Auriane Hernandez. Pour une compréhension de la conjugalité : la littérature comme source essentielle pour saisir les normes et les pratiques de la relation conjugale au XVIe siècle

Pour citer cet article: Hernandez, Auriane, «Pour une compréhension de la conjugalité : la littérature comme source essentielle pour saisir les normes et les pratiques de la relation: conjugale au XVIe siècle», Littérature, histoires, Histoire [en ligne], Sorbonne Université, 21 mai 2022.

URL: https://doctorales.hypotheses.org/1720

Introduction – La littérature pour saisir la conjugalité de la première modernité

Pour appréhender ce que Nicolas de Cholières appelle poétiquement les « ténèbres de mariage[1] », recourir à des sources littéraires, notamment de fiction, semble une démarche à la fois nécessaire et paradoxale, ce d’autant plus que la relation conjugale est un objet complexe et fuyant.

Dans le contexte du XVIe siècle, la relation conjugale est une relation interpersonnelle spécifique, d’un homme et d’une femme, qui sont perçus et qui se perçoivent comme un couple, selon des caractéristiques variables dont les principales sont la corésidence, la présence d’enfants communs, la mise en commun de biens et le consentement à cet ensemble de partages[2]. L’espace social le plus visible de cette relation conjugale est le mariage qui fonde civilement et religieusement cette communauté de vie et de biens à deux[3], communauté qui est explicitement consentie et indissoluble, selon l’héritage du droit romain[4]. Si le mariage en tant qu’institution familiale, civique et religieuse, est bien documenté, au contraire, la conjugalité est rarement dépeinte dans ses modalités et son intimité. Retracer les contours des normes et des pratiques de cette intimité s’apparente à un puzzle dans lequel s’emboîtent des fragments de sources parmi lesquelles les sources littéraires apportent une mise en perspective particulièrement intéressante.

Les sources littéraires fonctionnent en effet comme des « réservoirs d’images[5] », proposant des représentations variées « des choses du monde, de la société ou de la pensée[6] ». L’écriture de fiction au XVIe siècle est pleine de « realia », c’est-à-dire d’éléments et témoignages du réel qui contribuent à ancrer les récits dans l’espace-temps quotidien des lecteurs contemporains. Même si ces éléments sont nécessairement réinterprétés et recomposés, ils s’inscrivent dans un espace littéraire symbolique et anthropologique qui a pour fonction de créer un lien entre l’individu qui lit et le groupe social au sein duquel s’inscrivent sa lecture et la production littéraire, permettant ainsi au premier de saisir les codes et les modèles du second[7]. Ces codes et modèles qui transparaissent s’inscrivent dans deux dynamiques à la fois opposées et complémentaires : le respect ou la contestation des codes sociaux. La liberté de l’écriture de fiction et sa capacité à mettre en jeu, plus aisément que dans les sources normatives ou pratiques, la subjectivité et l’expérience personnelle[8] se révèlent déterminantes dans la question de la perception et de la représentation de la conjugalité. Même si cela nécessite pour l’historien un travail de réinterprétation et de mise à distance[9], la littérature permet de dire, par le symbole ou par l’effet miroir et au travers d’une narrativité spécifique[10], ce que d’autres sources doivent taire. Cela vaut à la fois pour ce qui appartient au registre de l’intime du couple, comme la nuit de noces[11], ou pour ce qui appartient au registre du transgressif, comme la violence conjugale de l’épouse envers l’époux qui subvertit les normes de la domination masculine[12]. Interroger les représentations du lien conjugal et de ses acteurs permet de cerner les différentes interprétations dont disposent les acteurs du XVIe siècle pour construire leurs propres représentations du mariage et de l’autre sexe, en particulier de la femme[13] dont l’image pose particulièrement question en cette période de Querelle des femmes[14]. Cette mise en représentation s’effectue soit au travers de la mise en scène de grandes tendances représentatives des normes et des valeurs en cours, en passant par toute une gamme de stéréotypes qui vont de la misogamie[15] à la valorisation de la femme idéale dans l’amour courtois[16], soit au contraire par la mise en avant de l’extraordinaire et du transgressif. L’un comme l’autre de ces aspects ne peuvent se saisir efficacement que dans le dialogue et la complémentarité avec les sources non littéraires.

  • Corpus et démarche

L’idée de ce travail de recherches était de mettre en série des images littéraires du mariage et de la relation conjugale afin de comparer leurs grandes tendances et leurs exceptions avec les données issues des autres sources normatives et pratiques. Il s’agissait de déterminer comment ces représentations du vécu conjugal s’articulent avec d’une part les discours théoriques, religieux et laïques, qui définissent strictement le mariage comme un contrat économique et spirituel dissymétrique conclu entre l’époux et l’épouse[17], un contrat au sein duquel la position de la femme est marquée d’ambiguïtés et de paradoxes, et d‘autre part avec les sources notariées. La diversité des pratiques interindividuelles qui coexistent au sein de ces dernières sources bat en brèche l’unilatéralité apparente des discours normatifs, permettant de voir émerger les marges de décision et d’action des acteurs dans leur vécu du couple.

