Marta Milazzo. Tristan, le nom palimpseste : notes pour une cartographie des réécritures onomastiques

             

           Tout nom propre dans un texte littéraire agit sur une multiplicité de fronts et participe à une variété de phénomènes, créant ainsi des réseaux de significations denses, souvent difficiles à suivre jusqu’au bout. Aux regards de la philologie romane, les recherches de type onomastique impliquent des aspects à la fois ecdotiques, linguistiques, étymologiques : le nom propre, locus criticus du texte transcrit, est par nature particulièrement sujet aux variants, aux reformulations intentionnelles, aux erreurs de copie, etc. Mais le nom est aussi ce lieu où se soude un destin, une senefiance : le monde médiéval est traversé par de profondes correspondances entre res et verba, entre nomen et omen[1]. L’anthroponyme contribue dans une large mesure à la constitution d’un personnage littéraire : en nommant un personnage, l’auteur lui donne une forme, et informe en même temps l’utilisateur de son œuvre. L’anthroponyme est donc aussi cette zone du texte où l’univers fictionnel rencontre l’univers de référence. Les noms propres évoquent un « horizon d’attente » précis, mobilisent toute une série d’effets d’échos et activent différentes voix dans l’  « encyclopédie mentale » du lecteur. Réduisons maintenant le champ d’action : notre contribution vise à sonder et à approfondir les relations entre un cas bien défini de nom propre – l’anthroponyme Tristan – et les pratiques de réécriture.

Si on nomme un personnage Tristan, on évoque évidemment un « horizon d’attente » spécifique chez l’utilisateur. A cet égard, il ne sera pas sans intérêt de noter que la reprise de noms propres significatifs, autrement dit, investis d’une certaine tradition littéraire, est un fait assez fréquent dans la littérature médiévale. Les anthroponymes voyagent d’un texte à l’autre : seul un faible pourcentage des noms propres répertoriés dans les index onomastiques médiévaux est cas de hapax[2]. Le nom propre transite d’un texte à l’autre avec toute sa gamme de significations, participant ainsi activement aux mécanismes de l’intertextualité et de l’hypertextualité[3]. À cet égard, Richard Trachsler a en effet noté comment, au Moyen Âge

Un nom propre d’une certaine notoriété peut parfaitement bien remplir la fonction de « pro-récit », dans la mesure où, pour être correctement identifié, il nécessite, précisément, un savoir extratextuel. […] Le nom propre reprend et convoque sous une forme condensée des données supposées connues dont existe ailleurs la version en expansion. […]  « Arthur », disions-nous à l’instant, renvoie à sa Bretagne merveilleuse, à sa Table Ronde, à l’histoire du Graal et ainsi de suite[4].

De la même façon, si nous disons Tristan, nous évoquons immédiatement l’idée de l’amour tragique – dans une dimension qui est déjà pluritextuelle, puisque le récit des aventures de Tristan nous est arrivé dans plusieurs versions fragmentaires[5]. En effet, dans de nombreux textes médiévaux jusqu’au XIVe siècle, plusieurs personnages qui vivent des histoires d’amour malheureux sont nommés Tristan[6]. Tristan, un nom « pro-récit », devient alors dans la réception le corrélatif objectif de l’amour tragique – ce qui n’est guère surprenant. Et pourtant, Tristan se révèlera capable d’imprégner profondément l’imagerie d’avenir : limité aux titres uniquement, on peut penser à The Life and Opinions of Tristram Shandy de Laurence Sterne, au Dialogo di Tristano e di un amico di Giacomo Leopardi, à Tristana de Benito Perez Galdós, transposé au cinéma par Luis Buñuel, à Tristan de Thomas Mann, à Tristan Bantham de Hugo Pratt, et à Tristan muore d’Antonio Tabucchi. Il semble alors possible interroger la dilution des hypotextes médiévales et l’évolution de ces représentations. L’objet de ma recherche est donc le suivant : explorer, à l’aide des seules données onomastiques, les relations dynamiques entre nomen (fixe) et omen (métamorphique), autrement dit, entre respect de la tradition et liberté de création. L’hypothèse qu’on propose de vérifier  consiste à considérer certains noms – dont Tristan – comme des hypotextes [7].

