Johnatan Marin. Mourir pour guérir. De la mort et autres démons dans les danses macabres

Le premier mort

Vous par divine sentence
Qui vivez en états divers
Tous danserez cette danse
Une fois. Et bons et pervers
Ainsi seront mangés de vers
Vos corps. Hélas : regardez-nous
Morts. Pourris. Puants. Découverts
Comme sommes : tels serez-vous.
(Orthographe actualisée)

Anonyme, Danse macabre, miroer salutaire pour toutes gens, Paris, Guyot Marchant, 1486.

Les danses macabres sont, d’une certaine manière, un memento mori populaire, présentant à ses destinataires une scène où des personnages se retrouvent face à la mort1. Ils se suivent les uns les autres en alternant un mort et un vivant dans un relatif respect de la hiérarchie de l’époque. Cette tradition européenne, née à la fin du Moyen Âge, emporte tous les vivants, peu importe leur rang social, dans une danse de décomposition et de hideur, délivrant ainsi un message nous rappelant que nous sommes tous égaux face à la mort.

Si cette tradition fleurit avec un grand succès en Europe, c’est bien parce que la terre est fertile à ce message, dans un monde où la mort se promène de village en village semant la terreur chez tous les habitants. Les représentations et les descriptions qui peuplent les danses macabres feraient ainsi appel à une certaine esthétique de la laideur, probablement présente déjà dans le quotidien des récepteurs.

Toutefois, la fonction principale des danses macabres serait de dénoncer les vanités (au sens de vanitas) des vivants. Appelant le lecteur « horrifié » à se repentir, à renoncer aux plaisirs de la vie, et à devenir un « bon chrétien ».

En effet, la laideur mène la danse et tout semble être configuré pour épouvanter le public et l’amener à la repentance. Mais si au contraire, la laideur des danses macabres n’était rien comparée à la réalité du contexte qui les ont produites ? Ne seraient-elles pas plutôt un « médicament social » qui viendrait apaiser les esprits d’une époque qui croit vivre l’apocalypse ? Plus largement, ou autrement dit, l’explosion du macabre dans l’art serait-elle un moyen thérapeutique de faire face à la mort ?

Nous tenterons de répondre à ces questions en partant du contexte qui a donné naissance aux représentations présentes dans différentes versions des danses macabres. Nous explorerons pour finir la piste des danses macabres en tant que médicament d’une société « malade ».

L’apocalypse ou « le pays de la peur »

Le contexte européen qui verra naître les danses macabres a, en effet, des airs d’apocalypse. En France, par exemple, la situation est plus que dramatique. Faut-il croire la légende reprise par Maurice Druon dans son célèbre roman-fleuve Les rois maudits, qui raconte qu’avant de succomber dans les flammes le 19 mars 1314, Jacques de Molay, le grand maître des Templiers aurait proféré : « Pape Clément !… Chevalier Guillaume !… Roi Philippe !… Avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste châtiment ! Maudits ! Maudits ! Tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races »2 ? Même s’il faut faire la différence entre le roman et la réalité, on doit reconnaitre que l’impression que nous laisse la France de cette époque est celle d’un peuple maudit. Le 20 avril 1314, un mois après l’exécution de Molay, le pape Clément V meurt. Le 29 novembre de la même année le roi Philippe IV le Bel meurt au cours d’une chasse au sanglier ; son fils Louis X le Hutin meurt à son tour deux ans plus tard, en laissant derrière lui une querelle pour le légitime accès au trône de France, qui provoquera ensuite la guerre de Cent Ans de 1337 à 1453.

Plus généralement en Europe, la situation n’est guère meilleure, en Espagne, la Reconquista (reconquête) et la chasse aux musulmans durent depuis des siècles dans la péninsule. De plus, les problèmes de succession dans la dynastie des Trastamare et les guerres civiles donnent l’impression à la population d’une guerre perpétuelle.