La question de cette mise en perspective se pose avec d’autant plus d’acuité pour la seconde moitié du XVIe siècle qu’il apparaît comme une période de diffusion des nouvelles normes matrimoniales édictées par le concile de Trente (1545-1563) et donc comme une période supposée de mutations des mentalités et des comportements conjugaux. Ces nouveaux modèles et pratiques ayant besoin de supports pour se diffuser et imprégner les générations post-tridentines, il semblait cohérent d’interroger les représentations mises à leur disposition par la littérature et notamment par la fiction.

Pour ce faire, nous avons examiné un certain nombre de nouvelles parues dans la seconde moitié du XVIe siècle. Les fictions narratives du XVIe siècle permettent de mettre en scène des aspects du quotidien et surtout, de la vie matrimoniale dans ses aspects vécus et pas seulement dans une dimension prospective ou idéalisée[18]. Le corpus, s’il est relativement réduit pour faciliter son exploitation, a pour objectif de diversifier les types et les tons des nouvelles même si domine le genre facétieux, qui évoque plus volontiers la question du mariage, mais permet néanmoins de mettre en avant quelques grandes tendances significatives. L’étude a donc porté sur cinq recueils de nouvelles parus dans la seconde moitié du XVIe siècle :

  • le Printemps de Jacques Yver (1570) qui consacre quatre nouvelles sur cinq à des affaires conjugales et rappelle par sa structure l’Heptaméron,
  • les trente premières nouvelles des Facetieuses journées de Gabriel Chappuys, imprimé en 1584 et inspiré dans sa structure du Decaméron de Boccace, ce recueil comptant au total cent nouvelles réparties en dix journées, qu’il était impossible de traiter intégralement dans un travail de master.
  • les Facetieuses nuits du seigneur Straparole, traduit par Jean Louveau et Pierre de Larivey (1550) ; s’il ne s’agit pas d’une production française, l’ouvrage se diffuse très largement en France à partir de sa traduction en 1560 et connaît de nombreuses rééditions, ce qui en fait un élément important pour les imaginaires fictionnels post-tridentins. Il compte 25 nouvelles dont 23 évoquent à un moment ou à un autre une relation conjugale.
  • le premier tome des Serées de Guillaume Bouchet, imprimé en 1584. Cet ouvrage a été complété par la suite et réimprimé plusieurs fois dans la seconde moitié du XVIe siècle et suivi de deux autres tomes parus en 1597 et 1598[19]. Là également, le lien conjugal se révèle très présent au fil des pages avec 8 nouvelles sur 12 qui le font apparaître soit comme sujet, soit comme toile de fond de l’intrigue.
  • Les Neuf matinées de Nicolas de Cholières (1585), qui s’inscrit dans une veine plus polémiste et critique, l’auteur étant fortement impliqué dans la Querelle des femmes et la satire du mariage. Sur 9 nouvelles, 6 évoquent de près ou de loin les relations conjugales.

Le corpus totalise ainsi 81 nouvelles, dont 61 mettent en scène directement ou indirectement le lien conjugal, soit les trois-quarts du corpus.

La principale difficulté de la démarche a été de dépasser à la fois le concept du mariage, trop superficiel et souvent limité à la dimension contractuelle et cérémonielle du lien relationnel, et la dimension stéréotypée des récits pour essayer, à partir de situations ou de relations entre acteurs parfois mises en scène de manière très restreinte et peu détaillée, de tirer des clefs de compréhension sur la conception et le vécu de cette relation particulière qu’est la relation entre mari et femme au sein de l’intimité du foyer. De fait, sur 61 nouvelles évoquant une relation conjugale, 29, soit presque la moitié, survolent ou passent sous silence l’intimité conjugale. Il s’agit donc de s’approcher de cette intimité vécue en juxtaposant des images parcellaires et de reconstruire le vraisemblable de la vie quotidienne et des sentiments conjugaux.

  • Les types post-tridentins : une relation conjugale conflictuelle

L’étude précise et sérielle de ces 81 nouvelles a permis de mettre en valeur trois grandes facettes du traitement littéraire de la question du lien conjugal dans la fiction. La première n’est guère surprenante, ni au regard des contenus de la fiction, ni au regard des travaux historiographiques et littéraires précédents et contemporains : les nouvelles sont un espace privilégié pour aborder les dysfonctionnements, nombreux, de la relation conjugale. La deuxième facette nuance cependant cet aspect dysfonctionnel en montrant comment, en réaffirmant que le mariage est nécessaire à la vie individuelle et collective pour qu’elle soit conforme aux enseignements moraux, l’espace narratif apparaît comme un lieu de négociation des normes et des valeurs de la conjugalité. Enfin, il est apparu de manière frappante que ces espaces de renégociation idéels témoignent en fait des tensions, des enjeux, des craintes et des espoirs de la relation conjugale. En tant que relation interpersonnelle vécue comme exclusive et spécifique, le couple devient un espace où la recherche de l’harmonie, de la paix, de la confiance, de l’estime réciproques, apparaît comme spécifique. Les conjoints adoptent l’un envers l’autre des comportements et des attentes qui sont propres à la relation conjugale. Même si ces états positifs ne sont pas présentés comme allant de soi, ils se trouvent toujours au cœur de la négociation du vécu conjugal.

