Camille Grandon. La réécriture familiale : l’hagiographie d’Arthur Rimbaud par Paterne Berrichon

Pour citer cet article : Grandon Camille, « La réécriture familiale : l’hagiographie d’Arthur Rimbaud par Paterne Berrichon », Réécrire [en ligne], Sorbonne Université, 26 juin 2021. URL : https://doctorales.hypotheses.org/1126.

               En s’enfermant dans le silence, Arthur Rimbaud donne à tout ce qu’il a écrit un inépuisable horizon de sens. Réécrire est un thème inséparable de Rimbaud puisque sa postérité n’est faite que de réécriture de sa vie.

Nous aurions pu nous passer de cet automne 2020, où le 9 septembre, un groupe d’intellectuels n’a rien trouvé de plus distrayant en cette rentrée morose que de demander à faire entrer au Panthéon, ensemble mais pas en couple [!], les poètes Arthur Rimbaud et Paul Verlaine. Dans la pétition Ce que l’on dit aux poètes à propos du Panthéon, après des « arguments » littéraires, judiciaires et politiques, vient l’argument moral : « Les deux poètes sont enterrés dans leurs caveaux familiaux : Rimbaud avec son ennemi et usurpateur, Paterne Berrichon […] Est-ce ainsi que la France honore ses plus grands poètes ? »

Le lendemain dans « Le Panthéon de Rimbaud et Verlaine » sur France Culture, les initiateurs d’un tel projet réitèrent : « Mais laisser Rimbaud reposer avec l’abominable imposteur Paterne Berrichon, qui s’est invité de force dans son caveau, demeure un vrai crève-cœur. Aucun rimbaldien digne de ce nom ne peut contraindre Rimbaud à y demeurer pour toujours ! »

D’abord, Berrichon ne s’est guère « invité de force ». Dans son testament du 6 avril 1914, son épouse Isabelle Rimbaud, sœur cadette du poète, demande à ce qu’il repose à ses côtés dans le caveau de famille à Charleville. Paterne, qui s’est remarié deux ans après la mort d’Isabelle dans les Charentes, ne s’était sûrement pas imaginé les Ardennes comme dernière demeure, surtout aux côtés de sa belle-mère avec qui les relations furent orageuses !

Ensuite, oui Paterne Berrichon est ridicule. Abominable, pourquoi pas. Imposteur, sans aucun doute, mais aucun rimbaldien digne de ce nom ne saurait écarter son apport à la critique rimbaldienne. Aucun d’entre eux ne saurait nier qu’il est indissociable et incontournable dans l’histoire rimbaldienne.

 

Un « complot » familial

      Paterne Berrichon, de sa véritable identité Pierre Dufour, est un artiste et poète qui travaille pour diverses revues et salons. Né à Issoudun en janvier 1855, orphelin à dix-sept ans, il quitte l’Indre pour Paris en 1872 où il entre aux Beaux-Arts. Après son service militaire, il retourne dans la capitale en 1880 où il fréquente Verlaine et son cercle proche. Anarchiste, il effectue plusieurs séjours en prison. Ses parutions ne lui rapportent guère de quoi vivre et il demande souvent de l’aide financière au poète Stéphane Mallarmé qui l’a pris sous son aile.

Berrichon, qui n’a donc rien de commun avec la dévote Isabelle, a sûrement lu l’édition de 1895 des Poésies complètes de Rimbaud. Vivant une existence de bohème miséreuse, il connaît Vanier et il s’est sans doute mis en tête de chercher des droits patrimoniaux à exercer…

Le Larousse donne trois définitions de l’hagiographie. Il s’agit d’abord d’un ouvrage sur des choses saintes, d’une science qui concerne le récit de la vie des saints et d’une biographie excessivement embellie. L’hagiographie appartient au catholicisme et a été développée dès les débuts de celui-ci au Vème siècle avec les récits des premiers martyrs chrétiens. Ce ne sont pas des textes historiques mais des éloges qui fondent le culte de figures religieuses. Le texte hagiographique a pour fonction de transformer un modèle humain périssable en modèle de comportement immortel et reproductible.

Le milieu du XIXème siècle en France est marqué par un nouvel élan religieux qui conforte la foi traditionnelle face à de nombreux périls identifiés par l’Église comme les doutes hérités du siècle des Lumières et de la Révolution, la montée de l’anticléricalisme ouvrier, du libéralisme et du rationalisme, la progression de l’exode rural et le développement de l’urbanisation qui favorisent le déclin des pratiques religieuses.

C’est un détail connu de tous les rimbaldiens : la famille Rimbaud est profondément catholique. Madame Rimbaud-Cuif, mère d’Arthur, instaure dans son foyer une pratique rigoureuse des rites religieux : les enfants font leurs communions, assistent à l’office, s’adonnent à la confession avec la peur de l’enfer, du pêché par action ou par omission.

Mais Rimbaud était-il mystique ? Cette question est légitime, tant il laisse planer le doute. On ne peut ignorer chez lui cette dualité anticléricale et religieuse. S’il écrit « Christ, ô Christ, éternel voleur des énergies » dans Les Premières Communions ou encore « Le sang païen revient ! » dans Une saison en enfer, il écrit également dans le même recueil : « Sur la mer, je voyais se lever la croix consolatrice », « L’amour divin seul octroie les clefs de la science », « Je ne suis pas prisonnier de ma raison. J’ai dit : Dieu. Je veux la liberté dans le salut : comment la poursuivre ? » ou encore « Sur mon lit d’hôpital, l’odeur de l’encens m’est revenue si puissante ; gardien des aromates sacrés, confesseur, martyr… ».

