s’identifier à un « ici » et comment définir l’« ailleurs » ?

Les significations d’appartenances et la dénotation des espaces varient avec le temps et sont soumises à une idéologie qui change en fonction de la géographie ou de la culture. À la fin du Moyen Âge, il y a ainsi des étrangers que l’on désire voir arriver (le marchand), il y en a que l’on se doit d’accueillir (le missionnaire), mais il y en a aussi que l’on aime moins, voire que l’on déteste et que l’on exclut (les musulmans et les juifs). C’est donc en définissant le moi que commence à se dessiner celui « qui n’est pas moi » (Julia Kristeva)2. En nous appuyant sur la tradition des Danses macabres, nous verrons quelle est la conception en Occident de l’étranger à la fin du Moyen Âge et la place donnée à cet autre qui n’appartient pas au fief, au royaume, à celui qui est en dehors de la cité.

Rappelons brièvement que les Danses macabres se sont répandues par toute l’Europe principalement du XIVe au XVIIe siècle. Elles représentaient en peinture ou en poésie la société de l’époque face à la mort, offrant ainsi une image assez complète de la société du Moyen Âge. Les textes des Danses macabres commencent souvent par un rappel universel de notre mortalité et notre destin commun : la mort. Par la suite, tout le monde est invité à participer à la danse, en commençant par les plus puissants : le pape, l’empereur, le cardinal, le roi et ainsi de suite, les derniers étant souvent ceux se situant au plus bas de l’échelle sociale, à la frontière même de la société.

Dans les poèmes qui accompagnaient au départ les énormes peintures murales dans les cimetières, les cloîtres ou dans les églises, on retrouve une hiérarchie sociale qui se veut fidèle à la société dont elle tente d’être le miroir. Les poèmes se retrouvent postérieurement édités, réédités, adaptés et traduits presque partout en Europe, esquissant ainsi un rapport à l’altérité très large. Cela dit, cette tradition d’origine très catholique et moralisante n’est que la vision chrétienne de l’altérité, une vision qui semble tout de même hégémonique, dans un monde où l’Église est au centre du pouvoir.

Il faut aussi souligner que la place occupée par les étrangers dans cette radiographie de la société varie un peu d’une tradition à une autre, d’une langue à une autre, d’une version à une autre. Les étrangers ne sont pas tous traités de la même manière. Tout dépend de leur origine, de leur fonction dans la société et de la valeur attribuée par la vision hégémonique qui « contrôle » le discours.

En 1919, Sigmund Freud publie son essai intitulé L’inquiétante étrangeté (Das Unheimliche)3. Cette notion, reprise par Julia Kristeva, propose une explication aux passions éveillées par celui qui n’est pas nous, ce qui renvoie à la définition d’un moi et d’un non-moi. Dans cette idée de rapport à l’altérité, la rencontre fait souvent peur, puisque le mot allemand renvoie en même temps à l’idée de « familier », mais aussi de « caché » ou de « ténébreux ». En découvrant l’autre, on doit faire face à nous-mêmes et à ce que l’on refoule en nous. Ce que l’on refuse chez l’étranger, on le refuse en nous. En définissant un « nous », on définit l’« autre ».

Comme le présente l’historien français Dominique Iogna-Prat, dans l’Europe médiévale, ce qui unit paradoxalement l’humanité de l’époque est aussi ce qui la divise4. C’est l’Église catholique qui, en donnant sa vision du monde, impose sa définition de l’altérité et donc de l’étrangeté au Moyen Âge.

La tradition artistique des danses macabres, en se présentant comme miroir de son temps, propose un récit qui construit une identité narrative que l’on peut imaginer formatrice dans la construction du rapport à l’altérité de son époque. Elle imposait ainsi sa définition d’un « ici » et d’un « ailleurs » et elle le faisait sans se limiter à un sens géographique. Ainsi, les personnages plus importants (empereur ou pape) qui auraient pu être vus comme des étrangers, l’étant souvent, n’obtiennent jamais une telle appellation dans aucune des versions. On constate très vite que même si la mort se veut égalisatrice, elle donne tout de même l’« honneur » aux plus grands de commencer, rétablissant dans son mouvement moqueur l’ordre établi de l’époque. De plus, même si elle se veut très large et inclusive, elle dessine par la place du personnage ou par son traitement, une véritable cité des croyants et par le même acte, elle laisse en dehors ou à la frontière de cette « union européenne » des croyants, tout être contraire ou en opposition à la loi divine.