Partout en Europe la situation est inquiétante. L’arrivée de la Peste noire en 1337 dans plusieurs ports de la Méditerranée finira de parachever cette impression de malédiction et d’apocalypse. La mort devient omniprésente, donnant à la population l’impression que personne ne peut y échapper3. Rappelons ce qu’écrivait Yves Renours :

Le nombre des décès était tel par toute l’Europe qu’il donna à tous les contemporains l’impression d’une mortalité sans précédent. Le Franciscain irlandais John Clyn a le sentiment que nul ne peut échapper au fléau et il trouve pour dépeindre son angoisse et sa désespérance cette frappante expression : « J’écris, dit-il, en attendant la mort au milieu des morts » (inter mortus mortem expectans) ; il n’y échappa d’ailleurs pas4.

En effet, la Peste noire s’étend rapidement à l’Europe entière, laissant derrière elle un sentiment de fin des temps. Un tiers de la population européenne y aurait succombé. L’historien de la médecine, Bruno Halioua affirme même qu’il pourrait s’agir de la moitié de la population, ce qui voudrait dire entre 25 millions et 45 millions de morts5.

L’ampleur de cette épidémie et de la peur qu’elle sème est surtout évidente chez les chroniqueurs de l’époque qui iront même jusqu’à exagérer dans les chiffres : « Boccace estime à plus de 100 000 le nombre de morts à Florence ; un chroniqueur rouennais donne le même chiffre pour Rouen […] Florence avait à peine 120 000 habitants au milieu du XIVe siècle, Rouen n’en comptait que 50 000 »6.

Plus que la mort, c’est la peur qui régnerait : des familles entières meurent ; les cadavres jonchent le sol des villes ; la mort frappe à l’aveugle, tout le monde peut en être victime ; les champs sont vides, les récoltes catastrophiques ; l’Europe subit une nouvelle famine à cause d’une économie en panne ; les seigneurs s’appauvrissent, la hiérarchie sociale vacille ; le clergé est décimé et la population ne trouve même pas un prêtre qui puisse prodiguer le dernier sacrement. La peste va et vient, l’apocalypse semble s’approcher. La peur règne, les flagellants se multiplient, on cherche des boucs émissaires, on accuse les juifs. Un tel contexte aurait rendu la société malade, laissant place au « pays de la peur » dont nous parle Jean Delumeau dans son livre La peur en Occident (1978) et dans sa suite Le Péché, la Peur, la culpabilisation en Occident (1983).

Les représentations dans « le pays de la peur »

Dans son travail de recherche, Jean Delumeau, professeur au collège de France, propose l’idée que l’art de la fin du Moyen Âge révèle une angoisse collective. Le diagnostic de l’art de cette époque serait donc celui d’une société malade. Les représentations du macabre seraient ainsi une réponse ou plutôt une conséquence de ce « pays de la peur » duquel nous venons de faire une rapide contextualisation : « L’accumulation des agressions qui frappèrent les populations d’Occident de 1348 au début du XVIIe siècle créa, de haut en bas du corps social, un ébranlement psychique profond dont témoignent tous les langages du temps »7.

La société de la fin du Moyen Âge semble convaincue (à raison), de vivre l’apocalypse ; d’ailleurs dans les danses macabres et dans les Triomphes de la mort, les trépassés sont représentés avec des attributs des anges de l’apocalypse (arches et flèches). Ce sentiment de fin des temps, cet ébranlement, est évident dans le langage, et les danses macabres semblent en être un bon exemple.

La première Danse Macabre serait celle peinte en 1424 au cimetière des Saints-Innocents à Paris ; mais elle n’est pas la seule, loin de là : son essor semble correspondre aux dates du « pays de la peur » proposé par Delumeau, soit entre 1348 au début du XVIIe. Comme nous rappelle Paul Lacroix dans son livre Le Moyen-âge et la Renaissance, depuis cette époque (1424), « par toute l’Europe, chaque cimetière, chaque église, chaque couvent voulait sa propre danse des morts en peinture, en sculpture ou en tapisserie »8. Par la suite c’est le texte qui va se populariser en différentes langues, différentes versions, et bien sûr différentes rééditions, preuves de son succès.

