Typhaine Sacchi. La métamorphose dans quelques contes d’Erckmann-Chatrian

Pour citer cet article : Typhaine Sacchi, « La métamorphose dans quelques contes d’Erckmann-Chatrian », Métamorphoses. Le corps dans tous ses états [en ligne], Sorbonne Université, 26 mars 2022.
URL : https://doctorales.hypotheses.org/2014

Introduction

Émile Erckmann et Alexandre Chatrian, de leur nom de plume Erckmann-Chatrian, sont un duo d’auteurs lorrains à l’origine d’une production littéraire riche et variée. Actifs pendant plus de de trente ans, ils rencontrent le succès, durant la deuxième moitié du XIXe siècle, d’une part grâce à leurs romans et nouvelles populaires et patriotiques, d’autre part grâce à leurs contes fantastiques. Ils exploitent cette veine fantastique dans les années 1850, au début de leur carrière littéraire, et convoquent, au sein du quotidien rural de leurs personnages, apparitions surnaturelles, créatures monstrueuses, influences diaboliques ou encore métamorphoses. Ce dernier thème, exploré à de nombreuses reprises dans la littérature, acquiert pourtant dans leur production littéraire un charme et une couleur qui leur sont propres. Ainsi, chez Erckmann-Chatrian, la métamorphose des corps est étroitement corrélée à la métempsychose, croyance selon laquelle les âmes migrent d’un corps à l’autre. En effet, chaque personnage semble afficher, par sa physionomie, son comportement ou encore son allure, la réminiscence de sa nature primaire. Cette animalité latente se manifeste de façon plus ou moins prononcée, plus ou moins spontanée suivant les individus. La transformation constitue de fait la révélation du caractère profond des personnages, voire une régression vers leurs instincts les plus bestiaux.

Ainsi, les contes de notre duo d’auteurs interrogent le rapport entre l’homme et l’animal qui sommeille en lui. Nous nous demanderons, à travers l’étude des contes Entre deux vins[1], La Montre du doyen[2] et Les Trois Âmes[3], en quoi la métamorphose implique une relation ambivalente de l’humain à son moi profond. Nous verrons dans un premier temps « les métaphores animalisantes[4] » qui abondent dans leurs œuvres et caractérisent d’une façon marquée les personnages. Puis, nous montrerons que la transformation révèle la vraie nature des protagonistes. Enfin, nous verrons la lutte que peut impliquer l’ascendant de la nature primaire sur l’humain.

I. Les métaphores, prémices du phénomène métamorphique

En premier lieu, le recours à la métaphore animalisante est l’une des particularités de l’écriture du duo lorrain. En effet, on la retrouve aussi bien dans ses récits réalistes que dans sa production fantastique. Comme le note Hélène Millot, l’analogie entre les hommes et les animaux a ceci de singulier qu’elle mobilise chez nos auteurs, non seulement les créatures nocturnes, mais plus encore les animaux familiers, domestiques. De fait, les noms, les vêtements, les traits de certains personnages les rattachent à de nombreuses catégories, tels les félins, les canidés ou encore les oiseaux. Par exemple, dans le conte Entre deux vins, le narrateur, Vanderbach, boit du punch dans un café en compagnie d’un greffier, Conrad Spitz. Ce dernier porte le nom « spitz », qui, en allemand, désigne un élément pointu, comme le serait un bec d’oiseau. De plus, son costume, « […] son habit noir, sa cravate blanche, son nez pointu, ses petites mains nerveuses[5] », rappellent particulièrement les caractéristiques de la pie. Tout semble donc le rattacher à la catégorie des corvidés. Dans La Montre du doyen, Kasper, musicien itinérant, rencontre sur la route de Heidelberg, ville dans laquelle il se rend avec un ami pour jouer lors des fêtes de Noël, un inconnu qui présente une physionomie l’associant sans conteste à l’espèce des félins : « le voyageur avait exactement la mine d’un gros chat : les oreilles écartées de la tête, les paupières demi-closes, les moustaches ébouriffées, l’air tendre et paterne[6] ». L’animalité latente point déjà, se mêlant à la physionomie humaine. Dans Les Trois Âmes, le narrateur, Christian, éternel étudiant de philosophie, fréquente un ancien camarade, Wolfgang Scharf. Logicien solitaire, ce dernier a quant à lui tout du prédateur : si son prénom évoque le loup, son apparence et son comportement sont ceux d’un « vieux chat[7] » : il a « l’échine onduleuse[8] », « l’œil ardent[9] ». Ses mâchoires sont par ailleurs comparées à « des attaches de fer[10] », ce qui rappelle les gueules puissantes des carnassiers. Soulignons que, selon Marie-Claire Jaccard[11], le chat et le loup sont associés au Mal dans l’œuvre de notre duo lorrain ; par conséquent, le personnage félin de La Montre du doyen et l’inquiétant logicien des Trois Âmes s’inscrivent d’emblée sous le signe de la violence et annoncent, par leur nature, un fantastique horrifique. Le bestiaire d’Erckmann-Chatrian joue ainsi sur le lien étroit entre l’étrange et le familier, qui constitue alors un terrain propice à la métamorphose.

