Mykyta Steshenko. La littérature au risque de la psychopathologie phénoménologique : le schizophrène dans le roman du XXe siècle

Michel Foucault considère que la schizophrénie est la « folie par excellence de notre temps »1. Étymologiquement parlant, le substantif est composé de schizein ( σχίζειν) « fractionnement » et phrèn (φρήν) « esprit ». Inconnue de Littré, cette héritière de la mélancolie se définit aujourd’hui comme une « psychose chronique caractérisée par une dissociation de la personnalité »2. Les particularités d’un schizophrène sont « la perte de contact avec le réel », « le ralentissement des activités », « l’inertie », et, plus important encore, « le repli sur soi », « la stéréotypie de la pensée », « le refuge dans un monde intérieur imaginaire, plus ou moins délirant, à thèmes érotiques, mégalomanes, mystiques, pseudo-scientifiques »3. De plus, cet état est accompagné de diverses « impression[s] de dépersonnalisation, de transformation corporelle et morale sous l’influence de forces étrangères, en rapport avec des hallucinations auditives, kinesthésiques »4. Cette pathologie psychique ne s’inscrit pas dans le champ d’étude de la psychanalyse freudienne qui s’intéresse, entre autres, à la névrose ainsi qu’aux rôles essentiels que jouent l’inconscient et la sexualité dans la vie psychique de l’être humain. La schizophrénie, elle, se rattache à la folie, d’où sa place dans le domaine de la psychopathologie phénoménologique. Le terrain d’étude de cette discipline est la conscience et, plus précisément, « les perturbations, profondes et difficiles à décrire, qui caractérisent [la] façon de vivre le monde, les autres et [soi-même] »5 : tout cela permet de vérifier les préceptes phénoménologiques à travers le comportement d’un personnage vraisemblablement ou manifestement schizophrène. Sans vouloir procéder à l’établissement d’un quelconque diagnostique médical, nous analyserons les personnages principaux des Âmes fortes (1950) de J. Giono, de La Nausée (1938) de J.-P. Sartre et de La Pharisienne (1941) de F. Mauriac. Afin de mieux discerner les aspects phénoménologiques du comportement schizophrène, nous étudierons tout d’abord la présence de la folie, pour ensuite analyser la place de la conscience et, enfin, nous nous interrogerons sur le personnage schizophrène en tant que sujet phénoménologique.

De prime abord, le schizophrène peut être défini comme tel de par son comportement déraisonnable. Cela se manifeste à travers les rapports qu’il entretient avec son corps, son expérience émotionnelle et son expérience spatio-temporelle. Sans doute les trois personnages que nous proposons d’étudier, à savoir Antoine Roquentin de La Nausée , Thérèse des Âmes fortes et Brigitte Pian de La Pharisienne , se trouvent-ils face à des troubles psychiques.

La narration à la première personne et la focalisation interne utilisées par Sartre dans son roman servent à attirer l’attention du lecteur sur la perception de soi du protagoniste. L’isotopie de la pathologie mentale signale qu’Antoine Roquentin se pose la question sur l’éventuel trouble de sa psyché dès les premières pages du roman : « [c]e qu’il y a de curieux, c’est que je ne suis pas du tout disposé à me croire fou, je vois même avec évidence que je ne le suis pas : tous ces changements concernent les objets. Au moins c’est ce dont je voudrais être sûr »6. Et au début de la page suivante : « [p]eut-être bien, après tout, que c’était une petite crise de folie. Il n’y en a plus trace. Mes drôles de sentiments de l’autre semaine me semblent bien ridicules aujourd’hui : je n’y entre plus »7. Nous remarquons l’incertitude du personnage principal quant à son expérience psychique, il semble s’en rendre compte mais n’y accorde pas beaucoup d’importance. Néanmoins, il en fait part indirectement lorsqu’il décrit son existence, l’existence solitaire et centrée sur soi-même : « [m]oi je vis seul, entièrement seul. Je ne parle à personne, jamais ; je ne reçois rien, je ne donne rien »8.

