Présentation

 

La demi-journée consacrée à la thématique « Solitude et multitude » s’est divisée en trois moments.

Le premier, intitulé « Peupler sa solitude », s’est développé autour de deux études. Henri Portal s’est intéressé à trois romans du XVIIIe siècle dans lesquels les personnages, désireux de s’éloigner des plaisirs de la ville, se heurtent à l’ennui engendré par l’isolement. Les héroïnes du Sylphe de Crébillon et des Malheurs de l’inconstance de Claude-Joseph Dorat occupent le vide en recevant la visite d’aimables créatures des airs quand le narrateur malheureux du Spleen de Besenval s’invente une passion dévorante pour la fille de son jardinier (voir cet article). D’autre part, Fadoua Roh s’est intéressée à la manière dont le poète marocain Abdellatif Laâbi, incarcéré pendant huit ans, a cherché dans l’écriture une voie d’anéantissement des barreaux qui enfermaient son corps. À travers ses lettres, le poète reclus tisse de nouvelles communications, tant avec ses proches auxquels elles sont adressées, qu’avec ses modèles littéraires : Aragon, Nazim Hikmet, Neruda ou Maïakovski.

Au cours du deuxième moment, il a été question de ressaisir les liens qui unissent poésie et solitude. Agnès Parmentier a proposé d’articuler deux trajectoires croisées, celles de Giacomo Leopardi et de Fernando Pessoa, autour des contradictions suscitées par la revendication d’une solitude existentielle et d’une autonomie littéraire absolue. Juan-Salvador Velecela Chacón s’est interrogé sur l’ambivalence de la solitude dans la poésie de Léon-Paul Fargue. Le poème y est exploité comme le lieu d’une tension entre immobilité et succession, espace et durée, unité et multiplicité de soi.

Pour finir, trois intervenants se sont questionnés sur les rapports entre isolement et communauté. Florian Préclaire a étudié l’œuvre de Laurent Mauvignier selon deux perspectives complémentaires : l’effritement du corps social, travaillé par les solitudes modernes, et le déploiement d’espaces ouverts au désir et aux rencontres, offrant la perspective d’un ailleurs où l’autre se devinerait comme un chemin vers soi (voir cet article). Justine Brisson a retracé la tentative commune de Roland Barthes, Michel Foucault et George Bataille de se soustraire de la société pour s’arrimer à de nouvelles communautés, idiorrythmiques pour le premier, homosexuelles pour le deuxième et secrètes pour le dernier. Enfin, Tzu-Chun King s’est interrogé sur l’apparent paradoxe d’une célébration de la solitude de l’écrivain et de revendications valorisant la révolution collective dans l’œuvre de Maurice Blanchot.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search