II. La métamorphose comme dévoilement du moi

En effet, ces choix de noms, ces analogies animales n’ont rien d’arbitraire : ils semblent au contraire déterminer, voire dévoiler, la nature profonde des êtres humains. Erckmann-Chatrian convoque, comme fondement de la métamorphose fantastique, le phénomène de métempsychose, développé par le philosophe et scientifique Pythagore. Cette croyance établit une continuité au sein du vivant en soutenant que les âmes migrent d’une espèce à l’autre. Par conséquent, l’homme conserve des aspects de l’animal qu’il a été ; ses traits et son caractère sont prédéterminés. Cette théorie est exposée par Wolfgang au narrateur, Kasper, dans Les Trois Âmes :

Enfin, l’homme, qui résume jusqu’ici la création terrestre, a trois âmes : l’âme végétale, l’âme animale, dont les fonctions s’exercent comme chez la brute, et l’âme humaine, qui a pour objet la raison, l’intelligence… […]
La raison me disait que chaque homme, avant d’atteindre son dernier développement, avait dû passer par l’état de plante ou d’animal ; en d’autres termes, que Pythagore avait entrevu la réalité, sans pouvoir en fournir la démonstration.[12]

Cette croyance en la transmigration des âmes souligne la dualité, voire la ternarité constitutive de l’homme et justifie l’existence d’une animalité latente dans les tréfonds de l’être. Ainsi, les personnages appartiennent à des catégories animales spécifiques qui sont révélatrices de leur nature profonde, voire de leur vie antérieure. La métamorphose semble alors n’être que le prolongement logique, évident de cette caractérisation animale. Par exemple, dans le conte Entre deux vins, le narrateur, sous l’emprise de la boisson, est, semble-t-il, témoin de la transformation effective du greffier. S’il n’assiste pas directement au processus de métamorphose, puisqu’il détourne la tête à ce moment-là, il ne peut cependant que constater la nouvelle apparence de son interlocuteur :

Mais ce qui m’étonna le plus, c’est qu’en me retournant vers Conrad Spitz, pour lui témoigner ma surprise, je me trouvai face à face avec une vieille pie chauve, posée sur le bâton supérieur du greffier […].[13]

La surprise du narrateur est brève, puisqu’il admet immédiatement le lien qui unit Conrad au volatile dont il a pris la forme : « rien de plus naturel[14] » en effet que cette métamorphose, qui coïncide parfaitement avec le style vestimentaire du greffier et dévoile sa véritable personnalité. Ce dernier reconnaît d’ailleurs que cette forme lui convient mieux que son apparence humaine. Cette transformation volontaire, ici narrée dans un contexte onirique, semble attester de l’harmonie entre l’homme et l’oiseau. Dans La Montre du doyen, la métamorphose de l’inconnu est, à l’instar de Conrad, conforme à ses traits animaux : sa transformation nocturne ne fait alors qu’accentuer des caractéristiques félines déjà perceptibles. De fait, le narrateur, logé dans une auberge d’Heidelberg, est d’abord terrifié par l’apparition en pleine nuit du personnage, qui pénètre furtivement dans le grenier où il passe la nuit ; il reconnaît ensuite l’inconnu croisé précédemment et relève l’évolution physique et comportementale de ce dernier :