Dans La Pharisienne , c’est à travers le regard de Louis Pian, un des personnages principaux du roman, que le lecteur perçoit les évènements. Or, ce n’est pas lui mais sa belle-mère Brigitte Pian qui est vue comme une schizophrène. Le lecteur apprend pour la première fois l’instabilité du tempérament de la belle-mère du petit Louis au moment où ce dernier dit : « […] il semble que ma belle-mère ait été, à ce moment-là, retenue par un scrupule (car elle était dès cette époque scrupuleuse, bien qu’elle ne fût pas encore jusqu’à la folie) »9. La schizophrénie de Brigitte Pian est d’un tout autre ordre que celle de Roquentin. Son comportement est celui d’une personne religieuse mais il entre en contradiction avec les principes qu’elle propage et qu’elle prétend suivre à la lettre. Brigitte Pian est sans nul doute la personnification de cette contradiction car au moment où elle apprend que M. Puybaraud, l’instituteur de Louis, entretient une relation amoureuse avec Mlle Octavie Tronche, elle se transforme en un être quasi-animal, voire en un loup qui, au lieu d’éclairer autrui avec la connaissance qu’elle a et d’aider son entourage à s’approcher de la vérité, considère certains individus comme ses ennemis, comme les pires des hommes : « [e]lle ajouta à mi-voix, les dents serrées et avec une brusque violence : “Octavie… Je vous demande un peu ! Toutes des chiennes… »10 Cette transformation spontanée n’est qu’un aperçu de ce que l’attachement aveugle aux principes religieux et l’ignorance de sa propre identité produisent chez Brigitte Pian. Dès son apparition au début du roman, le lecteur comprend qu’un véritable abîme sépare les saints de ceux qui les imitent, et pour utiliser le vocabulaire médical, un abîme sépare les êtres normaux des schizophrènes.

La structure des Âmes fortes est plus complexe car selon Robert Ricatte, « [c]e roman se replie sur lui-même en plusieurs versions » (Giono (Jean) – Œuvres romanesques complètes, V. Édition établie par Robert Ricatte avec la collaboration de Pierre Citron, Henri Godard, Janine et Lucien Miallet et Luce Ricatte. Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1980, p. 1008.)). Qui plus est, il existe deux narratrices : Thérèse qui relate sa vie et une de ses auditrices que Giono nomme « le Contre » et qui donne sa version des faits vécus par Thérèse. C’est le second récit du Contre qui abonde en références aux désordres psychiques du personnage principal :

Thérèse sortit comme une folle de la chambre où la diaconesse veillait le corps de monsieur Numance. Elle chercha madame Numance par toute la maison. Cette fille si tendre était agitée par une terrible crise de nerfs et elle hennissait comme un cheval, courait de haut en bas dans les escaliers, faisait claquer les portes11.

La folie de Thérèse va jusqu’à la rendre semblable à une sorcière, cette créature méchante et violente : « [e]lle mordait pour une question de vie ou de mort »12. Lorsque les gendarmes ont retrouvé Thérèse trois jours après sa fuite et sa dispute physique avec son époux Firmin, « [e]lle semblait n’avoir plus toute sa raison. […] Elle était couverte d’une carapace de boue. Elle ne pouvait plus dire un mot à force d’avoir appelé à tous les échos »13. « Le Contre » affirme que malgré ses « yeux de loup »14, Thérèse « n’était pas folle du tout, seulement, semblait-il, dans une colère inexplicable »15. Une aliénée ? Probablement non, mais schizophrène sans doute.

À l’origine d’un comportement schizophrénique se trouve la conscience subjective, et plus exactement, la conscience subjective troublée. Selon Louis A. Sass et Joseph Parnas, la schizophrénie est un trouble de l’ipséité caractérisé par deux déséquilibres de l’acte de conscience, à savoir l’hyper-réflexivité et le sentiment de soi diminué16.