L’étranger aimé

Il existe au Moyen Âge des étrangers souvent désirés, comme c’est le cas du marchand. Dans la version française de 14865 par exemple, le marchand, étant nécessaire à la société, est bien placé dans la hiérarchie (18e sur 40). Il bénéficie même d’un assez bon traitement par un mort qui lui propose un dernier marché. Certes, en règle générale la mort ne fait pas toujours preuve d’une grande sévérité dans cette version.

Le mort

Marchant regardez par deça

Pluseurs pays avez cerchié

A pié, a cheval, de pieça.

Vous n’en serés plus empeschié.

Vecy vostre dernier marchié

Il convient que par cy passez

De tout soing serés despeschié.

Tel convoite qui a assez.

Anonyme, Danse macabre des hommes éditée par Guyot Marchant en 1486, Gallica6.

Dans le texte de la danse macabre de Lübeck (peinte vers 1463 et connue grâce au texte de Jacob von Melle de 1701), une des versions en allemand, la mort est également assez bienveillante avec le marchand. Elle lui rappelle juste l’importance de se tenir éloigné du mal :

Danse macabre de Lübeck, L’usurier, le curé et le marchand

Hefstu anders nicht bedreven,

In Kopenscop, alse di was gheven,

It sal di wesen Rechtferdicheit,

Wen alle Dink to richten steit.

Hefstu di so vorwart,

Unde din Dink gans wol geklart,

Westu anders, dat is nicht gut

Have you done nothing else,

in business, than what you were given,

[then] you shall receive justice,

when all things come before the court.

Have you then kept safe [against evil]

and your business totally in order.

Were you different, that isn’t good.

Image et traduction en anglais de Martin Hagstrøm7

Bien que le marchand soit souvent bien placé et bien traité dans la plupart des versions, il en existe toutefois deux (en allemand) qui semblent donner une autre image de cet étranger, mais nous y reviendrons dans la seconde partie.

Le marchand n’est pas le seul étranger attendu ou souhaité au Moyen Âge. Nous retrouvons aussi le personnage du pèlerin. Lui, bien que se situant souvent en bas de l’échelle sociale, n’est tout de même pas le dernier et, dans la version française, la mort semble lui être assez bienveillante :

Le mort

Pelerin: vous avez assez
Aller en pelerinage.
Travelle estez: et lassez.
Bien appart a vostre visage.
Cest cy vostre derrenier vouage
Que bon vous soit faictez devoir
La fin coronne tout ouvrage.
Selon euvre payement avoir.

Anonyme, Danse macabre des hommes éditée par Guyot Marchant en 1486, Gallica8

Plaint par une mort qui le couronne, le pèlerin est accueilli par une danse qui lui propose un dernier voyage. Le pèlerin est obéissant et accueille la mort en bon catholique. Nous trouvons un cas semblable dans le personnage du « Maître de Paris », un véritable étranger dans la version de Der Doten dantz mit figuren (vers 1488 et 1492)9 :

Der Doten dantz mit figuren, le maître (docteur) de Paris

  Der doit
O Groißer meister von pariß
Werent ir nu gewest so wijse
Vnd hettent studeret off den doit
Sicherlich das were uch noit.
Ir mußent nu glych dem leyen
Spryngen myt myr an dyßen reyen
Vnd dar zu uweren geyst off geben
Wie woil yr meynet noch langer zů leben.
    Death
Oh, great master from Paris.
Now, had you been so wise
and had studied Death,
this would certainly have been what you need.
You must now, just as the unlearned,
jump with me to this row,
and also give up your ghost,
even if you expect to live longer.