[…] une tête pâle, les cheveux roux, les yeux phosphorescents, les joues frémissantes, parut…, regardant à l’intérieur. Notre saisissement fut tel que nous n’eûmes pas la force de jeter un cri. L’homme passa une jambe, puis l’autre, par la lucarne, et descendit dans notre grenier avec tant de prudence, que pas un atome ne bruit sous ses pas.
Cet homme, large et rond des épaules, court, trapu, la face crispée comme celle d’un tigre à l’affût, n’était autre que le personnage bonasse qui nous avait donné des conseils sur la route de Heidelberg. Que sa physionomie nous parut changée alors ![15]

Si la métamorphose n’est pas pleinement effective, conservant sa nature fantastique, elle est suffisamment prononcée pour manifester la dualité intrinsèque de l’inconnu, qui se révélera être le doyen de la ville. La nuit semble ici propice à l’expression de la pleine animalité, au retour aux instincts du prédateur. Enfin, Wolfgang Scharf semble lui aussi amorcer, lors d’un épisode unique, une forme de transformation qui demeure suffisamment allusive pour conserver toute son ambiguïté. Si le personnage ne se métamorphose ni en loup, ni en chat, il manifeste cependant toute sa bestialité face au narrateur, aussi bien d’un point de vue physiologique que comportemental. De fait, lorsque Kasper se montre brutal envers Wolfgang – il le saisit à la gorge après avoir appris le sort réservé à la marchande Catherine Vogel –, ce dernier, d’abord tétanisé, laisse ensuite s’exprimer une véritable rage animale : doté de « la souplesse d’une bête fauve[16] », « les yeux étincelants[17] » et « les lèvres baveuses[18] », il fait preuve de capacités hors du commun et maîtrise sans difficulté le narrateur. Ainsi, le personnage ne semble plus tout à fait humain.

III. L’ascendant de la nature primaire sur l’humain

Pour finir, si la métamorphose peut constituer, pour les personnages tel que Conrad Spitz, un retour à soi, elle est surtout en mesure de raviver la rivalité entre les deux parties actives de l’être humain. En effet, dans les contes La Montre du doyen et Les Trois Âmes, la réminiscence issue du phénomène de métempsychose implique une forme de régression vers un état primitif. Cette régression, loin d’être anecdotique, témoigne de l’ascendant que l’animal, libéré des profondeurs de la psyché des personnages, peut acquérir sur la conscience humaine. La transformation est alors subie par les protagonistes, qui la vivent contre leur volonté. Christian, le narrateur des Trois Âmes, fait l’amère expérience de la régression par la privation d’eau et de nourriture. Devenu le cobaye de son camarade fanatique Wolfgang, il assiste d’abord au dépérissement de la marchande de gâteau Catherine Wogel, enlevée au début de la nouvelle par le logicien, qui souhaite expérimenter sa théorie des trois âmes « in anima vili[19] ». Les capacités humaines de Catherine se détériorent à mesure qu’elle retourne à son état animal, puis à son état végétal, étape finale avant la mort. Nulle harmonie ici : le triomphe de la bête ne peut s’accomplir qu’au détriment de l’âme humaine, vouée alors à disparaître. Victime d’un long processus de mutation biologique, le personnage n’est plus qu’un « être effaré[20] » qui ne peut plus s’exprimer que par des « miaulements[21] ». De même, le narrateur perd peu à peu ses facultés : amorçant son déclin, il entend même « le hurlement plaintif d’un chien[22] » qui n’est autre que son propre cri. La métamorphose régressive implique par conséquent une dissociation chez l’humain, qui rompt avec l’harmonie du retour à soi d’un personnage tel que Conrad Spitz. Ce dernier était d’ailleurs en mesure de converser, ce qui n’est plus le cas de Catherine et Kasper. Celui-ci finit par perdre toute conscience des événements, et ne garde aucun souvenir des deux jours suivants lors desquels l’animal a pris l’ascendant. Le même processus de dissociation est évoqué dans La Montre du doyen. Daniel Van den Berg, doyen meurtrier dont les caractéristiques félines s’accroissent une fois la nuit venue, ne paraît pas être conscient de son activité nocturne : le sommeil, tout comme la privation de nourriture, semble en mesure d’affaiblir la part humaine et par conséquent de libérer la bête. En effet, à la fin de la nouvelle, le prédateur, responsable de la mort de quatre personnes, est accidentellement tué à la suite d’une lutte avec la police, venue l’arrêter. À l’agonie, le doyen, retrouvant soudain l’usage de la parole – il rugissait encore quelques phrases plus tôt –, évoque un « rêve », avant de rendre l’âme. Ces quelques mots nourrissent l’hypothèse qu’émet le jeune narrateur à la fin du récit :