La littérature est un espace privilégié pour aborder les dysfonctionnements du couple marié. Sur un mode comique ou sur un mode tragique, les nouvelles du XVIe siècle présentent le mariage et la relation conjugale comme des espaces de conflits multidimensionnels, au sein duquel nul n’est heureux. La négativité de la conjugalité est soulignée aussi bien par l’utilisation de formules générales (« les ténèbres de mariage sont obscures et fascheuses[20] » chez Nicolas de Cholières ; « le rude et cruel joug de mariage[21] » chez Gabriel Chappuys) qui présentent à la fois la dimension irrationnelle et contrariante de la relation. Cette pensée est construite en écho direct avec la littérature proverbiale qui énonce clairement que « aujourd’huy marrié, demain marry[22] ». Dans la narration même, la relation conjugale semble promise assez fréquemment à une fin négative puisque 21 récits sur 61, soit un bon tiers,  évoquant une relation conjugalemettent en scène une conclusion ouvertement négative et parfois violente au mariage : rupture du lien conjugal, absence de réconciliation au sein du couple, mort de l’un ou des deux conjoints. Ces conclusions négatives couronnent des situations de tensions et de conflits qui perturbent la bonne gestion de la relation conjugale au sein du mariage. Conformément aux représentations largement misogynes du temps, en particulier aux textes religieux qui diffusent toujours un message de méfiance vis-à-vis de la femme, c’est très souvent l’épouse et l’inadéquation de son comportement qui sont placés au cœur du dysfonctionnement de la conjugalité.

Trois défauts majeurs de l’épouse sont fréquemment mis en avant comme source de tensions voire de conflits au sein de la relation conjugale :

  • La sexualité féminine est dépeinte comme abusive, excessive et en dysfonctionnement par nature, soit qu’elle démontre un désir insatiable voire contre-nature (Nicolas de Cholières critique ainsi dans « Des Chastréz » une sexualité féminine en recherche de plaisirs solitaires, sans besoin d’une quelconque intervention masculine : « Je m’en rapporte aux godemichi de velours et d’yvoire qui sont enfournéz en la grotesque[23]»), soit que ce désir sexuel soit porté dans un cadre illégitime et non matrimonial comme dans les nombreux d’adultère, soit que ce soit la pratique même de la sexualité qui se trouve au cœur du conflit conjugal. Guillaume Bouchet en donne un aperçu dans Les Sérées, au travers de l’histoire fictive d’une femme de Catalogne qui serait venue demander justice à la reine d’Aragon contre son mari qui « [le] luy faisoit trop souvent » durant la nuit. La nouvelle traite cette anecdote de viol conjugal sur le mode du rire en décrédibilisant la parole de la femme au nom de l’insatiabilité naturelle de son sexe : « […] il ne faut pas tant esmerveillé du mary, comme de la plainte qu’en fit la femme : car les femmes se plaignent souvent de peu, mais non pas de trop[24] », laissant le libre champ à l’époux de décider de la sexualité commune du couple. La sanction de la nouvelle, présentée par les acteurs comme un compromis, se contente d’imposer une limite quantitative aux rapports sexuels conjugaux : le mari n’a plus le droit de réclamer le coït plus de six fois dans la nuit. En jouant avec l’exagération et le mode comique, la nouvelle renforce la diffusion des stéréotypes du genre : domination d’un époux viril et fort capable d’endurer l’acte sexuel plusieurs fois dans la nuit, absence décisionnelle de l’épouse quant à la sexualité, stéréotype du désir sexuel féminin inextinguible ; mais également des normes définitionnelles de la relation conjugale qui repose intrinsèquement sur le partage de la couche et sur le debitum conjugale mutuel, c’est-à-dire la nécessité de rendre le service sexuel à son conjoint pour lui éviter la frustration sexuelle et l’encourager à la continence.
  • La variabilité du tempérament féminin qui conditionne son incapacité à garder intacte la parole donnée ainsi que sa propension à l’insatisfaction qui en font un danger pour l’époux lui-même et pour le ménage, sont deux facettes du même défaut réputé féminin : l’inconstance. Celle-ci peut s’exprimer matériellement, notamment au travers de la tendance des épouses littéraires à trop dépenser, comme le personnage de Silvie[25] qui est incapable de se contenter des parures luxueuses que lui a pourtant données le diable son époux, en réclame toujours de nouvelles pour satisfaire aux caprices changeants de la mode ce qui lasse son mari infernal et risque plus prosaïquement de ruiner un conjoint mortel. Elle peut également s’exprimer verbalement, or cette incapacité de l’épouse à tenir sa langue peut amener des ennuis au mari qui lui a fait confiance comme ce mari qui finit en prison pour avoir tué le faucon de son seigneur et avoir été dénoncé par son épouse[26]. La conclusion de nombreuses nouvelles est alors simple : il est impossible de faire confiance à l’épouse, même lorsque la sûreté du ménage est en jeu.
  • Le troisième point de conflit lié à la femme est sa propension à être tracassière, à causer des soucis et des préoccupations à son mari, ce qui va de sa propension au bavardage et à la querelle à la critique de sa faiblesse intellectuelle ou physique. Sont ainsi aussi bien critiquées les femmes de fort tempérament, comme cette « furie et Mégère infernalle[27]» qui chez Chappuys diabolise l’épouse qui ne prend pas soin de son mari et est incapable de s’entendre avec lui que les femmes sottes et faibles, comme celle chez Bouchet qui se ridiculise en interprétant mal une phrase en latin prononcée par son mari. Le même dilemme se pose dans toutes les qualités de la femme : la beauté (trop laide, elle lasse son mari, trop belle, elle attise les convoitises tierces) ou la richesse (trop riche, elle peut prendre l’ascendant sur son époux, trop pauvre, elle n’a pas d’intérêt dans l’entretien économique du ménage).