L’hyper-réflexivité se réfère à une perception de soi exagérée, le schizophrène a tendance à identifier certains traits de son être avec des objets qui se trouvent autour de lui17. Deux remarques sont possibles à l’égard de la difformité de la jeune femme : elle est due à sa grossesse, mais, de manière plus nuancée, elle trouve son origine dans l’idée que Thérèse se fait d’elle-même : elle se croit le pivot autour duquel s’articule le monde :

Ma poitrine que j’avais eue si pommelée était comme une melonnière ; mon ventre, n’en parlons pas. Avant que je m’occupe de lui, il n’existait pas : plat comme la main. Maintenant il n’y avait plus que lui. Il relevait mes robes comme quelqu’un qui va sortir de dessous un rideau. Mon teint de lis et de roses, je vous ai déjà dit ce qu’il était devenu. Mais ce que je ne vous ai pas dit c’est que mon visage était devenu comme une lune et ma peau comme du carton gris18.

Il est possible de voir ici une simple exaltation face à son état de femme enceinte, mais la suite nous renseigne plus sur son état psychique morbide : « [e]t tout ça faisait merveille, et tout ça me laissait l’esprit libre, et tout ça mis en train une fois pour toutes embellissait de jour en jour sans que j’aie besoin d’y penser et d’y mettre la main. Croyez-moi, quand on arrive à trouver un truc de ce genre, on est quelqu’un »19.

Le cas de Brigitte Pian est semblable à celui de Thérèse. Au début du roman, ce personnage nous est présenté comme un être puissant qui a de la volonté et ses intentions semblent avoir pour but l’instruction et le salut d’autrui. Nonobstant, lorsque nous la regardons de près, nous nous étonnons de la position qu’elle s’efforce d’occuper et surtout de son comportement qui résulte de ses efforts. Il est certain que ce personnage a pris un mauvais chemin dans la vie sociale et spirituelle, elle ignore totalement dans quel état d’esprit se trouve un être choisi par l’Absolu et celui qui agit pour réaliser sa sublime volonté. Sa conscience prend une forme exagérée car elle se croit Dieu lui-même, ou au moins, son représentant direct car lorsque le conflit avec M. Puybaraud devient de plus en plus évident et que l’instituteur refuse d’obéir à sa volonté, elle « en vint à l’accuser de se dérober à la grâce, c’est-à-dire à ses directions »20. De plus, son comportement est décrit comme artificiel, tout au moins étranger au comportement humain naturel. Brigitte Pian semble agir à l’encontre du comportement d’un être humain sain d’esprit, elle est dépourvue de toute raison car seule la lettre de la Loi lui importe, et non pas l’essentiel ou l’origine de cette loi : « [m]ais cela seul importait pour Brigitte Pian devant une difficulté de cet ordre : vaincre le scrupule par la logique. Il lui fallait trouver une raison qui légitimât son plaisir et le fît entrer dans le système de son perfectionnement »21. La focalisation interne employée par le romancier ne nous laisse aucun doute quant au véritable état psychique de Mme Pian. Tout comme Thérèse, Brigitte Pian est atteinte d’un individualisme cynique, à la seule différence que cette dernière s’identifiait non pas à des objets, mais à une idée fausse de ce que le comportement d’une dévote devait être, d’où le titre du roman La Pharisienne . Et si Mauriac avait écrit son roman en 2019, ne l’aurait-il pas appelé plutôt La Schizophrène ?