Dans les textes comme dans la peinture, ce sont les morts et leurs attributs qui mènent la danse. Par ailleurs, la description de la peste et d’autres maladies sont explicites. Par exemple, dans La danza de la muerte (la première version espagnole des danses macabres), nous pouvons lire :

Non eres çierto sy en punto berná
Sobre ty a dessora alguna corrupçión,
De landre o carbonco, o tal ynplision,
Porque el tu vil cuerpo se dessatará. 9
Tu n’es pas certain si dans un instant il arrive
Sur toi, subitement, un fléau
De landre10 ou carbunco11, ou tel implisión12
Qui dans ton vil corps se répandra.

La peste bubonique et d’autres maux qui rongent la société de l’époque sont ainsi dépeints. Les danses macabres viennent donc dessiner un univers qui paraît être une représentation de la réalité des spectateurs. Cette lecture de l’époque serait une manière pour l’église de répondre à l’angoisse régnant dans « le pays de la peur ». Ces danses macabres sont en effet commanditées souvent par l’église.

Les danses des morts seraient donc, avec les sacrements et les indulgences, un outil de plus parmi l’arsenal dont comptait l’église pour répondre à la peur. Cette expression artistique suivrait ainsi la voie moralisatrice de l’église, nous rappelant notre mortalité, notre vanité et le besoin de repentance.

Néanmoins, cette lecture simpliste du phénomène des danses macabres exclue plusieurs aspects et détails qui pourraient mieux nous éclairer sur une autre fonction de cette tradition. Considérons ici certains de ces détails permettant une autre lecture, ou du moins une lecture plus profonde :

1º L’origine picturale des danses des morts et le fait qu’elles soient apparues en langues vulgaires prouvent que leurs racines, ou du moins leur public, sont bien les « simples gens »13, dans le sens médiéval de l’expression. Cela veut dire que le destinataire principal n’est pas l’élite.

2º À la lumière du contexte rapidement évoqué en première partie, on réalise vite que cette « représentation » paraît maigre face aux réalités vécues à l’époque. En lisant les danses macabres et en les comparant au contexte qui les ont produites, ce qui est décrit apparait comme une version édulcorée de l’apocalypse que semblent vivre les destinataires à cette période.

3º Les danses macabres sont bien plus qu’un simple pansement moralisateur face à la peur. En effet, la danse se moque des plus puissants, les faisant danser en premier : le pape, l’empereur, le cardinal et le roi sont les premiers appelés. Face à la mort, ces personnages perdent toute leur dignité et le texte insiste souvent sur leur déchéance, humiliant même le pape :

Non vos aprovecha echar la cruzada,
proveer de obispados nin dar beneficios;
aquí moriredes sin fer más bolliçios. 14
Rien ne vous sert de faire la croisade
ni de pourvoir des évêchés ou de donner des bienfaits ;
ici vous mourrez sans faire plus de tumultes.

4º Le message d’égalité face à la mort dégagé par les textes ne doit pas cacher le respect d’une hiérarchie sociale. Bien que mourir en dernier devienne un privilège, le procédé des morts rappelle bien l’ordre social établi. Ce respect de la hiérarchie dans les danses macabres sert-il à tourner cet ordre en ridicule ? Ou au contraire, en le respectant, l’affirme-t-il ?

5º Les danses des morts, par leur message d’égalité, amènent avec elles, un message de paix dans un monde en guerre perpétuelle. Par exemple, dans la danse macabre française de 1486, le Sot, dernier dans la hiérarchie sociale, vient rappeler la futilité des conflits une fois la mort venue :

Un hallebardier et un sot (ou fou). Anonyme, Miroir salutaire /Illustrations de Danse macabre, éd. Guyot Marchant, Paris, 1486, source BnF.