Le 10 novembre 1891, Arthur Rimbaud meurt à Marseille. En décembre 1891, Isabelle Rimbaud habite toujours avec sa mère dans la ferme familiale à Roche. Elle découvre par l’intermédiaire de Louis Pierquin, ami d’enfance de son frère, le volume qui contient l’essentiel de l’œuvre en prose, publié en cette fin d’année chez l’éditeur Léon Vanier. Ce volume regroupe les Illuminations et Une saison en enfer. Elle y prend connaissance de l’esprit de révolte de son frère. Le lexique religieux dans ces textes l’influence, même si elle n’y comprend pas grand-chose, à imaginer son frère pétri de vocation catholique.

En revanche, elle a moins apprécié l’apport biographique d’Ernest Delahaye, un autre ami d’Arthur. Ses « renseignements rimbesques » sont publiés à son insu dans Le Petit Ardennais du 15 décembre 1891. Il y dresse le portrait d’un participant de la Commune adepte du vol et de la boisson qui fréquente les cavernes et la prison de Mazas… Ces publications ne sont pas sans conséquence, d’abord elles entraînent la résistance chevronnée d’Isabelle envers l’ensemble des individus souhaitant écrire sur Rimbaud ou s’atteler à la publication de ses textes. Elle l’écrit dans une lettre datée du 3 janvier 1892 à Louis Pierquin :

En fait de biographie, je n’admets qu’un thème : c’est le mien ; je réfute tous les autres comme mensongers et offensants […] Si, dans un temps plus ou moins éloigné, je me décidais à laisser réimprimer quelque chose, ce serait revu et modifié selon que je le jugerais conforme aux intentions et aux idées mûries de mon cher auteur.

Elle s’érige ensuite en porte-parole des « pensées » et des « sentiments » de son frère en les modelant conformément à sa morale chrétienne.

En 1895, cette fois, ce ne sont plus les portraits mais l’œuvre qui lui pose problème : Vanier a publié une édition des Poésies complètes de Rimbaud avec des notes de l’éditeur et une préface de Verlaine. Isabelle y découvre quelques textes qui la scandalisent. Elle contraint alors Vanier à signer des notes qu’elle a elle-même rédigées :

Quelques pièces : les Premières Communions, le Forgeron, Michel et Christine, Paris se repeuple, non les meilleures, expriment des sentiments absolument contraires à ceux que l’auteur eut dans la seconde période de sa vie qui fut toute différente de son orageuse jeunesse, car Arthur Rimbaud [fut] comme un saint, avec une foi convaincue et des épanchements d’un mysticisme étonnant.

Ces notes sont fondamentales dans la mise en place du mythe d’un Rimbaud religieux et mystique.

Sûrement grâce aux renseignements de Vanier, Berrichon prend contact avec Isabelle Rimbaud par une lettre datée du 12 juillet 1896, où, avec une « piété seyante », il se présente à la sœur de ce « divin frère, Arthur Rimbaud, pas assez justement pleuré » dont la « vie […] noble, sainte et héroïque » le passionne. Il a une commande de trois articles biographiques sur Rimbaud pour La Revue blanche. Isabelle est d’abord méfiante mais Berrichon sait quels arguments utiliser pour mieux la faire adhérer à son projet. Par exemple il n’hésite pas à comparer son frère à Jésus-Christ. Le 12 octobre 1896, Isabelle lui confie : « Moi, en donnant ces renseignements, je n’ai eu qu’un but : combattre une opinion déplaisante qui se murmure dans les Ardennes, sur le compte d’Arthur. » Berrichon lui répond le 16 octobre :

Quelle est l’opinion déplaisante murmurée dans les Ardennes au sujet d’Arthur ? Dites-la-moi, voulez-vous, simplement […] j’emploierai tout mon humble pouvoir à la détruire […] Nous sommes à présent des amis, ayant résolu de faire, chacun dans sa sphère, tout notre possible pour la glorification tant méritée du voyant des Illuminations. Voulez-vous être du complot, cordialement et tout en conservant, bien entendu, votre opinion comme vos sentiments à l’égard de votre frère ?

Avec le complot, vient ensuite la demande en mariage au printemps 1897. Mariage d’intérêt car si Berrichon vise surtout les droits patrimoniaux, Isabelle comprend qu’avec lui, elle partagera l’idolâtrie pour son frère, contrairement aux autres biographes dont la rigueur scientifique prévaut sur sa ligne éditoriale des plus partiales. Mais aussi qu’à trente-six ans, l’occasion de quitter la maison familiale ne se reproduira pas souvent…  Bien que Madame Rimbaud-Cuif s’oppose à l’union de sa fille cadette avec ce nouveau venu qui ne lui inspire rien de bon, le mariage a lieu le 1er juin 1897 à Charleville-Mézières. Berrichon triomphe. L’historien Jean Bourguignon raconte à Pierre Petitfils un déjeuner chez les jeunes mariés où il avait été convié : « Au dessert, Berrichon déclara : ”Ma femme et moi avons décidé que désormais nul n’aurait le droit d’écrire une ligne sur Arthur Rimbaud sans en référer à la famille.” » [1]

Il est faux d’imaginer le couple Berrichon comme une équipe qui défendrait Rimbaud d’une seule voix. En vérité, ils s’opposent sur de multiples détails. Dans une lettre datée du 5 août 1896, Berrichon reconnaissait leurs différences de points de vue malgré un objectif commun :

Ne polémiquons plus donc, je vous en prie. Il s’agit de prouver, de montrer au monde qu’Arthur Rimbaud valut mieux et plus que tous ! Vous en avez le pieu vœu ; moi aussi. Une question de tempérament, une diversité d’intérêts moraux, seuls, pourraient nous placer à des points différents de vision ; mais l’objectif est le même. Gardons pour la réussite entière, nos postes respectifs et qui nous seyent.