La nature de l’hyper-réflexivité de Roquentin n’est pas d’ordre moral ou religieux comme dans les deux cas précédents. C’est dans l’oisiveté et la solitude d’Antoine qu’elle trouve son origine. L’arrachement social et la contemplation de soi contribuent à la dépersonnalisation dont souffre le personnage. L’exemple le plus frappant de cette concentration sur son propre être – sur son propre corps dans le cas de Roquentin –, se trouve au début du roman : le personnage est fatigué de travailler à une biographie d’Adhémar de Rollebon et en abandonnant cette tâche fastidieuse, il s’arrête devant une glace : « [c]’est un piège. Je sais que je vais m’y laisser prendre. Ça y est. La chose grise vient d’apparaître dans la glace. Je m’approche et je la regarde, je ne peux plus m’en aller »22. Alexis Garino estime que la conscience d’un schizophrène est « une conscience mythique qui n’a pas encore acquis la notion de vérité objective et ne peut donc faire la critique de ce qu’elle vient d’éprouver »23. Tel est le comportement de Roquentin se regardant dans la glace : ses sens (la vue) entrent en contact avec les objets des sens (le reflet de son propre visage dans la glace), il en éprouve une certaine jouissance mais sans en tirer une quelconque connaissance : « […] dans ces journées perdues, je reste à le contempler. Je n’y comprends rien, à ce visage. Ceux des autres ont un sens. Pas le mien. Je ne peux même pas décider s’il est beau ou laid »24. Et comme le personnage gionesque, Antoine Roquentin s’identifie avec un objet extérieur, avec un objet inanimé et immobile : « [a]u fond je suis même choqué qu’on puisse […] attribuer [au visage] des qualités de ce genre, comme si on appelait beau ou laid un morceau de terre ou bien un bloc de rocher »25. Les émotions qu’éprouve le personnage ne lui apportent aucun bonheur métaphysique, elles sont là comme faisant partie intégrante de son existence, ou bien, son existence trouve son fondement dans les émotions qu’il éprouve : « [i]l y a quand même une chose qui fait plaisir à voir, au-dessus des molles régions des joues, au-dessus du front : c’est cette belle flamme rouge qui dore mon crâne, ce sont mes cheveux. Ça, c’est agréable à regarder. C’est une couleur nette au moins : je suis content d’être roux »26. À l’instar de Thèrese transformée en une sorcière et Brigitte Pian devenue une louve, Antoine Roquentin subit une métamorphose et devient un être aquatique : « [l]es yeux surtout, de si près, sont horribles. C’est vitreux, mou, aveugle, bordé de rouge, on dirait des écailles de poisson. […] Les yeux, le nez et la bouche disparaissent : il ne reste plus rien d’humain »27. Ainsi la conscience du schizophrène est-elle marquée par son caractère estropié. Le personnage est le lieu où s’effectue le jeu des variations de sa propre conscience et un tel phénomène n’est pas sans conséquence car d’emblée cela attire notre attention sur la psychose du personnage, mais en même temps cela relève de la virtuosité de la création romanesque.

En dernière analyse, le schizophrène peut être considéré comme un être phénoménologique. Selon Michel Henry, ce dernier est le corps subjectif qui « apparaît [comme étant] identifié avec l’action par laquelle [il] modifie incessamment le monde, ne serait-ce que pour y rendre possible la continuation de [sa] propre existence »28. Cette idée se trouve également dans la pensée de Husserl : « [v]ivre, c’est continuellement vivre-dans-la-certitude-du-monde »29. De ce fait, l’incapacité d’adhérer au monde objectif n’est pas un défaut que le schizophrène doit guérir. Elle a trait à l’univers de la création artistique dont seul l’étant est digne de notre attention, voire de notre contemplation.

Brigitte Pian semble échapper à cette analyse car les changements que subit sa conscience relèvent de la transcendance, son être étant guidé par la puissance absolue de la grâce divine. Néanmoins, à la fin du roman elle découvre une « religion intérieure »30 qui fait partie intégrante du personnage mauriacien et qui est fondée non plus sur le dogme religieux, mais sur la révélation : « [e]lle savait maintenant que ce n’est pas de mériter qui importe mais d’aimer »31. À première vue, la conscience erronée de Brigitte Pian sert à faire surgir l’enseignement catholique de Mauriac. Or, la poésie mystique ou du moins humaniste occupe, semble-t-il, la place centrale dans ce texte. La morale religieuse y est abandonnée au profit de la beauté du verbe : « [t]rois étoiles qui séparent des abîmes paraissent proches les unes des autres par rapport à une autre plus éloignée »32.