C’est un fait incontestable que l’être moral, la volonté, l’âme, peu importe le nom, n’existe pas chez le somnambule… Or l’animal, abandonné à lui-même, subit naturellement l’impulsion de ses instincts pacifiques ou sanguinaires, et la face ramassée de maître Daniel Van den Berg, sa tête plate, renflée derrière les oreilles, ses longues moustaches hérissées… ses yeux verts… tout prouve qu’il appartenait malheureusement à la famille des chats… race terrible, qui tue pour le plaisir de tuer !…[23]

Le doyen est donc la victime de sa propre nature : le félin qui sommeillait en lui jusqu’aux événements du conte a finalement causé sa perte, car le prédateur devient souvent criminel dans la société des hommes.

Conclusion

En somme, le phénomène de transformation semble emprunter, dans les quelques contes étudiés, deux directions très différentes, voire opposées : la transformation assumée de Conrad, narrée sur un ton humoristique, semble très éloignée des métamorphoses horrifiques de Daniel ou de Kasper et Catherine. Pourtant, dans chacun des cas, elle est révélatrice de la nature véritable des personnages ; elle met au jour les tréfonds de l’être, quitte parfois à réveiller et dévoiler les facettes les plus sombres et les plus dangereuses de l’humain.

On pourrait par conséquent s’interroger, au-delà du phénomène métamorphique, sur la prédétermination animale qui semble annoncer le caractère criminel de certains personnages dans l’œuvre d’Erckmann-Chatrian.

Typhaine Sacchi (CELLF)

 

[1]Erckmann-Chatrian, Entre deux vins [1860], Contes fantastiques, éd. Jean-Pierre Riou, Omnibus, 2012.

[2]Erckmann-Chatrian, La Montre du doyen [1859], Contes fantastiques, éd. Jean-Pierre Riou, Omnibus, 2012.

[3]Erckmann-Chatrian, Les Trois Âmes [1859], Contes fantastiques, éd. Jean-Pierre Riou, Omnibus, 2012.

[4]Je reprends ici le terme utilisé par Hélène Millot dans Le Bestiaire fantastique d’Erckmann-Chatrian, in Entre imagination, fantaisie et réalisme : du conte au conte de l’histoire, Actes du colloque international de Phalsbourg, 22-24 octobre 1996, Phalsbourg, Editions du Musée de Phalsbourg, 1999. 

[5]Erckmann-Chatrian, Entre deux vins, op. cit., p. 528.

[6]Erckmann-Chatrian, La Montre du doyen, op. cit., p. 572.

[7]Erckmann-Chatrian, Les Trois Âmes, op. cit., p. 594.

[8]Ibid.

[9]Ibid.

[10]Ibid.

[11] Marie-Claire Jaccard, « Erckmann-Chatrian et le fantastique », Europe, numéro spécial Erckmann-Chatrian, LIII, n° 549-550, janvier-février 1975, p. 80-98.

[12]Erckmann-Chatrian, Les Trois Âmes, op. cit., p. 599.

[13]Erckmann-Chatrian, Entre deux vins, op. cit., p. 528.

[14]Ibid.

[15]Erckmann-Chatrian, La Montre du doyen, op. cit., p. 576.

[16]Erckmann-Chatrian, Les Trois Âmes, op. cit., p. 602.

[17]Ibid.

[18]Ibid.

[19]Ibid., p. 600.

[20]Ibid., p. 601.

[21]Ibid.

[22]Ibid., p. 607.

[23]Erckmann-Chatrian, La Montre du doyen, op. cit., p. 592.

LE GRAND André, inspiré par LE BRUN Charles,
Deux têtes de chat et quatre têtes d’hommes en relation avec le chat, dessin, 24,5 x 31 cm, Paris, Musée du Louvre.



Citer ce billet
Équipe des doctorales (2022, 9 septembre). Typhaine Sacchi. La métamorphose dans quelques contes d’Erckmann-Chatrian. Les Doctorales de l'ED III — Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvfv

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search