Appel à communications

LONGUEUR MAXIMALE DES PROPOSITIONS : 250 MOTS
CLÔTURE DES CANDIDATURES : 17 MARS 2020 

ADRESSE D’ENVOI : doctoralesed3@gmail.com

Si l’on revient à son étymologie latine, « cruauté » (du latin cruor) renvoie d’abord au plaisir éprouvé à la vue du sang versé et, plus largement, à la volonté de faire souffrir, que cette souffrance s’exerce par la contrainte physique ou psychologique.

Religion, philosophie puis, plus récemment, psychanalyse, sociologie et anthropologie se sont tour à tour penchées sur la question de ce mal et de ses origines. La littérature n’est pas en reste et, fascinée par la cruauté, elle s’inspire des croyances, des faits divers et des travaux de ses contemporains, pour développer et transformer une véritable esthé-tique du genre.

Notre journée d’étude se propose ainsi d’explorer quelques représentations littéraires de la cruauté, afin d’en dégager le sens et les enjeux. On pourra ainsi s’interroger sur l’identité et le rôle du personnage cruel dans la fiction, surtout lorsque celui-ci véhicule des angoisses propres à une époque (la femme, le vampire, le savant, les «classes labo-rieuses», l’étranger…). Certaines représentations s’inscrivent en outre dans des formes génériques et esthétiques particulières, dont on peut questionner les normes et les in-fluences : tragédie, histoire tragique, roman noir, romantisme noir ou «frénétique», conte cruel, roman populaire, roman policier, théâtre du Grand-Guignol, «théâtre de la cruauté» ou encore décadentisme.

Enfin, étudier les représentations de la cruauté suppose également qu’on s’interrogesur leur réception etleurseffets: édificateurs, moralisateurs, dénonciateursou plus obs-curément complaisants, gratuitset esthétiques, comment le texte cruel se légitime-t-il ?

Les contributions pourront s’inscrire dans tous les siècles et dans tous les genres litté-raires.

Bibliographie indicative

La cruauté: histoire, esthétique et philosophie

BURKEEdmund, Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et dubeau[1757], J.Vrin, Paris, 1973, trad. fr. E. Lagentie de Lavaïsse.

CHAUVAUDFrédéric, RAUCHAndré et TSIKOUNASMyriam (dir.), Le Sarcasme du mal: histoire de la cruauté de la Renaissance à nos jours, Presses Universitaires de Rennes, Rennes, coll. «Histoire», série «Justice et déviance», 2016.

DIDI-HUBERMANGeorges, Ouvrir Vénus, Nudité, rêve, cruauté, Gallimard, Paris, «Le temps des images», 1999.

ERMANNMichel, La Cruauté: essai sur la passion du mal, Presses Universitaires de France, Paris, «La Nature humaine», 2009.

FREUDSigmund Trois essais sur la théorie sexuelle, [1905], Gallimard, Paris, 1923, trad. fr. B. Reverchon-Jouve et B. Groethuysen.

KRISTEVAJulia, Pouvoirs de l’horreur : essai sur l’abjection, éditions du Seuil, Paris, «Tel Quel», 1980.

SEGUINJean-Pierre, Nouvelles à sensation : canards du XIXesiècle, Armand Colin, Paris, «Kiosque: les faits, la presse, l’opinion», 1959.

Cruauté et littérature

BIETChristian (dir.), Théâtre de la cruauté et récits sanglants en France (XVIe-XVIIesiècle), Robert Laffont, Paris, «Bouquins», 2006.

BORDERIERégine,Fiction et diction de la peur dans les récits du XIXesiècle, La Baconnière, Genève, 2017.

BOUTEILLE-MEISTERCharlotte et AUKRUSTKjerstin (dir.), Corps sanglants, souf-frants et macabres, XVIe-XVIIesiècle, Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, 2010.

CHAUDOYEGuillemine et CUPADominique (dir.), Figures de la cruauté, EDK édi-tions, Paris, coll. «Pluriels de la psyche», 2012.

DIJKSTRABram,Les Idoles de la perversité : figures de la femme fatale dans la culture fin de siècle, Éditions du Seuil, Paris, 1992, trad. fr J.Kamoun.

KILLENAlice M., Le Roman «terrifiant»ou roman «noir»de Walpoleà Anne Radcliffe et son influence sur la littérature française jusqu’en 1840, Georges Crès et Cie, Paris, 1915.

LYOTARDDolorès, Cruauté de l’intime : Barbey d’Aurevilly, Jules Vallès, Franz Kafka, Jean-Paul Sartre, Pascal Quignard, Presses universitairesdu Septentrion, Villeneuve-d’Ascq, 2003.

MARCANDIER-COLARDChristine, Crimes de sang et scènes capitales. Essai sur l’esthétique romantique de la violence, Presses universitaires de France, Paris, «Perspectives littéraires», 1998.

MARCHALBertrand, Salomé entre vers et prose : Baudelaire, Mallarmé, Flaubert, Huysmans, José Corti, Paris, «Les Essais», 2005.

MELLIERDenis, L’Écriture de l’excès : fiction fantastique et poétique de la terreur, Honoré Champion, Paris, «Bibliothèque de littérature généraleet comparée», 1999.

MIJOLLA-MELLORSophie (de) (dir.), La Cruauté au féminin, Presses universitaires de France, Paris, 2004.

PRAZMario, La Chair, la Mort et le Diable dans la littérature du XIXe siècle, le romantisme noir, Denoël, Paris, 1977.

PRINCE, Nathalie, Petit musée des horreurs, nouvelles fantastiques, cruelles et ma-cabres, Robert Laffont, Paris, «Bouquins», 2008.


Vous aimerez aussi...