Contrairement à Brigitte Pian, Thérèse et Roquentin ne font pas partie de l’univers de la grâce. Le personnage gionesque se trouve dans un univers du vide, c’est l’univers où règne le récit : « [e]t là, on tombait dans le vide »33. Le schizophrène des Âmes fortes est maître de sa vie, c’est lui qui la crée. Pour utiliser le mot de Tzvetan Todorov, il « vit dans l’absolu, hors coutume »34. Ce personnage se dérobe à ce qui appartient à la vie collective et affirme ainsi son exception. Par conséquent, Thérèse atteint l’apogée de sa singularité, comme en témoigne le célèbre passage se trouvant à la fin du roman :

Thérèse était une âme forte. Elle ne tirait pas sa force de la vertu : la raison ne lui servait de rien ; elle ne savait même pas ce que c’était ; clairvoyante, elle l’était, mais pour le rêve ; pas pour la réalité. Ce qui faisait la force de son âme c’est qu’elle avait, une fois pour toutes, trouvé une marche à suivre35.

Antoine Roquentin s’écarte de la phénoménologie de Husserl en ceci qu’il remet en cause la vision en tant que source privilégiée de la connaissance : « [j]e ne le voyais pas simplement, ce noir : la vue, c’est une invention abstraite, une idée nettoyée, simplifiée, une idée d’homme »36. La phénoménologie de Husserl cède la place à l’existentialisme37 qui rejoint en partie la philosophie du vide : « [l]’essentiel c’est la contingence. Je veux dire que, par définition, l’existence n’est pas la nécessité. Exister, c’est être là , simplement ; les existants apparaissent, se laissent rencontrer , mais on ne peut jamais les déduire »38. Chez Sartre, la vue disparaît dans le néant en condamnant l’accès à l’essence.

Gilles Deleuze estime que «  la difficulté est de rendre compte de la schizophrénie dans sa positivité même, et comme positivité, sans la réduire aux caractères de déficit ou de destruction qu’elle engendre dans la personne, ni aux lacunes et dissociations qu’elle fait apparaître dans une structure supposée »39. En conséquence, la positivité de la schizophrénie réside dans sa richesse artistique. Elle permet d’analyser le comportement du personnage romanesque sous un angle nouveau en lui donnant plus de force philosophique. Cela enrichit l’écriture romanesque et contribue à la création de nouvelles formes esthétiques.

