Présentation

 

      Lors de la demi-journée consacrée à la thématique « Réécrire», les participants ont abordé successivement les poétiques de la réécriture, la réécriture du mythe et les enjeux de réception autour de cette pratique littéraire.

La pratique de la réécriture et ses implications ont fait l’objet des deux premières communications. Marta Milazzo a proposé de retracer une généalogie du nom « Tristan », mettant ainsi en évidence les notions de palimpseste et d’intertextualité. Le cheminement chronologique de Marta Milazzo souligne le réseau d’influences inhérent à l’anthroponyme, et interroge l’évolution du contenu de ce nom, ainsi que les variations de son statut de « pro-récit » dans les textes littéraires (voir cet article).
Camille Grandon a ensuite envisagé la réécriture dans la pratique de la biographie, en analysant l’œuvre de Paterne Berrichon portant sur son beau-frère, Arthur Rimbaud.  Berrichon compose une hagiographie familiale du poète, érigé en « saint laïc ». Les analyses de Camille Grandon ont permis de mettre en lumière les difficultés de l’écriture biographique et d’interroger la tension entre réécriture et fidélité à la vérité historique (voir cet article).

Un deuxième moment a permis de faire émerger certains hypotextes mythiques pour saisir le jeu de références et de réécriture opéré par les écrivains. Ainsi, Théo Millot s’est concentré sur la réécriture du mythe d’Heraclès par Thibaudet qui s’inscrit dans une lignée de réécritures comptabilisées par Giraudoux. Entre restitution du mythe et innovations formelles, Thibaudet redevient un temps l’écrivain-dramaturge qu’il a pu être au moment de son entrée dans le champ littéraire. La démarche de Théo Millot permet de montrer le travail poétique du mythographe, qui dépasse son statut de critique pour réécrire lui-même un pan du mythe d’Héraclès, à partir du matériau tragique grec.
D’autre part, Cassandre Martigny a proposé l’analyse d’une lecture moderne et féministe de la figure mythique de Jocaste à travers une pièce d’Alain Pontaut : la voix de cette femme est portée sur scène, ce qui lui permet de faire entendre son témoignage et de replacer l’amour et le désir au coeur du mythe porté par la pièce de Sophocle (voir cet article).

Aborder la réception des réécritures, enfin, a permis d’identifier les difficultés inhérentes à la pratique de la réécriture qui demande aux lecteurs, dont les critiques et les philologues, de mobiliser un réseau de références pour éclairer la composition des textes.
Vincent Adams–Aumérégie nous a amenés à comprendre les enjeux de la réception autour de la notion de réécriture à partir de l’œuvre de Mathurin Régnier, en montrant, en particulier, les évolutions que connaît son texte après sa parution ainsi qu’après la mort de l’auteur.  La communication de Vincent Adams–Aumérégie permet de mettre en lumière deux pratiques dans les rééditions et réécritures des écrits du poète satiriste : d’un côté, le parasitisme éditorial et poétique, et, de l’autre, l’interaction mutualiste. Le lecteur et le philologue font ici face à un tissu de textes à identifier, et parfois même à démêler (voir cet article).
Nous avons découvert d’autre part avec Côme Saignol de nouvelles clés de lecture des réécritures, notamment grâce à l’émergence d’outils numériques d’alignement. Ceux-ci ouvrent effectivement la voie à un approfondissement de l’herméneutique des textes littéraires impliqués dans une situation de réécriture. Côme Saignol nous en a fait la démonstration à partir des réécritures du Pédant joué de Cyrano de Bergerac (voir cet article).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search