Au travers de tous ces exemples qui tendent à faire de l’épouse un tracas supplémentaire pour son mari, la nouvelle renforce les cadres normatifs de la domination masculine qui, comme dans les sermons ecclésiastiques et les écrits juridiques, tendent à subordonner l’épouse à son époux, non seulement dans la sphère publique mais également dans le vécu de la conjugalité, en la rendant responsable du maintien de la bonne entente conjugale.

Pour autant, le mari n’est pas exempt de son lot de reproches et de responsabilités dans la survenue de dissensions au sein du couple. Pas plus que son épouse il n’est un être parfait et cet équilibre des tors est reflété aussi bien dans la littérature fictive :

« […] ce seroit une belle chose en mariage, si le mari estoit sourd, & la femme aveugle. En quoy ce me semble il excuse les femmes pour blasmer les hommes : car pourquoi desire-t-il qu’elles soyent aveugles, sinon de peur de voir les fautes de leurs maris ?[28] »

Avec ce constat, Jacques Yver souligne que le mari possède son lot de défauts et d’excès, faisant écho au proverbe décrétant « Femme qui a mauvais mari / a bien souvent le cœur mari » et aux textes théoriques qui mettent en garde le mari contre les excès de la puissance maritale.

  • La jalousie, par exemple, est le plus souvent un attribut du caractère masculin présenté comme une maladie (« elle me ronge le cœur, dissoult et consomme mon humeur vitale, et est incurable[29]») contre laquelle le mari doit se prévenir sous peine de faire à la fois son malheur, celui de son épouse et celui du ménage : « Si vous estes jaloux, je n’auray jamais bien avec vous[30] ». La jalousie est en effet la porte ouverte au soupçon et à la défiance, elle rompt l’harmonie et la confiance du couple ce qui risque d’amener à des relations d’abus, sur la personne de l’épouse qui peut alors se tourner vers un autre, comme sur les biens du ménage.

« […] vous dites que la Dame de vos biens preste a vostre insceu. La charité donc luy sera interdite, si vous ne le commandez : s’il y avoit un pauvre qui fust à l’huis, et que fussiez à la ville, faudrit il qu’elle l’esconduisit sans luy tendre l’aumosne, ou bien qu’elle le remist à vostre arrivée ?[31] »

  • En pendant à la figure de la mégère, qui joue dans la fiction le rôle de l’anti-norme et du « couple renversé[32]», notamment dans la cadre de la guerre des sexes qui apparaît fréquemment dans la littérature des XVIe et XVIIe siècles[33], se dessine également dans la fiction la figure maritale de la brute, mari dominant injuste et injustement violent. La violence masculine, si elle est souvent justifiée au nom de la méchanceté de l’épouse et d’un système de domination favorable aux maris, n’en est pas pour autant normalisée de manière systématique. Les images du châtiment corporel et de la vengeance corrective, notamment contre l’adultère, cohabitent avec des situations où la violence physique et la maltraitance sont mises en scène comme injustement exercées contre une épouse innocente et faible, disqualifiant par là une action violente du mari qui peut aller jusqu’au meurtre.  Dans la vingt-troisième nouvelle des Facétieuses nuits, Dame Félicette, commerçante bourgeoise, se remarie avec le commis de son mari, lequel ne lui donne même pas le nécessaire pour se couvrir l’hiver et la bat comme plâtre, les mauvais traitements étant doublement renforcés par le contraste avec la bonté du premier mari et par la différence de classe sociale entre les époux dans ce mariage hypogamique, ce qui disqualifie doublement la violence maritale comme un double manquement aux devoirs du mari.