Le sot
Or sont maintenant bons amis
Et dansent ici d’un accord
Plusieurs qui étaient ennemis
Quand ils vivaient en discord
Mais la mort les a mis d’accord15
(Orthographe actualisée)

Finalement, les dansent viennent dédramatiser la mort, la présentant comme le moyen d’échapper au monde de souffrance dans lequel doit vivre le récepteur ; la mort devenant ainsi le remède. Ce message est explicite dans la danse macabre française quand la mort affirme face à l’Enfant que « qui plus vit plus à souffrir »16.

La version italienne peinte à Clusone, dans le nord de l’Italie en 1486, va aussi dans le même sens. En effet, dans un italien populaire de l’époque, les images sont accompagnées d’un texte :

 

O ti che serve adio del bon core Non avire pagura a questo ballo venire Ma allegramente vene e non temire: poi chi nase elli convene morire”
Traduction : Oh toi qui sers dieu de bon cœur, n’aie pas peur de venir à ce bal. Mais allègrement, viens et ne crains pas. Puisque celui qui naît a intérêt à mourir.

La légèreté avec laquelle cette version présente la mort comme médicament contre la vie prouve cette fonction dédramatisant de cette tradition. Nous voyons donc que les danses macabres (les textes) sont bien plus qu’un outil moralisateur de l’église en réponse au « pays de la peur ».

En somme, les danses des morts parlent aux « simples gens » pour leur rappeler leur mortalité et le besoin de repentance, mais elles se moquent en même temps des puissants, rappellent la hiérarchie sociale et remettent chacun à sa place. Or, face à une société malade de la peur, il faut plus que cela ; cette société demande à être soignée. Les danses macabres y répondront par leur message de paix et d’apaisement en dédramatisant la mort, faisant d’elle le moyen de guérison à cette maladie, qui serait de vivre.

Les danses macabres médicament social, mourir pour guérir

La réponse des danses des morts à ce « pays de la peur » irait encore plus loin. En effet, dans les danses macabres les vivants semblent accepter la mort ; néanmoins, il s’agit d’une acceptation souvent à contrecœur. Par exemple, dans la version française éditée par Guyot Marchant en 1486, le bailli voudrait lutter contre la mort en faisant appel :

 

Et mort fait ravaler ma joie
Qui m’ajourne sans appel
Je ne vois pas comment échapper
Contre mort il n’y a point d’appel17
(Orthographe actualisée)

Ce personnage heureux voudrait refuser la mort, trouver une échappatoire. Ce refus serait la célébration de la vie. Le bailli voudrait faire appel, s’accrochant ainsi à la vie. Ce dernier n’est pas un cas unique dans les danses macabres ; dans la version anglaise, adaptée de la version française par John Lydgate (vers 1425), les personnages cherchent eux aussi une porte de sortie :

 

The astrologer
For al my crafft / konnyng or sience
I can fynd / no provision
Nor in [the] sterris / serche out no deffence
Bi domefyeng / or calculacion
Sauff fynally in conclusion
For to descryvyn / our konnyng euery del
Ther is no mor / bi sentence of reson
But he that well levith / most nedis deye well18

Le bailli est ainsi rejoint par l’astrologue qui cherche des secrets dans sa science qui lui permettraient de fuir la mort. Les médecins cherchent un médicament, l’avocat voudrait faire appel, et les riches voudraient pouvoir l’acheter. Le pape lui-même se lamente de devoir être le premier. Un peu comme chantait le musicien américain de blues Albert King en 1971 “Everybody wants to go to heaven… but nobody wants to die”19. La formule du christianisme médiéval du memento mori semble ici contrecarrée par ce refus de la mort.

Ce refus peut être compris comme une célébration de la vie, mais cela va encore plus loin. Nous avons vu que les danses macabres présentent une claire légèreté face à la mort, s’éloignant ainsi d’une réalité bien plus dure, celle à laquelle fait face le lecteur de l’époque. Ainsi, ce ne serait pas tant leur réalité qui est représentée, mais plutôt leur refus d’en être la victime. En effet, les vivant refusent la mort, ils cherchent à la fuir, et surtout, ils s’accrochent aux vanités (vanitas).