 À la fin du Moyen Âge, on commence à remarquer une utilisation différente du nom de Tristan. Les personnages ainsi nommés ne sont plus des amants malheureux : le pro-récit, ou bien l’hypotexte, qui se condense dans le nom de Tristan semble changer. Au XIVe siècle, le nom de Tristan est donné à de simples chevaliers : Tristan semble être devenu une marque chevaleresque[8]. Cependant, le nom va aussi perdre sa patine chevaleresque, pour devenir un nom en quelque sorte « littérarisant » : un nom de roman, tout court[9]. Mais nous allons plus loin. Ce qui est intéressant à ce stade est de voir s’il y a dans les textes mentionnés précédemment une remodélisation du mythe de Tristan. Pour ces textes, peut-on parler de réécritures ? Peut-on identifier des phénomènes d’intertextualité ? Ou bien Tristan, qui n’est plus un nom parlant, qui n’est plus un pro-récit, est-il devenu un nom comme les autres ? Autrement dit, le nom de Tristan a t-il une véritable dimension processuelle ?

Je suivrai maintenant un ordre chronologique et serai très brève : ma contribution n’a aucune prétention à l’exhaustivité et veut simplement suivre, à vol d’oiseau, certaines trajectoires de ce nom pro-récit.

 

Tristram Shandy de Lawrence Sterne

Le premier texte que j’aborderai est Life and Opinions of Tristram Shandy, gentleman, publié entre 1759 et 1767. Le livre et l’auteur sont bien connus : Sterne est universellement considéré comme le précurseur du roman moderniste[10]. Le texte se présente comme une tentative d’autobiographie de Tristram Shandy, mais après plus de 700 pages, le lecteur comprendra que le récit ne couvre qu’une journée de la vie de la famille. Anti-romance donc, qui a pour protagoniste un anti-héros, doté d’un nom qui a évidemment cessé d’être héroïque. En parlant de noms, le père de Tristram, Walter Shandy, a une théorie particulière sur l’importance des noms propres :

…and that was in respect to the choice and imposition of Christian names, on which he thought a great deal more depended than what superficial minds were capable of conceiving. (…) His opinion, in this matter, was, That there was a strange kind of magick bias, which good or bad names, as he called them, irresistibly impress’d upon our characters and conduct. (…)

But, of all the names in the universe, he had the most unconquerable aversion for Tristram;—he had the lowest and most contemptible opinion of it of any thing in the world,—thinking it could possibly produce nothing in rerum naturâ, but what was extreamly mean and pitiful: So that in the midst of a dispute on the subject, in which, by the bye, he was frequently involved, he would sometimes break off in a sudden and spirited EPIPHONEMA, or rather EROTESIS, raised a third, and sometimes a full fifth, above the key of the discourse,——and demand it categorically of his antagonist, Whether he would take upon him to say, he had ever remember’d, whether he had ever read,—or even whether he had ever heard tell of a man, call’d Tristram, performing any thing great or worth recording?—No—, he would say,—Tristram!—The thing is impossible[11].

À la suite d’un malentendu hilarant, le fils de Walter, destiné à s’appeler Trismegistus, est au contraire baptisé du nom le plus détesté par son père, Tristram. Les prédictions de son père se confirment : de même que Tristan est condamné à une existence malheureuse par son nom, Tristram est lui aussi voué à une existence inutile et superflue[12]. L’écriture de Sterne, pétrie de littérature, réemploie ainsi un nom hyper-littéraire, celui d’un grand héros chevaleresque, et le resémantise, lui donnant une nouvelle dimension : la réécriture onomastique devient ainsi une écriture d’appropriation parodique de la tradition.