De plus, la violence maritale, si elle apparaît souvent comme un topos bien connu de la littérature passée car elle est souvent mise en scène de façon spectaculaire, se trouve en minorité dans notre corpus : un quart seulement des nouvelles met en scène des violences conjugales. Il convient donc de nuancer la représentation de la violence physique comme norme systématique de la conjugalité, ce d’autant plus qu’au sein de ces quinze nouvelles qui mettent en scène la violence physique du mari, 7 la présentent comme gratuite et injustifiée, 5 comme un droit correctif abusif mis dans les mains d’un mari cruel. Seules 3 nouvelles reprennent donc les normes théologiques et juridiques d’une violence conjugale modérée et justifiée par la responsabilité éducatrice du mari.

  • Si l’épouse est très souvent présentée comme volatile et indigne de confiance, le mari n’est pas pour autant toujours plus fiable. Il est souvent absent dans 24 nouvelles sur 61 soit 39% du corpus, ce qui représente une assez grande proportion. Cette absence peut mettre matériellement et/ou physiquement l’épouse en danger ou la tenter de se rapprocher d’un amant qui a, lui, le mérite d’être là. Il montre également lui aussi des signes de faiblesse et de versatilité. Dans la deuxième nouvelle du Printemps de J. Yver, Carite décide de tester les sentiments de son mari, Herman, qui était auparavant fiancé à une autre femme. Elle se fait passer pour morte pour voir sa réaction qui est très ambiguë :

« Car d’un costé le regret de sa gratieuse Carite luy noyoit le cœur en amertume ; d’autre part l’ignominie indignement receuë par sa Fleurie le mollissoit d’une tendre pitié[34] ».

Malgré le chagrin, le jeune veuf songe immédiatement à se remarier à son premier amour, également veuve. Mais Fleurie, pour prouver au monde sa vertu, se suicide avant d’avoir revu son premier prétendant. En apprenant la mort de sa première aimée, Herman meurt de chagrin, prouvant ainsi que la jalousie de Carite n’était pas sans fondement puisqu’elle n’était pas, malgré les promesses, au même niveau d’amour que la première fiancée. Pour autant, la jalousie féminine est tout aussi discréditée par la nouvelle puisque c’est ce sentiment négatif et le manque de confiance mutuelle qui a provoqué l’enchaînement menant au dénouement tragique.

  • La littérature comme espace de réflexion et de négociation sur la vie conjugale

Au regard de ces différents conflits conjugaux, la fiction narrative apparaît comme un espace de négociation des normes et des pratiques de la relation conjugale. En effet, le mariage et la conjugalité ne sont jamais remis en question en soi par les protagonistes : comme dans les discours théoriques, elles apparaissent comme un mal nécessaire avec lequel il faut composer. De ce fait, la littérature apparaît comme un espace d’exploration de la conjugalité, de ses jeux d’acteurs, de ses normes comme de ses limites et de ses aspects transgressifs : d’où la représentation parfois farcesque de la violence ou de l’absurde. Dans le même temps, cette exploration constitue un point de rencontre entre fiction et pratique ainsi qu’un espace de réflexion sur les moyens de parvenir à un bon fonctionnement de la relation conjugale.

Dans les nouvelles, la question de la confiance réciproque entre les époux se trouve placée au cœur de la réflexion. Elle est à la fois un repoussoir, avec l’idée que cette confiance n’est jamais totalement accessible, et un idéal de vie, voire une nécessité pratique. Cette angoisse presque eschatologique de l’adultère ou de la violence qui matérialisent l’impossible confiance dans cet Autre absolu qu’est le conjoint va de pair avec la mise en scène de personnages qui se font confiance, parfois à raison, le plus souvent à tort, opposant en apparence la conclusion morale de la nouvelle aux réflexes spontanés des individus. Dans les Facétieuses nuits, le père de Salard met en garde son fils contre son épouse, l’enjoignant de ne jamais lui révéler aucun secret, car la femme est incapable de tenir sa langue. Mais le premier réflexe du jeune époux est d’aller contre cette mise en garde :

« En qui me pourroy-je plus seurement fier qu’en ma propre femme, laquelle a abandonné le père, la mère, les frères, les sœurs et sa propre maison pour estre une mesme ame et un mesme cœur avec moi ?[35] ».

Si la conclusion de la nouvelle est effectivement pessimiste en validant la mise en garde du père, elle n’en met pas moins en scène une pratique présentée comme naturelle au sein de la relation conjugale : celle de faire confiance à son conjoint. Cette confiance mutuelle au sein de la relation conjugale peut partiellement se mesurer dans d’autres sources de la pratique quotidienne, comme dans le choix du conjoint comme exécuteur testamentaire, une pratique qui est assez répandue à Paris au XVIe siècle, par exemple, pour ne pas être une pratique de marge mais bien une possibilité réelle[36].