Les vivants doivent mourir, certes. Néanmoins avant le trépas ils font un large inventaire des vanités, donnant à celles-ci le sens même de leur vie ; tout le contraire du message moralisateur souhaité par l’église. Le macabre exprimerait ainsi l’amour de la vie et du monde matériel, fini et mortel. Nous voyons par exemple le Bourgois dans la version française se lamenter de tout devoir quitter :

 

Le Bourgois
Grand mal me fait si tôt laisser
Rentes ; maisons ; cens ; nourritures,
Mais pauvres, riches, abaisser
Tu fais mort ; telle est ta nature20
(Orthographe actualisée)

Dans une version anglaise qui semble être postérieure à la « traduction » de John Lydgate de 1425, on observe un inventaire similaire chez l’Impératrice, un personnage absent dans la danse macabre française de 1486. Ce personnage, un peu comme le Bourgois français se lamente de que sa richesse, sa noblesse et sa beauté soient « mises en échec et mat » par la mort21. D’ailleurs, les seuls qui sont prêts à danser sans contestation et sans regret sont ceux qui ont renoncé de leur vivant aux plaisirs de la vie. Le Chartreux français, obligé de vivre dans une austérité sévère, affirme face à la mort : « Je suis au monde déjà mort / Aussi de vivre ai moins envie »22.

Le monde est synonyme de péché, certes, mais cet homme n’a plus envie de vivre. Son attitude face à la mort révèle donc deux choses : les vanités le font vivre (elles justifieraient notre existence), et la mort vient le soulager de sa souffrance. Le Chartreux est atteint de la « folie de Dieu » et il cherche à mourir, la mort devient ainsi le remède à sa folie.

Un moine Chartreux et un sergent. Anonyme, Miroir salutaire /Illustrations de Danse macabre, éd. Guyot Marchant, Paris, 1486, source BnF.

Claude Quétel, dans son livre Histoire de la Folie, nous explique qu’à l’époque le péché était synonyme de folie et inversement (« le péché est folie, la folie est péché »23). Ces ordres un peu extrémistes (les chartreux, les ermites) étaient mal vus par la hiérarchie ecclésiastique, qui les considérait comme atteintes d’une folie divine24. D’ailleurs, dans la danse macabre française (version augmentée) de Guyot Marchand de 1486, c’est le fou qui vient clore la danse, indiquant ainsi qu’il se trouve au plus bas de la hiérarchie sociale. Dans la danse espagnole, c’est l’ermite qui ferme la danse.

Dans la version française, le Chartreux (un fou) serait donc celui qui veut mourir, l’Ermite (un autre « fou ») cherche lui-aussi à mourir : « Je vais mourir, espérant la vie éternelle et méprisant celle-ci. C’est bien ainsi, je vais mourir »25. Les autres, les « non-fous », refusent la mort. Celui qui n’a rien, qui n’est rien est déjà mort dans cette vie et souhaite mourir. L’absence de vanité serait donc synonyme de mort, et la vie ne serait rien d’autre que les plaisirs (vanitas) ; la Mort s’attaque d’ailleurs à la nature passagère de la vie, et c’est en s’accrochant aux plaisirs que les vivants la refusent. C’est tout le contraire pour l’ermite, pour le chartreux, pour le fou, ou plutôt pour tous ces fous, car la mort viendrait les soulager, les libérer de leur folie pour finalement les guérir.

Conclusion

Dans le « pays de la peur », dans cet occident qui vit sa pire catastrophe (si l’on croit qu’un tiers de l’Europe est mort tué par la peste), la laideur présente dans l’art et en particulier dans les danses macabres serait finalement une représentation atténuée d’une réalité bien plus forte et décharnée. Bien qu’il existe un message moralisateur dans les danses macabres, il semble aussi vraisemblable, à la lumière des exemples exposés, que son existence et son succès aillent plus loin du simple message ecclésiastique de « prosélytisme » et de repentance.