 

Tristana de Benito Perez Galdòs

                 Tristana de Benito Perez Galdòs, publié en 1892, considéré comme l’un des meilleurs romans du grand écrivain espagnol, est une histoire d’amour tragi-comique. L’auteur fait preuve d’une attention onomastique spécifique. Par exemple, c’est le nom du protagoniste masculin qui lui confère une aura de chevalerie et d’inaptitude :

dijéronme que se llamaba don Lope de Sosa, nombre que trasciende al polvo de los teatros o a romance de los que traen los librillos de retórica; y, en efecto, nombrábanleasíalgunos amigos maleantes; peroélrespondíapor D. Lope Garrido. Andando el tiempo, supe que la partida de bautismo rezaba D. Juan López Garrido, resultando que aquel sonoro D. Lope era composición del caballero, como un precioso afeite aplicado a embellecer la personalidad;[13]

De même, la protagoniste reçoit un nom encore plus chevaleresque, comme l’explique l’auteur :

Su niña debía el nombre de Tristana a la pasión por a quel arte caballeresco y noble, que creó una sociedad ideal para servir constantemente de norma y ejemplo a nuestras realidades groseras y vulgares[14].

Nommée d’après Tristan, héros du noble art de la chevalerie, Tristana tire également de son homonyme le destin de l’amour comme enchantement tragique, passion destructrice. Même s’il serait risqué de parler d’une réécriture tristanienne du roman de Galdòs, la réécriture onomastique présente un constat intéressant : on peut voir à contre-jour l’allusion explicite aux valeurs, désormais démodées, de la chevalerie.

 

Tristan de Thomas Mann

Par contre, un cas évident de réécriture se trouve dans la nouvelle Tristan de Thomas Mann, écrite en 1902 et publiée l’année suivante. La nouvelle contient de nombreuses références au mythe de Tristan et Iseult : l’auteur fait notamment allusion à la version opéra de Richard Wagner[15]. Mann, cependant, réalise une paraphrase ironique, juxtaposant l’héroïsme romantique des personnages de Wagner à leurs homologues lâches et défectueux. Il est notable que la matière tristanienne, le véritable contre-chant du texte, soit passée sous silence. Le nom de Tristan n’apparaît qu’en un seul paragraphe, en répétition anaphorique :

Starb je die Liebe? Tristans Liebe? Die Liebe deiner und meiner Isolde? Oh, des Todes Streiche erreichen die Ewige nicht! Was stürbe wohl ihm, als was uns stört, was die Einigen täuschend entzweit? Durch ein süßes Und verknüpfte sie beide die Liebe … zerriß es der Tod, wie anders, als mit des einen eigenem Leben, wäre dem anderen der Tod gegeben? Und ein geheimnisvoller Zwiegesang vereinigte sie in der namenlosen Hoffnung des Liebestodes, des endlos ungetrennten Umfangenseins im Wunderreiche der Nacht. Süße Nacht! Ewige Liebesnacht! Alles umspannendes Land der Seligkeit! Wer dich ahnend erschaut, wie könnte er ohne Bangen je zum öden Tage zurückerwachen? Banne du das Bangen, holder Tod! Löse du nun die Sehnenden ganz von der Not des Erwachens! O fassungsloser Sturm der Rhythmen! O chromatisch empordrängendes Entzücken der metaphysischen Erkenntnis! Wie sie fassen, wie sie lassen, diese Wonne fern den Trennungsqualen des Lichts? Sanftes Sehnen ohne Trug und Bangen, hehres, leidloses Verlöschen, überseliges Dämmern im Unermeßlichen! Du Isolde, Tristan ich, nicht mehr Tristan, nicht mehr Isolde — —[16]

Si le nom de Tristan joue très peu dans le récit, c’est au contraire le titre qui attire tous les segments tristaniens du texte : l’anthroponyme-hypotexte oriente le sens de la lecture et anticipe sa saveur tragique. De plus, comme exploité déjà dans Perez Galdós, le titre fait ressortir toute la distance entre les Tristan et les Yseut du passé et ceux du présent de l’auteur. Dans le cas de Thomas Mann, nous pouvons donc parler d’une véritable pratique de réécriture. L’anthroponyme pro-récit nous en donne une confirmation explicite et sans équivoque. À cet égard, on rapporte les considérations de Daniel Aranda, lesquelles s’appliquent en général à tous les cas présentés.