Lorsque la confiance ne parvient pas à s’établir dans la relation conjugale, la fiction littéraire met très souvent en scène une faute unilatérale, incombant à l’un des conjoints mais pas uniquement l’épouse. Dans la vingt-troisième nouvelle des Facétieuses nuits, mentionnée plus haut, le sieur Jambon, second mari de Dame Félicette, en trahissant son rôle de mari procurateur de sécurité matérielle, trahit en fait la confiance de son épouse en ne lui procurant pas les biens nécessaires à son bien-être. L’une des interprétations de l’importance de la mise en scène des rôles conjugaux et de leur respect au sein de la fiction serait donc une façon d’assurer à chacun des conjoints une bonne compréhension de l’autre, permettant l’établissement d’une confiance mutuelle.

Le mari et la femme portent de manière alternée la responsabilité de l’échec de la relation conjugale, l’un comme l’autre pouvant, à un moment donné de l’histoire, sortir du rôle prescriptif qui lui était attribué, ce qui provoque un déséquilibre de la relation. Si ce déséquilibre et cette sortie des rôles matrimoniaux mènent, dans la plupart des cas (31 nouvelles sur 61), à la rupture du lien conjugal, cela n’en fait pas une clef de lecture unique. Dans 20 nouvelles sur 61, ce qui n’est pas une proportion négligeable, la relation conjugale se solde par une conclusion positive, retrouvailles, compromis, réconciliations… Le modèle d’un retour à une relation de couple apaisée existe, ouvrant une alternative aux représentations de la conjugalité.

Dans les deux cas, les nouvelles contribuent, sur un mode positif comme négatif, à poser par la fiction des interprétations des normes et des pratiques conjugales : elles ouvrent un éventail de comportements conjugaux possibles, même s’ils sont souvent exagérés, et amènent à réfléchir sur la pratique de la conjugalité.

Conclusion : la confiance comme enjeu de la relation conjugale

En soi, la fiction littéraire ne remet pas en cause les normes et pratiques traditionnelles de rôles conjugaux masculins et féminins : elle met en scène, au travers de rôles stéréotypés au sein des desquels l’épouse est largement soumise ou dévalorisée, des fonctions conjugales, des situations de couples, des dénouements, qui renforcent le système de domination masculine au sein de la relation conjugale. Pourtant, en discutant voire en transgressant les codes matrimoniaux – épouses indociles, relations immorales, violences – les fictions font ressortir les points de réflexion et d’inquiétude qui parcourent cette étape fondamentale de la vie qu’est la vie matrimoniale. Derrière l’interprétation conjugale des éléments de la Querelle des femmes, la relation conjugale peut se lire comme un espace de négociations et de tensions où l’enjeu fondamental est de parvenir à une relation harmonieuse et apaisée, au sein de laquelle les partenaires, fondamentalement différents et autres l’un pour l’autre, peuvent se vouer estime et confiance mutuelles.  Au XVIe siècle, cette idée passe en grande partie par le respect, par l’un comme pour l’autre des conjoints, de sa place, de son rôle et de sa fonction qui sont socialement et sexuellement déterminés.

Auriane Hernandez, doctorante contractuelle, Sorbonne Université, UMR 8596 Centre Roland Mousnier.

Sources

Bouchet Guillaume et Périer, Les Sérées de Guillaume Bouchet, sieur de Brocourt, divisées en trois livres, I, [s.l.] : L. et D. Loudet, 1635, 412 p.

Chappuys Gabriel, Les Facetieuses Journees, contenans cent certaines & agreables nouvelles : la plus part advenuës de nostre temps, les autres recueillies&choisies de tous les plus excellents autheurs estrangers qui en ont escrit, I, [s.l.] : J. Houze, 1584, 754 p.

Cholières (seigneur de) Nicolas, Les neuf matinées du seigneur de Cholières, [s.l.] : A. Mertens & fils, 1585, 268 p.

Meurier Gabriel, Trésor des sentences doréees, dicts, proverbes & dictons communs, reduits selon l’ordre alphabetic . Avec le bouquet de philosophie morale, reduict par demandes & responces. Par Gabriel Meurier, Lyon : Jean d’Ogerolles, 1577. 253 p.

Straparola Giovanni Francesco, Les facétieuses nuits, traduit par Jean Louveau et Pierre de Larivey, [s.l.] : P. Jannet, 1857, 462 p.

Yver Jacques, Le Printemps D’Yver. Contenant cinq Histoires, discourues par cinq iournees, en vne noble co[m]pagnie, au chasteau du Printemps : Par Iaques Yver, seigneur de Plaisance, & de la Bigottrie, gentilhomme Poecteuin, [s.l.] : Par Iean Ruelle, 1572, 642 p.

Bibliographie

Bethery de La Brosse Arnould, Entre amour et droit : le lien conjugal dans la pensée juridique moderne, XVIe-XXIe siècles, Paris : L.G.D.J, 2011 (Bibliothèque d’histoire du droit et droit romain, 25), 432 p.