Les danses macabres, par leur légèreté, par leur contenu et par la moquerie (surtout de l’élite) semblent être un moyen de célébrer la vie et de s’y accrocher. Un moyen de refouler la mort et de la banaliser. Les danses macabres seraient ainsi une sorte de plaidoyer pour la vie et même un médicament social contre la peur.

Finalement, cette mort guérisseuse des fous est refusée par les vivants « sains » qui s’accrochent aux joies de vivre et qui en un dernier geste cherchent à dominer la mort. L’écriture serait d’ailleurs la tentative ultime dans cette quête de domination et les danses macabres en seraient un exemple parmi d’autres. En outre, à cette époque, le succès de toute la littérature qui cherche à prendre le contrôle sur sa propre mort, comme Les artes moriendi (« best-seller » de l’époque26) viendrait prouver cette hypothèse.

Ainsi, les danses macabres parce qu’elles nomment et représentent la mort, seraient une sorte d’exorcisme de ce mal qui guette l’époque ; la parole devenant un moyen thérapeutique de faire face à la peur, plus qu’à la mort.

JOHNATAN MARIN
Doctorant sous la direction de M. Jean-Yves Masson


Bibliographie

Anonyme, “La Danza de la muerte” dans Tomas Antonio Sanchez et Pedro José Pidal, Poetas castellanos anteriores al siglo XV, Madrid, éd. M. Rivadeneyra, coll. «Biblioteca de autores españoles, desde la formación del lenguaje hasta nuestros días», 1864.

Anonyme, Danse macabre, miroer salutaire pour toutes gens, Paris, éd. Guyot Marchant, 1486, [en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b2200008n/f.item

Delumeau, Jean, La Peur en Occident : (XIVe – XVIIIe siècles) Une cité assiégée dans De la peur à l’espérance, Paris, éd. Robert Laffont, 2013.

Halioua, Bruno, Histoire de la médecine, Issy-les-Moulineaux, éd. Masson, 2004.

Lacroix, Paul, Le Moyen-âge et la Renaissance, Paris, éd. Plon Frères, 1849, [en ligne] https://gallica.bnf. fr/ark:/12148/bpt6k6541799c

Lydgate John, Warren Florence, et White Beatrice Mary Irene, The Dance of Death, edited from Mss. Ellesmere 26-A. 13 and B.M. Landsdowne 699, Londres, éd. H. Milford, 1931.

Quétel, Claude, Histoire de la folie, Paris, éd. Tallandier, 2012.

Renouard, Yves, « Conséquences et intérêt démographiques de la Peste noire de 1348 » dans Population édition française, Institut national d’études démographiques, 3e Année, numéro 3 (Jul. – Sep., 1948), p. 459-466.

Zink, Michel, série de cours et séminaires « Parler aux simples, parler des simples : conscience de la simplicité dans l’art littéraire médiéval », [en ligne] https://www.college-de-france.fr/site/ michel-zink/course-2014-2015.htm


NOTES

1 La version française, celle qui a été peinte au cimetière des Saints-Innocents à Paris en 1425 est parvenue jusqu’à nous grâce aux gravures sur bois de Guyot Marchant en 1485. Aujourd’hui, il ne nous reste qu’un seul exemplaire de cette édition, gardé dans la bibliothèque de Grenoble. Cette édition met en scène trente personnages, selon une hiérarchie parfaite : le pape, l’empereur, le cardinal, le roi, le patriarche, le connétable, le chevalier, l’évêque, l’écuyer, l’abbé, le bailli, l’astrologien, le bourgeois, le chanoine, le marchand, le chartreux, le sergent, le moine, l’usurier, le médecin, l’amoureux, l’avocat, le ménétrier, le curé, le laboureur, le cordelier, le petit enfant, le clerc et l’ermite.

2 Maurice Druon, Les Rois Maudits I, Le roi de fer, Paris, éd. Livre de poche, 1970, p. 126.

3 Yves Renouard, « Conséquences et intérêt démographiques de la Peste noire de 1348 » dans Population édition française, Institut national d’études démographiques, 3e Année, numéro 3 (Jul. – Sep., 1948), p. 459-466, [en ligne] http://www.jstor.org/discover/10.2307/1523809?uid=3738016&uid=2134&uid=2477015193&uid=2&uid=70&uid=3&uid=2477015183&uid=60&sid=21103209155121, page consultée le 20 avril 2019.