Si Paterne Berrichon est anarchiste, Isabelle demeure profondément catholique. Pour Berrichon, aucune rupture ne doit être considérée dans la vie d’Arthur Rimbaud, toute sa vie n’a été que poésie. Isabelle sépare, au contraire, deux parties dans la vie de son frère. Selon elle, la rupture de Rimbaud est un élan mystique qui transforme son rapport à la religion et différencie l’adolescent trop exalté de l’homme saint. Elle l’écrit dans une lettre datée du 2 août 1896 à Berrichon :

Rimbaud homme a totalement différé pour les idées comme pour le genre d’existence de l’adolescent que fut Rimbaud littérateur […] Aussi, pénétrez-vous bien de ceci : ce n’est pas pour le fond qu’a été publié une édition des Poésies complètes d’Arthur Rimbaud ainsi conçue, cette publication aurait constitué une véritable trahison envers lui ; c’est pour la forme merveilleuse de cette littérature inimitable qu’on a réédité cela. Voyons, de bonne foi, peut-on juger irrévocables les opinions et les idées exprimées par un enfant de seize ans ?

Pour Berrichon, anarchiste, la notion de Dieu est différente de celle d’Isabelle, il le dit dans son premier article sur Rimbaud dans La Revue blanche :

Et qu’on n’aille pas se méprendre sur le sens ici attribué à ce mot « Dieu ». Il n’est, sous notre plume, pas plus mystique que mystérieux, symbolique que métaphorique. Objectivement, il désigne une puissance authentique de création supérieure.

Berrichon allie la création à la divinité. Rimbaud est selon lui un dieu savant, pour qui les lettres et les sciences n’ont plus de secret et dont le projet était de recréer la littérature. Un dieu qui n’appartient pas à une religion déterminée mais dont la progression est logique et naturelle : « Poète, prophète, visionnaire, dieu » écrit-il dans le même article. Il insiste : « La vie d’Arthur Rimbaud ? Mais elle est elle-même un miracle ». L’un des miracles est que Rimbaud, qui n’a jamais vu la mer, la « voit » dans Le Bateau ivre, il est donc voyant. En 1858, les journaux surnommaient Bernadette Soubirous « la Voyante ». Rimbaud se nommait à l’état-civil Jean-Nicolas-Arthur. Si Berrichon choisit de conserver le prénom « Jean » dans les titres d’ouvrages, on peut penser qu’il fait référence à l’apôtre Jean et à l’écriture johannique. Rimbaud a écrit un pastiche des évangiles, une sorte de suite johannique. Il devient celui qui, comme le prêtre, dit l’histoire. On y retrouve l’idée que par l’écriture, on peut assister à la transfiguration du monde. L’Évangile de Jean commence par ces mots : « Au commencement était le verbe, et le verbe était tourné vers Dieu, et le verbe était Dieu ». Le « verbe » est la traduction du mot latin « verbum » qui est la traduction du mot grec « logos » lequel signifie « parole ». Dans la Bible, la parole créatrice de Dieu organise le cosmos. Il crée par sa parole. En unissant Rimbaud à Jean, Berrichon l’associe à la parole créatrice : « Quelque verbe fait chair » écrit-il à Isabelle dans sa lettre du 12 juillet 1896.

En revanche, pour Isabelle, le caractère mystique des Illuminations l’emporte sur le pouvoir de la création. Les poèmes de Rimbaud sont l’image du Christ et de la Rédemption, une opinion renforcée depuis sa rencontre avec Paul Claudel. Pour Isabelle, son frère est bon et charitable, il est un saint doté d’une vertu exemplaire et témoin de la présence de Dieu. Une personne qui est après sa mort l’objet d’un culte, en raison de la perfection chrétienne atteinte durant sa vie : « Jusqu’à la mort il reste surhumainement bon et charitable. Il recommande les missionnaires du Harrar, les pauvres, ses serviteurs de là- bas. […] Par moments, il est voyant, il prophétise. » Ce lexique religieux d’Isabelle, retranscrit par Berrichon dans le troisième article de La Revue blanche, rappelle fortement le ton des journalistes sur la Voyante de Lourdes. Isabelle reste fidèle à cette trame religieuse.

 

Une réécriture hagiographique de la vie et de l’œuvre de Rimbaud

      Dans ses premières années de mariage, Berrichon fait preuve d’un dynamisme éditorial : en plus de ses nombreux articles dans le Mercure de France, il publie aux éditions de ladite revue La Vie de Jean-Arthur Rimbaud en 1897, les Œuvres de Jean-Arthur Rimbaud : Poésies, Illuminations, Une saison en enfer éditées avec Ernest Delahaye en 1898 et les Lettres de Jean-Arthur Rimbaud : Égypte, Arabie, Éthiopie en 1899.