Carlin Claire, « La nuit du couple. La dissolution du mariage dans l’imaginaire des XVIe et XVIIe siècles », in Penser la nuit (XVe–XVIIe siècle), Ed. Bertrand, Dominique.., Paris : Champion, 2003, 560 p.

Chaunu Pierre, La mort à Paris : XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris : Fayard, 1978, 543 p.

Chauvin du Treuil Catherine, Les attitudes devant la mort d’après les testaments du XVIe siècle – 1533-1559, Paris Sorbonne, Paris, 1976. Centre Roland Mounier.

Crescenzo Richard, Miranda Marie Roig et Zaercher Véronique, Le mariage dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècle : réalités et représentations, Volume 1, Nancy : Université Nancy II, 1 octobre 2003, 378 p.

Dion Laetitia, Histoires de mariage : le mariage dans la fiction narrative française (1515-1559), Paris : Classiques Garnier, 2017 (Bibliothèque de la Renaissance, 16), 587 p.

Dubois-Nayt Armel, Dufournaud Nicole et Paupert Anne, Discours sur l’égalité / inégalité des sexes, de 1400 à 1600, Saint-Étienne : Publ. de l’Univ. de Saint-Étienne, 2013 (Revisiter la « querelle des femmes », …), 282 p.

Esmein Adhémar, Le Mariage en droit canonique, 2e éd. revue, Paris : Recueil Sirey, 1929 (vol. 2/2), 507 p.

Fuchs Charlotte, « Comme il est dangereux une femme espouser » La mégère du topos littéraire au débat de société (1540-1630), Université de Tours, Tours, 14 décembre 2018, 601 p., URL : http://www.applis.univ-tours.fr/theses/2018/charlotte.fuchs_7506.pdf.

Fuchs Charlotte, « Châtier les moeurs par le rire : la punition de la mégère et du mari battu au miroir de laquerelle des femmes (1540-1620) », in Journée de l’école doctorale SHS de l’Université de Tours (2016), Tours, France, [s.n.], juin 2016.

Janier André et Arnould Jean-Claude, Les Serées (1584 – 1597 – 1598) du libraire-imprimeur Guillaume Bouchet (1514 – 1594), Paris : Champion, 2006 (Bibliothèque littéraire de la Renaissance, 61), 1040 p.

Massuco Michelle, Attitudes devant la mort dans la deuxième moitié du XVIe siècle d’après les clauses testamentaires (étude CXXII minutier central), mémoire de maîtrise, Paris Sorbonne, Paris, 1974. Centre Roland Mounier.

Pérouse Gabriel-André, Nouvelles françaises du XVIe siècle : images de la vie du temps, Genève [Paris] : Droz [diff. Minard] [diff. Champion], 1977.

Plumauzille, Clyde, « Éliane Viennot (dir.), Revisiter la « Querelle des femmes ». Discours sur l’égalitéinégalité des sexes, de 1750 aux lendemains de la Révolution, avec la collaboration de Nicole Pellegrin » », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], no 40, 2015.

Reichler Claude et Molino Jean (dirs.), L’interprétation des textes, Paris : Éd. de Minuit, 1989 (Arguments), 222 p.

[1] Nicolas Cholières (seigneur de), Les neuf matinées du seigneur de Cholières, [s.l.] : A. Mertens & fils, 1585, p.154.

[2] Arnould Bethery de La Brosse, Entre amour et droit : le lien conjugal dans la pensée juridique moderne, XVIe-XXIe siècles, Paris : L.G.D.J, 2011 (Bibliothèque d’histoire du droit et droit romain, 25), 432 p.

[3] Adhémar Esmein, Le Mariage en droit canonique, 2e éd. revue, Paris : Recueil Sirey, 1929 (vol. 2/2), 507 p.

[4] « Le mariage est une union de l’homme et de la femme, unissant indivisiblement entre eux l’usage de la vie », Justinien, Institutes, I, 1, 9, 1.

[5] Gabriel-André Pérouse, Nouvelles françaises du XVIe siècle : images de la vie du temps, Genève [Paris] : Droz [diff. Minard] [diff. Champion], 1977, p. 1‑9.

[6] Claude Reichler et Jean Molino (dirs.), L’interprétation des textes, Paris : Éd. de Minuit, 1989 (Arguments), 222 p., p. 4.

[7] Ibid., p. 5‑6.

[8] Pérouse, op. cit. (note 4), p. 1‑9.

[9] Reichler et Molino (dirs.), op. cit. (note 5), p. 6.

[10] Laetitia Dion, Histoires de mariage : le mariage dans la fiction narrative française (1515-1559), Paris : Classiques Garnier, 2017 (Bibliothèque de la Renaissance, 16), 587 p.

[11] Claire Carlin, « La nuit du couple. La dissolution du mariage dans l’imaginaire des XVIe et XVIIe siècles », in Penser la nuit (XVe–XVIIe siècle). Ed. Bertrand, Dominique. 560 p., Paris : Champion, 2003, Paris : Champion, 2003, p. 505‑523.