Image et traduction en anglais de Martin Hagstrøm10

Cet étranger savant arrivé de Paris11 ferait référence au traducteur ou à l’auteur du texte. Il occupe cependant une des dernières places, probablement parce qu’il semble avoir été rajouté par la suite, puisque, comme le marchand, sa place est assez illogique dans la hiérarchie de l’époque. Tout de même, malgré sa place, la mort une fois encore se montre plutôt accueillante, laissant entendre en clair, que bien que parmi les derniers, cet étranger « aimé » a le droit à un traitement plutôt privilégié (voir le lexique positif : « maître », « savant »).

Mais peut-être, le cas le plus intéressant des étrangers aimés est-il celui fourni par la version anglaise des danses macabres, qui est une traduction de John Lydgate (vers 1430) de la version parisienne. Par son entremise, nous assistons à une rencontre entre pairs étrangers. Le rapport à l’autre est ici admiratif et il est même créateur, puisque c’est grâce à cet élan que le texte français se retrouvera traduit en anglais :

De la troisième édition de « A Treatise excellent and compendious… » publiée par Richard Tottel, 155412

Which – getting acquainted with French clerks –

I undertook to translate all

out of the French Macabree’s dance.

By whose advice and counsel at the least

through their guidance and suggestion

I obeyed their request

to make a full translation of it13

“Advice and counsel”, “guidance and suggestion”, “I obeyed their request”. Nous voici témoins de la preuve de l’admiration qui pouvait exister entre les collègues de pays et de langues différentes. Plus intéressant encore, l’étranger n’en est pas vraiment un. Il est, en tout cas et pour le moins, un étranger aimé.

Quant au contenu de la version anglaise, le texte ne permet pas une grande analyse du rapport à l’altérité dans le royaume outre-Manche, étant donné que la traduction est assez « fidèle ». Cependant, le fait même d’une traduction « fidèle » au lieu d’une adaptation (ce qui semble être le cas le plus généralisé concernant les danses macabres) et l’admiration dont il est question dans le prologue de Lydgate, nous signale que la France, et plus précisément Paris, est vue comme une référence très importante, un exemple à suivre, du moins en ce qui concerne la culture ou la religion.

Lydgate admire tellement ses collègues, il est tellement fasciné par les danses macabres françaises, qu’il va jusqu’à regretter de ne pas être né français. L’étranger est ici digne d’admiration et il est élevé au rang de modèle.

Out of the French I drough it of intent,

Not word by word, but following in substance

And from Paris to England it sent,

Only of purpose you to do pleasance.

Have me excused my name is John Lidgate,

Rude of language, I was not borne in France,

Her curious Miters in English to translate,

Of other tong I have no suffisance14.

S’excuser pour ses limitations revient à reconnaitre la supériorité et l’importance du rapport à l’autre et à sa langue. De même, Lydgate constate l’impossibilité d’une traduction parfaite, preuve ultime d’un rapport admiratif à l’altérité et d’une reconnaissance de la complexité de la rencontre avec l’autre.

Ainsi, comme entre Lydgate et ses pairs, la mort ne semble pas très concernée par les origines, ou la langue parlée, mais plutôt par le degré d’appartenance du personnage au royaume divin, car le seul passeport semble être Dieu et la véritable foi catholique. Voilà que l’étranger n’en est pas un. Dans cet universalisme chrétien, où l’autre est mon frère, où ma maison est l’ici-bas où Dieu se trouve, où la langue « universelle » du latin unit les peuples, l’étranger est celui qui n’a pas de place dans la cité du Dieu catholique.

L’étranger détesté

Parmi les « étrangers aimés » ou attendus, on retrouve une variation importante concernant le marchand dans deux versions. Le premier cas, nous le trouvons dans la danse allemande Der Doten dantz mit figuren qui le fait arriver en dernier. Dans celle-ci, même si la mort lui est plutôt favorable, il est légitime de s’interroger sur la place qui lui a été accordée. La raison la plus probable semble pointer vers un ajout postérieur, ce qui expliquerait le manque de logique dans la hiérarchie. Nous pouvons aussi considérer la possibilité que, comme le signale Ernst Schubert15, les ordonnances promulguées par les autorités dans le Saint-Empire romain germanique pour interdire la mendicité, lorsque les errants et plus tard les étrangers commencent à être vus comme de dangereux porteurs de la peste, aient pu modeler les opinions publiques. Ces ordonnances expliqueraient donc une méfiance plus prononcée envers les étrangers dans les versions allemandes des danses macabres.