La Vie de Jean-Arthur Rimbaud [2] de Paterne Berrichon aux éditions du Mercure de France est mis en vente le 10 novembre 1897, six ans après la mort de son beau-frère. Cette biographie n’est que la réunion des trois articles de La Revue blanche avec certaines variantes et la copie des lettres des témoins de Rimbaud en Afrique, mais qui n’altèrent en rien l’idée générale déjà contenue dans les articles. L’ouvrage est intéressant en ce qu’il montre l’étude de Berrichon entre souci d’indépendance et influence d’Isabelle.

Dans le premier article de La Revue blanche publié le 15 août 1896, Berrichon y dresse le portrait d’un Rimbaud « évoluant sous un double aspect de révolte et de sainteté » qui « allait faire œuvre de Dieu », d’un « anarchiste en esprit » enfermé dans la « prison familiale de Charleville » et qui « s’en fut proclamer la République » avant de participer à « la Commune ».

Le deuxième article de La Revue blanche est publié le 15 avril 1897, soit en pleine tourmente matrimoniale où Paterne cherche à obtenir le consentement de sa future belle-mère. Il ne dit rien des raisons ni du déroulement du « drame de Bruxelles », préférant renvoyer les lecteurs à la biographie rédigée par Verlaine dans Les hommes d’aujourd’hui, à la notice des Poètes maudits mais également à Une saison en enfer de Rimbaud. Il cite Isabelle quand Rimbaud lui aurait confié être « péniblement impressionné » par la publication de ses vers « ainsi que le bruit fait autour de son nom à cause d’eux » et il serait entré « dans une grande colère ». Mais il maintient la phrase « il se sentait, en revanche, […] de toutes les religions » malgré l’opposition d’Isabelle dans sa lettre du 21 décembre 1896.

Le troisième article de La Revue blanche est publié le 1er septembre 1897, soit trois mois après son mariage avec Isabelle. Berrichon y raconte les dernières années de la vie du poète et comporte des lettres modifiées. Rimbaud est présenté comme un commerçant florissant, « autant qu’il put l’être, il était heureux. Son pécule grossissait ; son rêve de liberté avançait dans la réalisation ». Il cite par exemple la lettre de Rimbaud datée du 29 mai 1884 : « Ah ! qu’il arrive, le jour où je pourrai sortir de l’esclavage et avoir des rentes assez pour ne faire qu’autant et que ce qu’il me plaira ! » Or le texte exact est : « Enfin qu’il arrive seulement un jour où je pourrai sortir de l’esclavage et avoir des rentes assez pour ne travailler qu’autant qu’il me plaira ». Berrichon souligne la conduite charitable du poète au Harar, allant jusqu’à voir en lui un véritable saint laïc. La différence avec les deux premiers articles est l’influence d’Isabelle sur son contenu, car c’est elle seule qui a assisté à l’agonie de Rimbaud, « ce divin mourant ». Il recopie alors les propos rapportés par Isabelle, « la seule présence pieuse », dans une lettre du 27 septembre 1896 adressée à l’historien Bourguignon mais dont elle avait fait parvenir une copie à Berrichon : « Alors ce n’est plus un être humain, un malade, un moribond ; c’est un saint, un martyr, un élu ». Il se sert également de cette lettre apocryphe du 28 octobre 1891, allant jusqu’à insister sur le mysticisme du poète : « Quelques semaines après la mort de son frère, Isabelle Rimbaud tressaillit d’émotion en lisant, pour la première fois, les Illuminations. Elle venait de reconnaître entre ces musiques de rêve et les sensations éprouvées et exprimées dans l’agonie, une frappante similitude ».

Paterne et Isabelle mêlent néanmoins leurs deux visions à la fin du livre, qui en constitue un parfait résumé hagiographique :

Jean-Arthur Rimbaud, mort à 37 ans, parcourut avec volonté, le petit espace de son existence, miraculeusement. Après avoir été, à 16 ans, un grand poète et un rénovant littéraire, suscitateur du génie de Verlaine et de la floraison des lettres improprement dites symbolistes et décadentes; après avoir, libre et bon, voyant précis, doux héros, saint irritable, dépensé en activité, au fur et à mesure, son acquis trésor incomparable de science et de sapience, après avoir, prophète natif, empereur occulte, dieu évident, assuré, en noblesse, les destinées éthiques de peuples encore dans la bestialité, il allait revenir parmi nous, pour confier à l’étonnement de ceux que plus rien n’étonne les beautés neuves et les synthèses définitives de son tout-puissant esprit entré en maturité par un développement autonome, d’un individualisme unique en largeur comme en hauteur.

La mise en vente de La Vie de Jean-Arthur Rimbaud a le mérite de légitimer son auteur et de lui apporter une plus grande crédibilité vis à vis des témoins de Rimbaud.

Le volume des Lettres de Jean-Arthur Rimbaud – Égypte Arabie, Éthiopie est publié en novembre 1899. Berrichon dépeint Rimbaud dans la préface en un « idéologue précurseur de Nietzsche ». Ce volume de 273 pages contient cent treize lettres écrites entre le 17 mars 1875 et le 20 juillet 1891 mais ce ne sont que des lettres trafiquées, les textes originaux ayant été censurés ou modifiés. Si la fraude est découverte par André Suarès, elle est révélée publiquement par Marcel Coulon bien plus tard, en 1929, dans son ouvrage La Vie de Rimbaud et de son œuvre.