[12] Charlotte Fuchs, « Comme il est dangereux une femme espouser » La mégère du topos littéraire au débat de société (1540-1630), Université de Tours, Tours, 14 décembre 2018, 601 p. université de Tours. URL : http://www.applis.univ-tours.fr/theses/2018/charlotte.fuchs_7506.pdf.

[13] André Janier et Jean-Claude Arnould, “Images de la femme”, Les Serées (1584 – 1597 – 1598) du libraire-imprimeur Guillaume Bouchet (1514 – 1594), Paris : Champion, 2006 (Bibliothèque littéraire de la Renaissance, 61), p. 131‑164.

[14] Clyde Plumauzille, « « Éliane Viennot (dir.), Revisiter la « Querelle des femmes ». Discours sur l’égalité/inégalité des sexes, de 1750 aux lendemains de la Révolution, avec la collaboration de Nicole Pellegrin » », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], no 40, 2015.

[15] Charlotte Fuchs, « “ Châtier les moeurs par le rire : la punition de la mégère et du mari battu au miroir de la querelle des femmes (1540-1620) ” », in Journée de l’école doctorale SHS de l’Université de Tours (2016), Tours, France, [s.n.], juin 2016 ;

[16] Khédija Ajroud, « Mariage et déraison dans quelques nouvelles du XVIe siècle », in Richard Crescenzo, Marie Roig Miranda et Véronique Zaercher, Le mariage dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècle : réalités et représentations, Volume 1, Nancy : Université Nancy II, 1 octobre 2003, 378 p.

[17] Esmein, op. cit. (note 2).

[18] Laetitia Dion, Histoires de mariage : le mariage dans la fiction narrative française (1515-1559), Paris : Classiques Garnier, 2017 (Bibliothèque de la Renaissance, 16), 587 p.

[19] Guillaume Bouchet et Périer, Les sérées de Guillaume Bouchet, sieur de Brocourt, divisées en trois livres, I, [s.l.] : L. et D. Loudet, 1635, 412 p.

[20] Cholières (seigneur de), op. cit. (note 1), p.154

[21] Gabriel Chappuys, Les Facetieuses Journees, contenans cent certaines&agreables Nouvelles : la plus part advenuës de nostre temps, les autres recueillies&choisies de tous les plus excellents autheurs estrangers qui en ont escrit, I, [s.l.] : J. Houze, 1584, 754 p., p.81A

[22] Gabriel Meurier, Trésor des sentences doréees, dicts, proverbes & dictons communs, reduits selon l’ordre alphabetic. Avec le bouquet de philosophie morale, reduict par demandes & responces. Par Gabriel Meurier, Lyon : Jean d’Ogerolles, 1577.

[23] Cholières (seigneur de), op. cit. (note 1), p.123-124

[24] Guillaume Bouchet et Périer, Les sérées de Guillaume Bouchet, sieur de Brocourt, divisées en trois livres, I, [s.l.] : L. et D. Loudet, 1635, p.81

[25] Giovanni Francesco Straparola, Les facétieuses nuits, traduit par Jean Louveau et Pierre de Larivey, [s.l.] : P. Jannet, 1857, 462 p.

[26] Straparola, op. cit. (note 23). p.20

[27] Chappuys, op. cit. (note 20), p. 99A.

[28] Jacques Yver, Le Printemps D’Yver. Contenant cinq Histoires, discourues par cinq iournees, en vne noble co[m]pagnie, au chasteau du Printemps: Par Iaqves Yver, seigneur de Plaisance, & de la Bigottrie, gentilhomme Poecteuin, [s.l.] : Par Iean Ruelle, 1572, p.111B.

[29] Cholières (seigneur de), op. cit. (note 1). p.166

[30] Chappuys, op. cit. (note 20). P10 B

[31] Cholières (seigneur de), op. cit. (note 1). p.170

[32] Fuchs, « Comme il est dangereux une femme espouser » La mégère du topos littéraire au débat de société (1540-1630), op. cit. (note 11).

[33] Armel Dubois-Nayt, Nicole Dufournaud et Anne Paupert, Discours sur l’égalité/inégalité des sexes, de 1400 à 1600, Saint-Étienne : Publ. de l’Univ. de Saint-Étienne, 2013 (Revisiter la « querelle des femmes », …), 282 p.

[34] Yver, op cit., (note 27). p.103A

[35] Straparola, op. cit. (note 23). p.20

[36] Pierre Chaunu, La mort à Paris : XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris : Fayard, 1978, 543 p. ; Catherine Chauvin du Treuil, Les attitudes devant la mort d’après les testaments du XVIe siècle – 1533-1559, Paris Sorbonne, Paris, 1976. Centre Roland Mounier. ; Michelle Massuco, Attitudes devant la mort dans la deuxième moitié du XVIe siècle d’après les clauses testamentaires (étude CXXII minutier central), mémoire de maîtrise, Paris Sorbonne, Paris, 1974. Centre Roland Mounier.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search