Todt zum Krämer:
WOl her Krämer du Groscheneyer,
Du Leutb’scheisser vnd Gassenschreyer,
Du must jetztmals mit mir darvon,
Dein Humpelkram eim andern lon.
Death to The Peddler
Well then, peddler, you Gressoneyer,
you people-swindler and street-crier.
You must now with me from here.
Leave your shoddy goods for somebody else16.

Un autre cas assez particulier d’un marchand est celui de la danse macabre de Bâle. Il n’est pas seulement parmi les derniers, mais il est aussi maltraité par une mort qui le surnomme « Gressonard ». Gressoney est le nom d’un village et d’une petite région du nord de l’Italie, à la frontière avec la Suisse où la population était (et reste encore aujourd’hui) majoritairement germanophone, plus précisément de langue walser (dialecte local) et où ses habitants étaient traditionnellement des vendeurs ambulants au Moyen Âge.

Der Todendantz (danse macabre de Bâle), Le Colporteur dans les gravures de Matthäus Merian17

Swindler Escroc, shoddy goods, marchandise de mauvaise qualité. Les Gressonards sont ainsi victimes d’une généralisation. On associe à leur origine et à leur métier une image négative toute faite effaçant toute singularité possible. Certes, les danses macabres font couramment ce genre de raccourcis. Cependant, l’association d’une origine particulière et l’appréciation faite du métier semblent être assez particulières à cette version, constituant un amalgame fort dont seraient victimes ces étrangers.

Toutefois, le cas du marchand de la danse macabre de Bâle reste une exception. Les vrais étrangers détestés, ce sont ceux étrangers à la foi catholique, étrangers au Dieu chrétien qui règne en Europe et d’où émane cette tradition artistique.

C’est le cas des mécréants ou de ceux qui ne suivent pas les enseignements catholiques. Les juifs, en particulier, sont perçus comme des ennemis. Ils sont détestés et considérés comme lépreux ou hérétiques. Ils constituent souvent des groupes sous contrôle ou persécutés, sans beaucoup de liberté et à la marge de la société. Ils sont perçus comme une menace pour la cité d’un Dieu catholique bien installé dans l’Europe de la fin du Moyen Âge. Les juifs sont ainsi en proie à la persécution et souvent accusés d’être responsables de cataclysmes comme la peste : “For all imaginative purposes, heretics, Jews and lepers were interchangeable … through them the Devil was at work to subvert the Christian order and bring the world to chaos18.

En approfondissant la démarche de Michel Foucault dans l’Histoire de la folie à l’âge classique et dans Surveiller et punir, l’historien britannique Robert Moore dénonce en 1987 l’instauration dès le Moyen Âge d’une société de la persécution et de l’exclusion. Dans son livre The Formation of a Persecuting Society: Power and Deviance in Western Europe, 950-1250, R. Moore démontre à quel point le pouvoir de l’époque met en place la persécution d’une partie de la population au nom du progrès nécessaire dans une société. Ainsi, l’Église exclut et met à l’écart ou réduit au silence les étrangers de Dieu.

Ce qui « unit » en une grande nation le monde catholique sert en même temps de moyen d’exclusion et de division. Et il est nécessaire, face à l’hérésie et à ceux qui mettent en danger cette unité, de se montrer impitoyable. Les exclus sont ainsi diabolisés pour ensuite justifier la persécution. Le débat est au plus haut, comme le prouvent les textes produits par Pierre le Vénérable, un grand abbé de Cluny, déjà au XIe siècle. Adversus Judeos Summa haeresis Sarracenorum et Contra sectam Sarracenorum, autant de textes où il explique que ceux qui s’attaquent à la structure de la société (en parlant des juifs et des musulmans) sont soit inhumains, soit inspirés par le diable. Ainsi, il n’est pas surprenant de retrouver dans la danse macabre espagnole, des personnages comme le musulman ou le juif, au plus bas de l’échelle sociale, juste avant le fou (étranger lui aussi, mais à la raison). Le fait de ne pas partager la vision dominante mène à l’exclusion, à la porte de la cité.