Si le niveau d’emprunt d’un personnage (à un autre et à soi-même) change suivant les cas, il y a un invariant qui est le nom du personnage, nom auquel s’agglutinent quelques qualités et actions déterminantes qui permettent au lecteur de conclure que l’auteur emprunteur place tel personnage mis en scène dans une relation d’identité avec tels acteurs d’autres récits. Sans reprise du nom, nous entrons dans le domaine des influences, conscientes ou pas, des allusions et du plagiat. Un retour de personnage est authentifié par un même nom, qui sert d’interface entre le texte et la diégèse. En tant que mot en effet, le nom du personnage s’inscrit dans une chaîne textuelle, et fait de sa reprise d’un texte à l’autre un phénomène intertextuel. En tant que désignateur rigide, il désigne un être particulier qui intègre une séquence d’événements narrés, et peut donc passer d’une histoire à l’autre[17]

En conclusion, je vais rapidement évoquer Hugo Pratt et Antonio Tabucchi.

 

Tristan Bantam de Hugo Pratt

           Il segreto di Tristan Bantam de Hugo Pratt est la première partie d’une saga composée de douze aventures se déroulant entre 1916 et 1917 en Amérique du Sud[18]. Si le nom de Tristan ne suffit pas à mettre en évidence l’hypotexte arthurienne qui sous-tend le récit, j’ajouterai que la demi-sœur de Tristan s’appelle… Morgane.

 

Tristano d’ Antonio Tabucchi

          Tristano muore de Tabucchi – c’est le dernier cas de ma sélection – est le récit fragmentaire et déchirant d’un partisan italien qui a combattu pour la liberté du peuple grec pendant la Seconde Guerre mondiale[19]. L’homme, désormais mourant, appelle un écrivain à son chevet afin qu’il recueille ses souvenirs désordonnés. Avec ses mots, le lecteur apprendra l’histoire ancienne et moderne, occidentale et orientale, la littérature, la philosophie, la science, et surtout la crise actuelle de toute idéalité et spiritualité, la fin de l’amour, de tout sentiment et de toute tradition qui le célébrait, y compris la tradition littéraire. Le lecteur connaîtra donc la mort de Tristan, ce que représente depuis des siècles la légende de son amour pour Iseult, les sentiments qu’elle transmet depuis sa très lointaine apparition. Selon Tabucchi, la mort de Tristan coïncide avec celle d’un homme et d’un symbole, le dernier chapitre d’une histoire que nous continuons à raconter.

En conclusion, la réécriture onomastique se présente ainsi comme une pratique singulière, car elle relève de l’hypertextualité et de la paratextualité. Elle est aussi capable, à chaque fois, de remodeler et de resémantiser l’anthroponyme, lui donnant une nouvelle vie, dans sa stratigraphie. De symbole d’amour courtois, Tristan à la fin du Moyen Âge est devenu synonyme du bon chevalier, pour devenir alors le corrélatif objectif de l’amour tragique, et de là, pour se renverser subversivement, dans la parodie ou dans les mémoires. Condensé de textes littéraires, nom-palimpseste, le nom de Tristan est doué d’une véritable dimension processuelle.

J’espère que vous me pardonnerez les imprécisions d’une recherche encore en cours. J’espère aussi qu’il a été utile de suivre, bien que rapidement, les itinéraires d’un nom – Tristan – qui, depuis au moins mille ans, n’a jamais cessé de nous fasciner.