Mykyta Steshenko

Sorbonne Université – UMR 8599 / CELLF 19-21

  1. Foucault (Michel) – Les mots et les choses. Paris : Gallimard, 1969, p. 387. []
  2. https://www.cnrtl.fr/definition/schizophr%C3%A9nie, consulté le 10 avril 2019. []
  3. Ibidem. []
  4. Ibidem. []
  5. Englebert (Jérôme) / Valentiny (Caroline) – Schizophrénie, conscience de soi, intersubjectivité. Essai de psychopathologie phénoménologique en première personne ; préface de Louis Sass, Josef Parnas et Giovanni Stanghellini ; avant-propos de Nicolas Franck. Louvain-la-Neuve : De Boeck supérieur, 2017, p. 9. []
  6. Sartre (Jean-Paul) – La Nausée (1938). Paris : Gallimard, coll. « Folio », 2014, p. 14. []
  7. Idem, p. 15. []
  8. Idem, p. 21. []
  9. Mauriac (François) – La Pharisienne (1942). Paris : Bernard Grasset, 2013, p. 83. []
  10. Idem., p. 24. []
  11. Giono (Jean) – Les Âmes fortes (1950). Paris : Gallimard, coll. « Folio », 2016, p. 332. []
  12. Idem, p. 333. []
  13. Idem, p. 334. []
  14. Idem, p. 334. []
  15. Idem, p. 334-335. []
  16. Sass (Louis A.) / Parnas (Joseph) – “Schizophrenia, Consciousness, and the Self” in Schizophrenia Bulletin, 29(3): 2003, p. 427 : “Schizophrenia, we argue, is fundamentally a self-disorder or ipseity disturbance (ipse is Latin for « self » or « itself) that is characterized by complementary distortions of the act of awareness: hyperreflexivity and diminished self-affection.” []
  17. Sass (Louis A.) / Parnas (Joseph) – “Schizophrenia, Consciousness, and the Self” in Schizophrenia Bulletin, 29(3): 2003, p. 427 : “Hyperreflexivity refers to forms of exaggerated self-consciousness in which aspects of oneself are experienced as akin to external objects.”). La manière dont nos trois personnages entrent en contact avec eux-mêmes est ostensiblement démesurée : leur personnalité est au centre de leur existence, rien d’autre ne compte. Voici ce qu’en dit Thérèse : « [m]oi, il y avait d’abord moi. Assise sur ma chaise, je me regardais. J’étais difforme » ((Giono (Jean) – Les Âmes fortes (1950). Paris : Gallimard, coll. « Folio », 2016, p. 324. []
  18. Giono (Jean) – Les Âmes fortes (1950). Paris : Gallimard, coll. « Folio », 2016, p. 325. []
  19. Ibidem. []
  20. Mauriac (François) – La Pharisienne (1942). Paris : Bernard Grasset, 2013, p. 63. []
  21. Idem, p. 83. []
  22. Sartre (Jean-Paul) – La Nausée (1938). Paris : Gallimard, coll. « Folio », 2014, p. 34. []
  23. Garino (Alexis) – Pour une psychanalyse de la psychose. L’Objet et le signifiant dans l’hallucination verbale. Saint-Denis : Publibook, 2010, p. 155. []
  24. Sartre (Jean-Paul) – La Nausée (1938). Paris : Gallimard, coll. « Folio », 2014, p. 33-34. []
  25. Ibidem. []
  26. Sartre (Jean-Paul) –La Nausée (1938). Paris : Gallimard, coll. « Folio », 2014, p. 34. []
  27. Idem, p. 34. []
  28. Henry (Michel) – Philosophie et phénoménologie du corps : essai sur l’ontologie biranienne. Paris : Presses universitaires de France, 1965, p. 72-73. []
  29. Husserl (Edmund) – La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale (Die Krisis der europäischen Wissenschaften und die transzendentale Phänomenologie, 1936). Traduction de l’allemand et préface par Gérard Granel. Paris : Gallimard, coll. « Tel », 1989. p. 162. []
  30. Mauriac (François) – La Pharisienne (1942). Paris : Bernard Grasset, 2013, p. 219. []
  31. Idem, p. 233. []
  32. Idem, p. 220. []
  33. Giono (Jean) – Les Âmes fortes (1950). Paris : Gallimard, coll. « Folio », 2016, p. 108. []
  34. Todorov (Tzvetan) – Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine. Paris : Éditions du Seuil, coll. « La Couleur des idées », 1989, p. 22. []
  35. Giono (Jean) – Les Âmes fortes (1950). Paris : Gallimard, coll. « Folio », 2016, p. 349-350. []
  36. Sartre (Jean-Paul) – La Nausée (1938). Paris : Gallimard, coll. « Folio », 2014, p. 186. []
  37. Idem., p. 181 : « Si l’on m’avait demandé ce que c’était que l’existence, j’aurais répondu de bonne foi que ça n’était rien, tout juste une forme vide qui venait s’ajouter aux choses du dehors, sans rien changer à leur nature ». []
  38. Sartre (Jean-Paul) – La Nausée (1938). Paris : Gallimard, coll. « Folio », 2014, p. 187. []
  39. Deleuze (Gilles) – Deux régimes de fous. Textes et entretiens 1975-1995. Édition préparée par David Lapoujade. Paris : Éditions de Minuit, 2003, p. 23. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search