Coulon s’emporte en particulier contre la falsification d’une lettre datée du 10 janvier 1889 où, après la phrase écrite par Rimbaud « Avec les complications où je suis engagé, il est peu probable que je sorte avant longtemps de ces pays », Berrichon investit dans un long récit de gémissements et de récitations, de projets de fuite et de voyages autour du monde.

Mais Berrichon est-il le seul coupable ? Dans une lettre du 31 décembre 1896, Isabelle lui indiquait qu’elle consentait à transcrire les lettres que Rimbaud écrivait à elle et leur mère tout en omettant d’y dévoiler « les détails de famille et des minuties sans intérêt concernant des questions d’argent et de gain ». On ne peut certifier que Berrichon ait pris l’initiative de falsifier les lettres. Il a pu les retranscrire uniquement à partir des copies réalisées par Isabelle.

Berrichon publie sa nouvelle biographie du poète Jean-Arthur Rimbaud. Le poète (1854-1873) aux éditions du Mercure de France en avril 1912, qui n’est que la reprise de ses derniers articles parus dans Le Mercure de France entre 1910 et 1912 avec des pièces inédites et des passages d’une grande « véracité » :

À l’heure même de sa venue au monde, on venait de lui dispenser les premiers soins dus aux nouveau-nés : le médecin-accoucheur constate qu’il avait déjà les yeux grands ouverts. Et comme la garde-malade chargée de l’emmailloter l’avait posé sur un coussin, à terre, pour aller chercher quelque détail de maillot, on le vit avec stupéfaction descendre de son coussin et ramper, rieur, vers la porte de l’appartement donnant sur le palier.

La différence avec la première biographie est que Rimbaud n’est plus anarchiste, mais surtout Paterne insiste sur son amitié avec Verlaine pour répondre aux allégations d’Edmond Lepelletier. En 1907, Lepelletier avait publié une biographie de son ami, Paul Verlaine, sa vie, son œuvre, aux éditions du Mercure de France. Il y nie l’homosexualité de Verlaine mais accable Rimbaud qui, « lâché par Verlaine », débarque à Bruxelles à la demande de celui-ci au bord du suicide, et réclame de l’argent pour rentrer chez sa mère. Berrichon tenait la même version dans la première biographie mais Lepelletier va plus loin car «l’égratignure […] insignifiante, semblait déjà cicatrisée » mais Rimbaud, par « une sorte de machination diabolique qui était bien dans son caractère, et afin de se débarrasser brutalement de Verlaine », aurait ensuite fait procéder à son arrestation avant de reprendre « insoucieusement le train pour Charleville rêvant de vagabondages nouveaux et de lointaines aventures».

Pour répondre aux attaques de Lepelletier, Berrichon se met en quête de nouveaux documents pour sa nouvelle biographie de Rimbaud. Il communique avec Me Edmond Picard, avocat au barreau de Bruxelles et membre du comité pour le monument de Rimbaud à Charleville. Edmond Picard, était parvenu à consulter le dossier de l’affaire du 10 juillet 1873. Il en livre de nombreux détails à Paterne Berrichon, désireux d’en savoir plus sur cette encombrante condamnation. Picard lui répond que la question sur l’homosexualité, question « tranquillement » niée par Verlaine et « dédaigneusement » niée par Rimbaud, ne fut mentionnée lors du procès qu’au motif des allégations de la famille Mauté et de la violence exercée par Verlaine sur Rimbaud. Il lui confie également les détails de l’examen médical sordide subi par Verlaine devant les juges, ce qui est encore plus encombrant pour Berrichon que la condamnation même. Picard lui adresse par la suite une longue lettre de renseignements sur l’affaire :

Il y a un rapport de la police française du 21 août 1873. Il y est dit que Rimbaud par ses goûts dépravés, s’est attiré le mépris. Il y est dit aussi que Verlaine avait pour Rimbaud une passion honteuse et que la passion avait affaibli ses facultés intellectuelles […] Il existe dans le dossier correctionnel une déclaration sur timbre de Rimbaud qui a été produite devant la Cour d’appel afin de suppléer à l’absence de Rimbaud qui aurait dû y être témoin. Dans cette pièce, qu’aura sans doute fait valoir Me Nelis, avocat de Verlaine, Rimbaud excuse son ami et ne met les coups de revolver que sur l’égarement de celui-ci. Comme on l’a vu plus haut, c’est aussi la thèse de Mme Verlaine mère. [3]

Embarrassé par ces derniers renseignements, Berrichon est néanmoins rassuré par l’existence de cette déclaration où Rimbaud décharge Verlaine. Le document s’avère capital pour rétablir l’image de son idole. Ainsi Berrichon, dans sa biographie Jean-Arthur Rimbaud. Le poète (1854–1873) utilise cette lettre de désistement de Rimbaud [4]. L’image est trop belle pour ne pas être exposée : Rimbaud pardonne tel que le demande la charité et le dogme catholique. Une interprétation qui ne peut que ravir Berrichon et son épouse.