4 Ibid., p. 460.

5 Cf. Bruno Halioua, Histoire de la médecine, Issy-les-Moulineaux, éd. Masson, 2004, p. 103.

6 Yves Renouard, « Conséquences et intérêt démographiques de la Peste noire de 1348 »… op. cit.

7 Jean Delumeau, La Peur en Occident : (XIVe – XVIIIe siècles) Une cité assiégée dans De la peur à l’espérance, Paris, éd. Robert Laffont, 2013, p. 33.

8 Paul Lacroix, Le Moyen-âge et la Renaissance, Paris, éd. Plon Frères, 1849, p. 6v, [en ligne] https://gallica.bnf. fr/ark:/12148/bpt6k6541799c

9 “La Danza de la muerte” dans Tomas Antonio Sanchez et Pedro José Pidal, Poetas castellanos anteriores al siglo XV, Madrid, éd. M. Rivadeneyra, coll. «Biblioteca de autores españoles, desde la formación del lenguaje hasta nuestros días», 1864.

10 Peste bubonique.

11 Maladie du charbon, (anthrax, en anglais) causée par la bactérie Bacillus anthracis, et qui touche les mammifères, dont l’homme. Source : « Charbon (Anthrax) » Dans le centre national de la recherche scientifique et l’institut Pasteur, [En ligne]. http://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/presse/fiches-info/charbon-anthrax, page consultée le 12 avril 2018.

12 Maladie indéterminée. Probablement du latin implexio : entrelacement, peut-être une hernie.

13 Selon Michel Zink, professeur au Collège de France, l’expression « “simple gens” désigne les esprits simples, dépourvus de connaissances et de formation intellectuelles, généralement dans un contexte religieux et sans connotation péjorative. Son emploi se situe souvent dans le contexte pédagogique du souci de l’instruction religieuse et de la pastorale. » Cf. Michel Zink, Parler aux « simples gens ». Un art littéraire médiéval, dans https://www.college-de-france.fr/site/michel-zink/course-2014-2015.htm, page consultée le 20 avril 2019.

14 “La Danza de la muerte” dans Poetas castellanos anteriores al siglo XV, op. cit.

15 Anonyme, Danse macabre, miroer salutaire pour toutes gens, Paris, éd. Guyot Marchant, 1486, p. 22, [en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b2200008n/f22.item, page consultée le 20 avril 2019.

16 Orthographe actualisée. Ibid., p. 20.

17 Ibid., p. 9.

18 John Lydgate, Florence Warren, and Beatrice Mary Irene White, The Dance of Death, edited from Mss. Ellesmere 26-A. 13 and B.M. Landsdowne 699, Londres, éd. H. Milford, 1931.

19 Albert King, “Everybody Wants To Go To Heaven” dans Lovejoy, Memphix, Stax Records, 1971.

20 Anonyme, Danse macabre, miroer salutaire…, op. cit., p. 10.

21 John Lydgate, op. cit. : “The empress What availeth / gold richesse or perre Or what availeth / hih blood or gentylnes Or what availeth / fresshnesse or beute Or what is worth / hih port or straungenesse Deth sith chek mate to al such veyn nobles All bodyly power now may me not availe Raunsoun kynred frenshep nor worthynesse Syn deth is come / my hih estat to assayle”

22 Anonyme, Danse macabre, miroer salutaire…, op. cit., p. 13.

23 Claude Quétel, Histoire de la folie, Paris, éd. Tallandier, 2012, p. 78.

24 Ibid., P.79.

25 “Vado mori sperans vitam sine fine manentem. Spernens presentem: sic bene vado mori”, Anonyme, Danse macabre, miroer salutaire…, op. cit., p. 21.

26 On recense 234 manuscrits et 77 éditions.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search