Marta Milazzo 

Università di Padova

 

 

 

Bibliographie indicative

Œuvres

Tristan et Yseut: les premières versions européennes, éd. Christiane Marchello-Nizia, Paris, Gallimard, 1995.

Janssens, Charles L., An Annotated Edition of Brun de la Montaigne, Ph. D. dissertation, University of Arizona, Tucson, 1967.

Istoire de la Chastelaine du Vergier et de Tristan le Chevalier. Édition critique établie et présentée par Jean-François Kosta-Théfaine, London, Modern Humanities Research Association, 2009.

Cleriadus et Meliadice, roman en prose du XVe siècle. Édition critique par Gaston Zink, Paris et Genève, Droz, 1984.

Froissart, Melyador, roman en vers de la fin du XIVe siècle. Édition critique par Nathalie Bragantini-Maillard, Genève, Droz, 2012.

Jehan et Blonde, roman du XIIIe siècle édité par Sylvie Lécuyer, Paris, Champion, 1984.

Gilles Roussineau, Perceforest, Genève, Droz, 1987-2018, 6 voll.

Ysaïe le Triste, roman arthurien du Moyen Age tardif, texte présenté et annoté par Andé Giacchetti, Mont-Saint-Aignan, Publications de l’Université de Rouen, 1989.

Baudouin de Flandre. Texte présenté, établi, traduit et annoté par Élisabeth Pinto-Mathieu, Paris, Librairie générale française, 2011.

Laurence Sterne, The life and opinions of Tristram Shandy, gentleman : the text; edited by Melvyn New and Joan New, Gainesville, University Presses of Florida, 1978, 2 voll.

Thomas Mann, Tristan, bearbeitet von Ulrich Dittmann, Stuttgart, Reclam, 1988.

Benito Perez Galdós, Tristana, introduccion de Ricardo Gullón, Madrid, Alianza, 1997.

Hugo Pratt, Corto Maltese: Il segreto di Tristan Bantam, in Pif Gadget, 1970.

Antonio Tabucchi, Tristano muore. Una vita, Milano, Feltrinelli, 2004.

Etudes

Ernst Robert Curtius, La Littérature européenne et le Moyen Âge latin (trad. française par M. Bréjoux). Paris, Presses universitaires de France, 1956 (I éd. Bonn, A. Francke, 1948).

Florence Plet-Nicolas, La création du monde. Les noms propre dans le roman de ‘Tristan en prose’, Paris, Champion, 2007.

Vanessa Obry, Et pour ce fu ainsi nommee. Linguistique de la désignation et écriture du personnage dans les romans français en vers des XIIe et XIIIe siècles, Genève, Droz, 2013.

Adeline Latimier-Ionoff, Lire le nom propre dans le roman médiéval, Paris, Garnier, 2019.

Jane Bliss, Naming and Namelessness in Medieval Romance, Woodbridge, Brewer, 2008.

Marco Carapezza, a cura di, «InVerbis, Lingue Letterature Culture», 2, (2018).

Louis-Fernand Flutre, Table des noms propres avec toutes leurs variantes figurant dans les romans du Moyen âge écrits en français ou en provençal et actuellement publiés ou analysés, Poitiers, Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale, 1962.

  1. D. West, An index of proper names in french arthurian verse romances 1150-1300, Toronto, University of Toronto press, 1969.

G.D. West, An index of proper names in French Arthurian prose romance, Toronto, University of Toronto press, 1978.

Richard Trachsler, Disjointures-conjointures : étude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Âge, Tübingen-Basel, A. Francke, 2000.

Michael Dallapiazza, a cura di, Tristano e Isotta: la fortuna di un mito europeo, Trieste, Parnaso, 2003.

L’intertextualité, introduction choix de textes commentaires, vade-mecum et bibliographie par Sophie Rabau, Paris, Flammarion, 2002.