L’inclusion de représentants des religions juive et musulmane dans la version espagnole de danse macabre, présentée souvent comme une preuve de la Convivencia (coexistence) de l’Espagne avant 1492, semble n’être qu’une preuve, au contraire, de l’exclusion de ces pécheurs / mécréants qui seront par la suite expulsés du royaume ou contraints de se convertir à la religion catholique :

Dize la muerte (LXXIII)

Don rabí barbudo, que sienpre estudiastes

en el Talmud e en los sus doctores,

e de la verdad jamás non curastes,

por lo cual avredes penas e dolores.

Llegadvos acá con los dançadores,

e diredes por canto vuestra berahá;

dar vos han posada con rabí Açá.

Venit, alfaquí, dexad los sabores.

La mort dit (LXXIII)

Monsieur le rabbin barbu, vous qui toujours étudiâtes

dans le Talmud et avec ses docteurs,

et que de la vérité jamais ne prîtes soin,

pour ceci vous aurez peines et douleurs.

Venez, vous, ici avec les danseurs,

et vous direz par chant votre berakha19 :

on vous donnera une demeure avec le rabbi Aça

Venez, alfaqui, laissez là les saveurs.

Dize la muerte (LXXV)

Venit vos, amigo, dexat el rallar,

ca el gamé no pedricaredes;

a los veinte e siete vuestro capellar

nin vuestra camisa non la vestiredes;

en Meca nin en la ida y non estaredes

comiendo bunnuelos en alegría.

Busque otro alfaquí vuestra morería.

Passad vos, santero, veré qué diredes.

La mort dit (LXXV)

Venez-vous, ami, laissez là le salat20

car l’enfer vous ne prêcherez pas

et les vingt-sept21, ni votre manteau

ni votre qamis22 ne porterez ;

ni à la Mecque ni dans l’Aïd vous ne serez

à manger des beignets avec joie.

Que vos maures cherchent un autre alfaqui.

À vous, ermite, voyons ce que vous direz.

Ils sont accusés de mentir ou de prêcher l’enfer, mais surtout, fait assez particulier dans cette version ils sont presque jugés ; le rabbin subira peines et douleurs, alors que pour le musulman, on peut imaginer assez facilement le destin de celui qui prêchait l’enfer.

La version espagnole n’est pas la seule à mettre en scène un étranger à la religion. La version de Bâle (vers 1440) le fait aussi.

Todt zum Juden:
HVjum Jud, mach dich auff die Fahrt.
Deins Messiæ hast zu lang g’wart:
Christum welchen jhr habt ermördt
War der recht, jhr habt lang gejrrt.
Death to The Jew
Yoo-hoo! Jew, start traveling.
You have waited too long for your Messiah.
Christ, whom you have murdered,
was the right one. You have long been mistaken.
Der Jud:
EIn Rabi war ich der Geschrifft,
Zog auß der Bibel nur das Gifft:
Gar wenig nach Messiam tracht,
Hat mehr auff Schätz vnd Wucher acht.
The Jew.
I was a Rabbi of scripture.
I drew only the poison out of the Bible.
I have desired Messiah very little,
have paid more heed to treasures and usury23.

Der Todendantz (DM de Bâle), Le Juif dans les gravures de Matthäus Merian24

Dans sa représentation, un étranger à la foi catholique ne peut être qu’humilié. Accusé d’être un meurtrier, le concerné s’avoue empoisonneur, accusation qui n’est pas sans rappeler les 600 juifs assassinés lors du massacre du Pogrom de Bâle le 9 janvier 1349. Ce jour, accusés d’empoisonner le puits de la ville et d’être responsables de la peste qui décimait l’Europe, une bonne partie des juifs de la ville ont été enfermés dans une grange en bois et ont été brûlés vifs.

On peut se demander si le texte et la peinture auraient comme objectif de justifier cet acte. Pourtant au moment où la peinture et le texte apparaissent, les juifs ne sont plus là. La question est donc légitime : pourquoi réserver une place aux juifs qui ont été expulsés de la ville ? En effet, en 1397 tous les juifs avaient fui la ville, leur présence étant interdite.