Paterne s’attaque alors à la « suprême sottise » et aux « grossières interprétations » sur la nature de cette relation, proférées par la belle-famille de Verlaine et ses camarades rancuniers et jaloux du génie de Rimbaud. Ce dernier ne vient plus à Bruxelles pour empêcher son ami de commettre l’irréparable mais pour récupérer ses manuscrits dont celui de La Chasse spirituelle qui a l’avantage de ne pas avoir encore été retrouvé, ce qui permet à Berrichon de se servir de lui pour aller au bout de son raisonnement fantaisiste. Contrairement à son propos évasif sur le sujet dans la biographie de 1897, il insiste sur la « charité » du jeune poète qui ne souhaitait que protéger Verlaine devant le juge bruxellois qui « n’y eût rien compris ou aurait, comme l’avaient fait les Parnassiens et la belle-famille de Verlaine, compris à rebours de la vérité ». Verlaine était seulement amusé par ce jeune génie traversant la « crise de puberté », doté d’une « folle timidité » vite effacée par « quelques gouttes d’absinthe » versées dans son verre. Il reconnaît « que l’admiration poétique de Verlaine ait pu dégénérer en affection passionnelle il serait hasardeux d‘en disconvenir » mais, dès que Rimbaud s’en était rendu compte, il décida chastement, au printemps 1872, de retourner à Charleville, et si au bout de trois mois, il était revenu à Paris, c’était uniquement pour retrouver et faire éditer La Chasse spirituelle détenu par les Mauté et non pour retrouver Verlaine.

Les critiques sur l’ouvrage sont mauvaises. Dans sa « Chronique des livres », Le XIXème siècle du 24 juin 1912 regrette l’insistance de Berrichon sur « l’équivoque problème de cette amitié » et rappelle que « la portée artistique de l’œuvre d’un écrivain ne saurait en quoi ce soit être diminuée par la mise en lumière de fantaisies sexuelles qui n’ont rien à voir avec la littérature. » Si La Revue critique des idées et des livres du 25 juin 1912 reconnaît le « plus haut intérêt pour les inédits », elle déplore les « épithètes vertigineuses » de Berrichon et rappelle que ce n’est pas ainsi qu’il « servira le mieux la mémoire de cet étrange génie ». Dans son Journal à la date du 19 juillet 1912, l’écrivain Valery Larbaud écrit : « Commencé la lecture […] de Jean-Arthur Rimbaud, le poète […] Très intéressant […] mais terriblement mal écrit ! On n’y trouve presque pas de phrase sans faute de grammaire ou de français ! »

La polémique qui surgit à la publication oppose Georges Izambard au beau-frère. Selon Berrichon dans Jean-Arthur Rimbaud. Le poète (1854-1873), le motif de la rupture des relations entre le professeur de rhétorique et le poète est le renvoi par Izambard à la mère de Rimbaud d’une lettre violente que son élève prodige lui aurait adressée après que son professeur s’est moqué du Cœur volé. Izambard s’insurge dans les colonnes du Mercure de France du 16 juillet 1912, en exigeant de Berrichon « d’exhiber ce papier » signé de lui. Ce à quoi Berrichon répond, dans la même revue datée du 1er août 1912, qu’il n’a pas à « obéir à ses injonctions ». Or, il est très probable que Rimbaud soit véritablement entré en conflit avec son professeur jusqu’à mettre un coup d’arrêt à leur relation. Le contenu de la lettre du 13 mai 1871 est assez critique à l’égard d’Izambard qui « finira comme un satisfait qui n’a rien fait » et de sa poésie « horriblement fadasse ». Dans le Mercure de France du 16 janvier 1911, Izambard assurait avoir renvoyé à Rimbaud un pastiche du Cœur volé que ce dernier aurait trouvé « très amusant ». Non seulement il n’existe aucune preuve matérielle de cette allégation, mais en plus il paraît peu crédible que Rimbaud accepte sans broncher une critique de ses écrits. C’est bien après la mort de Berrichon qu’Izambard publie, en 1929, dans le numéro de printemps du Grand Jeu, cette « lettre affectueuse » qu’il caractérise comme étant la dernière de Rimbaud qu’il ait reçue à Cherbourg. Or, selon Jacques Bienvenu qui y a consacré deux articles sur son blog « Rimbaud Ivre » [5], cette lettre est l’une des plus déconcertantes de la correspondance du poète : la lettre est déchirée à plusieurs endroits, mais elle comporte également des mots ou des phrases effacés. Dans son article, Izambard justifie cet état détérioré par la fuite d’un pot de colle dans la boite où la lettre reposait depuis de nombreuses années. En tentant de sauver la lettre, des fragments auraient été arrachés et remplacés par la plume d’Izambard…

C’est grâce à un comité pour un monument Rimbaud à Paris, projet qui n’aboutira pas, que Berrichon entre en relation avec Paul Claudel. Pour une hagiographie, il est le complice idéal. Le 13 juin 1911, Claudel écrit à Berrichon : « Il n’y a pas d’homme en effet […] à qui j’ai voué un culte plus religieux qu’Arthur Rimbaud […] ». Claudel a partout répété qu’il a découvert Rimbaud dans la revue La Vogue en mai 1886, où paraissait la première série des Illuminations, « qui ont ébranlé le système philosophique absurde et rigide sur laquelle [il] essayait de se plier à ce moment-là ». Les Illuminations « [lui] ont révélé le surnaturel qui est l’accompagnement continuel du naturel ». Parlant « d’une impulsion essentielle », Claudel doit à Rimbaud son « retour à la foi ».