Gérard Genette, Palimpsestes : la littérature au second degré, Paris, Editions du Seuil, 1982.

Gérard Genette, Seuils, Paris, Editions du Seuil, 1987.

Michel Pastoreau, L’enromancement du nom, Enquête sur la diffusion des noms de héros arthuriens à la fin du Moyen Age, in Jean-Charles Payen, dir. de, Les romans de la Table Ronde, la Normandie et au-delà…, Condé-sur-Noireau, 1987, pp. 73-84.

Sigurd Burckhardt, Tristram Shandy’s Law of Gravity, ELH 28.1, (1961), pp. 70-88.

John Pier, Composition and metalepsis in Tristram Shandy, dans Usure et rupture – Breaking points [online]. Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 1995, http://books.openedition.org/pufr/4487

The life and opinions of Tristram Shandy, gentleman. Notes, by Melvyn New with Richard A. Davies and W. G. Day, Gainesville, University presses of Florida, 1984.

  1. Gockel, Michael Neumann und Ruprecht Wiemmer, Wagner – Nietzsche – Thomas Mann : Festschrift fur Eckhard Heftrich, Frankfurt am Main, Klostermann, 1993.

Daniel Aranda, Les retours hybrides de personnages, «Poétique», 139/3, (2004), pp. 351-362.

 

 

 

[1] Entre autres, je me réfère avant tout aux contributions bien connues «L’indication du nom de l’auteur au Moyen Âge» et «L’étymologie comme forme de pensée», dans CURTIUS 1956 (1° éd. 1948). Pour des travaux plus récents, cf. Plet-Nicolas 2007, Bliss 2008, Obry 2013, Carapezza 2018 et Latimier-Inonoff 2019.

[2] Comme on peut facilement le constater, en feuilletant les pages des index onomastiques disponibles pour le roman médiéval français : Flutre 1962, West 1969 et 1978.

[3] Il existe bien sûr une vaste bibliographie sur le sujet. A titre d’exemple, je me réfère aux textes recueillis par Rabau 2002.

[4] Traschler 2000, pp. 24-25.

[5] Deux références essentielles : Marchello-Nizia 1995 e Dallapiazza 2003.

[6] Voir l’Istoire de la Chastelaine du Vergier (éd. Kosta-Théfaine 2009) et Brun de la Montagne (éd. JANSSENS 1978).

[7] Les réflexions qui suivent sont naturellement redevables aux travaux de Gérard Genette, parmi lesquels notamment Genette 1982 et 1987.

[8] Voir les romans Jean et Blonde par Philippe de Remi (éd. SARGENT-BAUR 2001), Melyador par Froissart (éd. Bragantini-Maillart 2012), Ysaїe le Trist (éd. GIACCHETTI 1989), Cleriadus et Meliadice (éd. Zink 1984).

[9] Voir Tristan l’hermite, dans Perceforest (éd. ROUSSINEAU 2018) et Jean Tristan de Valois dans Baudouin de Flandre (éd. Pinto-Mathieu 2011). A cet égard, voir Pastoureau 1987.

[10] Il existe une vaste bibliographie sur Lawrence Sterne. Un excellent point de départ est The Florida edition of the works of Laurence Sterne (New et al. 1984).

[11] Lawrence Sterne, Life and opinions of Tristram Shandy, Gentleman, I, XIX, dans New et. al. 1978.

[12] A ce sujet, voir Burckhardt 1961 et Pier 1995.

[13] Benito Perez Galdos, Tristana, p. 5. On utilise l’éd. Gullón 1997.

[14] Id. p. 9

[15] Voir Gockel et al. 1993.

[16] Thomas Mann, Tristan, chp. 8, p. 69, éd. Dittmann 1988.

[17] Aranda 2004 p. 355

[18] Publié dans Pif – Gadget, 1970.

[19] Tabucchi 2004.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search