La version de Bâle introduit aussi un personnage hybride, un païen / musulman qui, lors de la rénovation faite en 1568 par Hans Kluber, est devenu deux personnages bien distants, un païen et un « Turc ». C’est à ce dernier qu’on lui laisse la pire de places : la dernière et, comme si cela n’était pas suffisant il reçoit un traitement très violent et injurieux de la part de la mort :

Der Tod.
Du falscher Türck und grosser Hundt,
Es ist jetzundt auch hie dein Stundt,
Dein Machomet hilfft dich nicht heut,
Noch auch dein Bogen zu dem Streitt,
Darzu dein Sebolt und dein Bundt,
Must sterben wie ein andrer Hundt.
Death.
You deceitful Turk and big dog,
now it’s also your hour.
Your Mohammed won’t help you now,
neither your bow to the fight,
and also your sabre and your turban.
You must die like [just] another dog25.

Un prophète impuissant et un homme traité de gros chien qui mérite de mourir comme tel : voici le portrait de cet autre inacceptable, non pas parce qu’il est seulement étranger, donc « pas des nôtres »26, mais surtout parce que, comme le signale Paul Ricœur, ce qui est le plus grave chez l’étranger c’est quand il n’est pas non plus « autorisé à devenir l’un de nous, du seul fait qu’il le souhaite ou le demande »27. Cet « autre » est ainsi refusé avec violence pour bien définir un « nous », un « nous » pourtant en mutation, puisque, juste quelques années plus tard, la Réforme a bien modifié au moins la peinture, voire aussi le poème.

Ces étrangers souvent relégués à la frontière des Danses macabres rejoignent un groupe d’exclus, à la queue du peloton, au plus bas de l’échelle sociale et sont même ignorés dans certaines versions. Ils sont accompagnés souvent par des femmes (surtout les femmes non mariées) forcément mauvaises dans les danses macabres, et par de grands pécheurs (devrions-nous voir ici une manière de justifier leur place dans la société ?). De ce fait, les étrangers à la loi divine n’ont pas besoin d’être étrangers d’une manière géographique ou linguistique, le péché suffit à les éloigner de Dieu et ainsi de la cité. Par conséquent, beaucoup de femmes, fautives par nature depuis la première, que ce soit Pandore ou Ève, se retrouvent à côté des derniers, de l’usurier, du voleur, des handicapés, des mendiants ou, pire encore, du fou. Ce dernier, souvent à la fin de la danse, représente le plus grand des péchés, le manque de raison, ce qui veut dire aussi l’absence de Dieu. L’étranger à la raison, celui qui ne croit pas, ne peut être que damné. « Mort n’est nullement une fable, Mais fol jusqu’au bout n’en croit rien »28.

En fin de compte, la conception de l’étranger n’a pas tellement changé. Bien que de nos jours, l’« ici » et l’« ailleurs » se définissent par des coordonnées très précises, et même par des murs, les questions essentielles demeurant les mêmes. La définition d’un « nous » n’est que le produit d’un discours ou d’une construction historique, politique et/ou sociale.  L’« autre » nous échappe comme il échappait déjà dans les danses macabres. Le marchand, aujourd’hui devenu investisseur étranger, peut être aimé à certains moments, puis détesté et accusé de n’être qu’un voleur à d’autres. Les étrangers ne sont pas tous les mêmes. Il existe des « non-moi » élevés au rang de modèles et des « non-moi » persécutés et chassés de la cité. Dans les danses macabres, les étrangers sont ceux à la frontière de la société, de la raison, mais surtout de la religion et c’est à eux de fermer la danse. L’étranger n’est pas forcément celui qui vient d’ailleurs, il est aussi à l’intérieur de la cité. Il est né étranger, contraint à l’errance chez lui, dans son « ici », voire expulsé vers un « ailleurs » inexistant.

Les questions concernant l’altérité au Moyen sont encore nombreuses. Comment la peste a transformé l’approche de l’autre, devenu un danger ? Quand commence-t-on à regarder l’étranger comme un messager de la mort ? Qui est cet « autre » ce « moi », quel est cet « ici » et cet « ailleurs » dans d’autres discours ?