En préparant la réédition des œuvres complètes de Rimbaud en 1912, Berrichon reçoit de Henry Saffrey, qui a lu Jean-Arthur Rimbaud. Le poète (1854-1873), le manuscrit que Berrichon appelle Le Cœur volé, alors que Saffrey, sur son manuscrit y lit Le Cœur du pitre, et Un cœur sous une soutane. Cette dernière pièce embarrasse Berrichon et Claudel. Il y est question d’un personnage de séminariste qui est une caricature de ses camarades du collège de Charleville. Ils décident d’un commun accord de ne pas le publier. Mais André Breton et Louis Aragon le font paraître en 1924 dans le numéro de juin de Littérature.

Le volume Œuvres de Arthur Rimbaud – Vers et proses – Revue sur les manuscrits originaux et les premières éditions – Mises en ordre et annotées par Paterne Berrichon. Poèmes retrouvés. Préface de Paul Claudel est publié aux éditions du Mercure de France et mis en vente en décembre 1912. Dans cette préface rendue célèbre par la formule qualifiant Rimbaud de « mystique à l’état sauvage », la fraternité que Claudel entretient toute sa vie avec Rimbaud est nourrie par la conviction de partager sa contradiction infranchissable : le drame de l’absence et de la présence de Dieu au monde, et la possible conciliation entre le monde naturel et le monde surnaturel. Dans ce volume, Berrichon y a inséré, en les déclarant « inédites » [6], Les Déserts de l’amour, Les Douaniers, Les Sœurs de Charité et L’Étoile a pleuré rose sans préciser leur provenance. Coulon, dans Les Marges d’août 1913, s’insurge contre Berrichon pour ne pas avoir cité ces pièces comme étant les découvertes d’un certain Georges Maurevert [7].

 

Une hagiographie ridicule mais incontournable

      Berrichon n’est pas un auteur fondamental mais un agitateur capital. Son hagiographie est un moteur de la recherche rimbaldienne à la fin du XIXème mais surtout au début du XXème siècle. Chaque intervention de sa part est suivie de réactions des critiques, auteurs et témoins de Rimbaud. Par ses nombreuses querelles, il encourage ses adversaires à rechercher et à publier des lettres et documents, ou à approfondir leurs recherches sur Rimbaud pour le contredire. Par exemple, Léon Losseau, un riche avocat de Mons, découvre en 1913 le stock des exemplaires d’Une saison en enfer abandonné par Arthur Rimbaud chez l’imprimeur Poot en Belgique en 1873, ce qui va faire considérablement baisser la valeur des rares exemplaires détenus par des bibliophiles persuadés par Berrichon et Isabelle de l’autodafé de Rimbaud. Pour conserver son crédit auprès des bibliophiles, Berrichon va proposer à Losseau de brûler tout le stock conformément aux souhaits de son beau-frère… Dans sa lettre du 13 février 1914 à Losseau, Berrichon avoue se conforter à sa version, mais cet aveu n’est sûrement guère sincère :

J’ai, moi-même, depuis affirmé à diverses reprises cette destruction, qui, jusqu’à ces temps derniers et depuis 1873 et sur la foi des dires de tous ceux qui avaient connu Rimbaud, ne faisait point doute pour personne. Aujourd’hui je comprends que Verlaine, dans son ambiguïté, a été seul dans le vrai absolu, et que Rimbaud a détruit seulement les exemplaires qui lui avaient été remis pour le service au lancement.

La presse révèle, tout en restant sur ses gardes, la découverte du stock. Paris-Midi du 9 avril 1914 annonce que « le monde des bibliophiles est menacé d’une catastrophe ». Les six exemplaires connus valant chacun douze cents francs, « quelle ne va pas être la douleur de leurs propriétaires, si les deux cents exemplaires retrouvés sont mis dans la circulation. » Le coup de théâtre surgit par un article de l’Intransigeant du 15 avril qui annonce :

C’est M. Paterne Berrichon qui a découvert les deux cents exemplaires de l’introuvable première édition d’Une saison en enfer, de Rimbaud. Voici la lettre qu’il nous écrit à ce sujet :
“Mon cher confrère,
En effet, il existerait à Mons un stock d’exemplaires – je ne les ai pas vus – de la première édition d’Une saison en enfer. Ce stock aurait été découvert […] et acquis comme de vieux papiers par M. Léon Losseaud [sic], qui ignorait totalement la place occupée dans la littérature française par Arthur Rimbaud.
Comment la nouvelle m’est parvenue en décembre 1913 et ce qui s’ensuivit, je le dirai prochainement dans une revue. De même que tout ce qui touche de près ou de loin au poète des Illuminations, cela vaut d’être conté. Il y a longtemps, du reste, que j’ai cru devoir aviser verbalement M. Barthou et d’autres personnes intéressées.”

Berrichon alimente également les études rimbaldiennes par ses découvertes et publications d’inédits. Au lendemain de son mariage, il se voit remettre par Isabelle la source documentaire tant convoitée par les autres potentiels biographes. Ainsi, il publie des « Notes nouvelles sur Rimbaud » [8] au Mercure de France de juin 1898, où il révèle les notes prises par Rimbaud lors de son dernier trajet en caravane d’Harar à Zeilah, retrouvées selon lui dans ses papiers rapportés en France. Ces feuillets appartiennent aujourd’hui à la bibliothèque littéraire de Jacques-Doucet.