Une chose est sûre, le rejet de l’étranger, comme l’expose R. Moore, n’est pas un monopole des temps modernes. Nos représentations de l’altérité et la peur que la rencontre de l’autre peut générer semblent être intrinsèques à l’être humain. Nous sommes cet « autre », l’étranger est déjà en nous, né avec nous. Même face à la mort, serons-nous incapables de reconnaître l’étranger qui nous habite ?

 

Johnatan Marin 

Sorbonne Université – CRLC

  1. Aimar de Ranconnet, (14..-1559), Thresor de la langue francoyse tant ancienne que moderne…, Gallica, 1606. En ligne :ark:/12148/bpt6k50808z []
  2. Julia Kristeva, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Fayard, 1988 (rééd. 1991), p. 139. []
  3. Sigmund Freud « L’Inquiétante Étrangeté » et autres essais, Paris, Gallimard, 1985. []
  4. Dominique Iogna-Prat, Ordonner et Exclure : Cluny et la société chrétienne face à l’hérésie, au judaïsme et à l’islam, 1000-1150, Paris, éd. Aubier, 1998, p. 360. []
  5. Anonyme, Danse macabre des hommes éditée par Guyot Marchant en 1486, Gallica. []
  6. Ibid., en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8615802z []
  7. Site internet de Martin Hagstrøm. En ligne : http://www.dodedans.com/Etext7.htm []
  8. Op. cit. []
  9. Le plus ancien des incunables en allemand. []
  10. Site internet de Martin Hagstrøm. En ligne : http://www.dodedans.com/Efiguren29.htm []
  11. Probablement en référence au fait que la version allemande soit le résultat d’une adaptation de la version du cimetière des Saints-Innocents de Paris. []
  12. Image du site dodedans.com []
  13. Modernisation faite par Martin Hagstrøm. Texte en moyen anglais : Ther, of Frensshe clerkis takyng aqueintaunce, / I toke on me to translatyn al, / Oute of the Frensshe, Machabres Daunce. / By whos avys and counceil atte the leste, / Thorugh her steryng and her mocioun, / I obeide unto her requeste, / Therof to make a playn translacioun. Cf. John Lydgate, Megan L. Cook et Elizaveta Strakhov, John Lydgate’s Dance of Death and Related Works, éd. Medieval Institute Publications, Kalamazoo, 2019. []
  14. Ibid.: Out of the Frensshe I drewe it of entente, / Not worde by worde but folwyng the substaunce. / And fro Paris to Engelonde it sente / Oonly of purpos yow to do plesaunce. / Rude of langage (I was not born in Fraunce), / Have me excusid; my name is John Lidgate. / Of her tunge I have no suffisaunce []
  15. https://www.persee.fr/doc/shmes_1261-9078_2000_act_30_1_1769 []
  16. Traduction en anglais de Martin Hagstrøm. []
  17. Image du site dodedans.com []
  18. R. I. Moore, The Formation of a Persecuting Society: Authority and Deviance in Western Europe 950-1250, Oxford, 1987, p. 61. []
  19. Wikipedia : Dans le judaïsme, une berakha ou brakha (héb.: ברכה; pluriel ברכות, berakhot) est une bénédiction, habituellement récitée à un moment spécifique, avant de réaliser une prescription, qu’elle soit d’origine biblique ou rabbinique, de consommer un mets, lors de retrouvailles avec un ami, etc. []
  20. La Salat : prière islamique, un des cinq piliers de l’islam. []
  21. Probablement en référence aux fêtes musulmanes qui tombent souvent les 27 des certains mois. []
  22. Chemise portée par des hommes musulmans. []
  23. Traduction en anglais de Martin Hagstrøm. []
  24. Image du site dodedans.com []
  25. Traduction en anglais de Martin Hagstrøm. []
  26. Paul Ricœur, « La condition d’étranger », In Esprit, n° 323 (2006), p. 266. []
  27. Ibid. []
  28. Modernisation de la danse macabre française faite par Anne-Marie and Jacques-Paul-Sosthène Yvon, La danse macabre des femmes[texte imprimé][suivie de] La danse nouvelle des hommes…, 1977. « Folz ne croit iusques il recoit ». []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search