Les témoins avec lesquels Berrichon correspond sont nombreux : Paul Bourde, journaliste et ancien condisciple de Rimbaud, le fait entrer en relation avec Alfred Bardey, ancien patron de Rimbaud, qui lui apprend l’existence de ses articles dans le Bosphore égyptien et lui délivre l’adresse de nombreux contacts en Afrique. Bardey prend ses distances avec Berrichon après la publication de La vie de Jean-Arthur Rimbaud, dont il n’a pas apprécié le contenu, comme il le dit dans sa lettre du 4 janvier 1898 : « Votre livre est une œuvre de dévouement à votre beau-frère mais aussi d’erreur. Vous n’avez pas connu Rimbaud, qui ne fut qu’un homme, supérieur et inférieur à la fois. » Dans le Mercure de France du 1er mai 1914, Berrichon fait paraitre les « Versions inédites » des Illuminations, qui comportent les Fêtes de la patience, avec Bannières de Mai, Chanson de la plus haute tour, L’Éternité et Âge d’Or. Ces feuillets lui ont été transmis par Jean Richepin, et Berrichon affirme en préambule : « qu’il l’ait voulu ou non, Rimbaud ne cessa jamais d’être catholique ». Une ligne qui a dû enchanter son épouse.

Par la correspondance, Berrichon découvre et récupère des inédits textuels mais aussi iconographiques. Bardey lui expédie, en juin 1898, des photographies que Rimbaud lui envoya à la fin de 1883, lorsque Bardey se trouvait en Algérie. Il les avait par la suite communiquées à la Société de géographie. Les photographies en question sont « La coupole de Cheikh-Ubader », « La place du marché au Harar », « Vue du magasin de manutention. Fabricant de daboulas à l’heure du Kât », un portrait de Constantin Sotiro en tenue de chasse et un portrait du colonel égyptien Ahmed Ouady, chef d’état-major du gouverneur général de la ville. Aujourd’hui elles sont toutes conservées au musée Rimbaud de Charleville-Mézières.

 

           Berrichon meurt en 1922, cinq ans après Isabelle. Il est un personnage indésirable, bien que le Mercure de France et la N.R.F. se soient accommodés de ses propos et de sa conduite agitée pour espérer l’exclusivité des documents inédits de Rimbaud. S’il a contribué à la publication d’inédits, son orgueil est sûrement le grief qui lui est le plus reproché. Sa capacité à considérer chaque critique sur Rimbaud comme une attaque personnelle et à s’approprier pour lui seul l’héritage rimbaldien fait de lui un personnage méprisant et ridicule. Pourtant Berrichon est indissociable de l’histoire rimbaldienne. D’abord par son mariage avec Isabelle Rimbaud. Un mariage d’intérêt, mais cet accès à la documentation de la famille lui a permis de retrouver des témoins de la seconde période de la vie de Rimbaud et son dynamisme éditorial témoigne de ses activités de recherches. S’agissant des autres griefs, si la falsification des lettres n’a en somme rien de très dramatique, son hagiographie avec ses propos sur la chasteté du jeune Rimbaud et sur le « saint laïc » qu’il est devenu en Afrique prête aujourd’hui davantage à sourire.

Camille Grandon

Sorbonne Université, CELLF

[1] Pierre Petitfils, « Jean Bourguignon, premier biographe de Rimbaud », Le Bateau ivre, Bulletin des amis de Rimbaud, n°12, mai 1954, p. 2-5.

[2] Ouvrage qui aurait dû s’appeler, conformément au souhait de Berrichon : « La Vie Charmante de Jean-Arthur Rimbaud »…

[3] Edmond Picard à Paterne Berrichon, 13 juin 1910, dans Jean-Jacques Lefrère, Sur Arthur Rimbaud : correspondance posthume (1901-1911), Fayard, 2011, p. 951.

[4] Bernard Bousmanne, Reviens, reviens, cher ami. Rimbaud-Verlaine, l’affaire de Bruxelles, Paris, Calmann-Lévy-Bibliothèque royale de Belgique, 2006, p. 145-146.

[5] Jacques Bienvenu, « Une étrange lettre (première partie) », Rimbaud Ivre, 27 mars 2011, en ligne : http://rimbaudivre.blogspot.fr/2011/03/une-etrange-lettre-par-jacques-bienvenu.html

[6] Arthur Rimbaud, Œuvres, revues sur les manuscrits originaux et les premières éditions mises en ordre et annotées par Paterne Berrichon, préface de Paul Claudel, Paris, Mercure de France, 1912, p. 314 – 316.

[7] Marcel Coulon à Georges Maurevert, 1er décembre 1913, Jean-Jacques Lefrère, Sur Arthur Rimbaud : correspondance posthume (1912-1920), Fayard, 2014, p. 450.

[8] Paterne Berrichon, « Notes nouvelles sur Rimbaud », Mercure de France, juin 1898, p. 670-680.



Citer ce billet
Équipe des doctorales (2021, 17 juillet). Camille Grandon. La réécriture familiale : l’hagiographie d’Arthur Rimbaud par Paterne Berrichon. Les Doctorales de l'ED III — Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nvfc

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search